Le psychisme des soldats de la Grande Guerre à travers l’expérience combattante de l’Aisne

 

La « guerre n’a pas seulement meurtri et lacéré les chairs, elle a entaillé les âmes, elle a rendu fou »[1]. Cette citation de Jean-Yves Le Naour reprend le thème de cette violence totale qui jeta autant dans l’abîme les corps que les esprits. Pour les hommes qui combattirent dans la région de Berry-au-Bac, quelques jours, quelques semaines, quelques mois, comment réagirent-ils face à la violence extrême, à laquelle ils furent confrontés et qu’ils administrèrent autant qu’ils la reçurent ? Comment ces hommes ont-ils exprimé cette violence pendant et après le conflit ?

Au cours de la première année de recherche du projet la cote 108 à Berry-au-Bac qui s’est concentrée sur les expériences combattantes, françaises et allemandes, dans ce secteur, les recherches effectuées dans les fonds privés des soldats de la Grande Guerre ont mis à jour des lettres, des carnets de guerre et des mémoires sur cette expérience vécue à Berry-au-Bac, documents écrits pendant le conflit mais aussi dans l’après-guerre. J’ai pu ainsi appréhender les traumatismes des soldats. L’analyse des carnets et des correspondances des soldats français engagés à Berry-au-Bac ou à proximité reprend des thèmes et des aspects déjà étudiés par l’historiographie de la Grande Guerre, à l’instar de l’ouvrage collectif sur « la violence de guerre, 1914-1945 »[2]. Il s’organise notamment autour des thèmes tels que la prise de distance avec la réalité, les mécanismes d’adaptation ou de survie, la souffrance de l’autre, du camarade autant que de l’ennemi, l’omniprésence de la mort, la violence extrême, la fragilité et la dislocation des corps face à l’artillerie ou à la guerre des mines. Thèmes que j’ai en partie choisis d’aborder dans ce présent billet à partir d’un carnet d’un combattant de l’Aisne, et ce afin d’approcher la violence des combats et mieux cerner une « démobilisation », culturelle et psychologique, impossible, notamment en raison du recours à des techniques d’armement perfectionnées et destructrices

 

L’écriture, témoin, exutoire et trace du trauma : le « carnet de guerre » de Robert Troubat

1KT658, Robert Troubat (18)

Source : Services historique de la Défense, Vincennes, 1KT658

 

L’exemple du soldat Robert Troubat[3] est un cas parmi d’autres de l’empreinte du traumatisme psychique laissée sur l’individu par la guerre et de l’impossible « démobilisation » culturelle et psychologique de la Première Guerre mondiale. Robert Troubat livre un témoignage unique de la Grande Guerre et du front de l’Aisne par une description – qui nous semble moins reconstruite – de ses émotions, de ses traumatismes et de ses angoisses.

Pour le jeune soldat né un 2 août 1896, l’entrée en guerre de la France, 18 ans plus tard, a une portée hautement symbolique pour lui, comme une tâche indélébile sur sa destinée, dont il ne put jamais se dessaisir. Il fut mobilisé en août 1916 et fit son baptême de feu en juillet 1917, dans « l’Aisnse »[4], département dont il ne parvint jamais ou presque à orthographier correctement le nom, et qui représente comme le point de départ de cette période où, à son tour, il dut combattre, pour reprendre ses mots, avec « haine et désespoire »[5]. Avant même son arrivée au front, il portait un regard horrifié et dénonciateur sur la guerre. Membre d’une large fratrie (il a trois frères aînés et deux beaux-frères au front, réformés pour blessure ou prisonniers de guerre), il raconta comment sa mère n’a cessé de pleurer pour eux et pour lui. A n’en pas douter, sa perception de la guerre a pu être largement influencée par l’expérience et l’angoisse de ses proches – et par les nouvelles qui circulaient du front.

Les 270 pages de son « carnet de guerre » – comme il l’appelle dans sa préface –, reproduites et complétées d’après la mention de l’auteur en 1925-1926, sont construites comme un livre avec un titre[6], une préface, des chapitres, des titres de parties et des sous-titres, des cartes et des illustrations en couleur, un sommaire, une légende, une notice. La dernière page parle de ce carnet comme d’un « volume » qui suivrait un premier « ouvrage », nommé « Après », malheureusement perdu. Consciemment, R. Troubat se pense et se présente comme témoin (au sens étymologique de « martyr ») de la Grande Guerre.

 

Les dessins de R. Troubat : mise en scène / image du traumatisme du soldat

1KT658, Robert Troubat (36)

Source : Services historique de la Défense, Vincennes, 1KT658

Les pages sont enrichies de dessins naïfs représentant dans la grande majorité des cas des corps démembrés, des visages aux orbites vides, des croix de bois. La mort obséda leur auteur et son texte reprend sans cesse cette angoisse qui le rongeait : « L’avenir me dira si j’aurai une tombe, une fosse commune ou disparition »[7]. Il s’interrogeait ainsi souvent sur sa propre mort, comme en ce mois de septembre 1916 ou au mois de juin 1917 :

« Ma destiné me dirat à la file des jours si je resterait parmis les macabs . Au rayons du soleil dardant son aurore, le ventre epart m’y en lembau par la tourmente. serai je en une fosse commune. Ensseveli vivant sucomberai je sans recourt et sans croix »[8].

L’orthographe défaillante et aléatoire n’ôte rien à un registre littéraire très stylisé qui révèle une attention soignée de la part de l’auteur et une probable intention de publication. Le mot « Aisne », particulièrement représentatif de ces maux en mots, est souvent écrit « Aisnse ». La ponctuation se limite souvent aux seuls points qui remplacent la plupart du temps les virgules. Cela confère au texte un caractère souvent palpitant, captivant, qui entraîne dans sa Grande guerre le lecteur, à bout de souffle, à la suite de l’auteur.

Huitième enfant d’une famille pauvre de cultivateurs de la Haute-Vienne, on peut imaginer que Robert Troubat a reçu un enseignement sommaire, plus sollicité aux travaux des champs pour aider sa famille qu’envoyé dans les salles de classe. Il devait plus couramment parler le limousin, dialecte régional, que le français, langue de la République[9]. Il tint pourtant à utiliser cette langue, même s’il devait être conscient de ne pas pleinement la maîtriser, ce qui accrédite un peu plus la thèse d’une écriture mémorialiste à des fins de publication.

Il est en tout cas indubitable qu’il tint à rendre compte de ces deux années traumatisantes. Partant de son expérience personnelle – et de ses opinions – il semblait tenir à partager son expérience et sa vision de la guerre en tant que témoin de faits hors du commun. Il employa même, dans une page de son carnet, le terme de « reportage », comme s’il se faisait l’envoyé spécial d’un quelconque journal. C’est peut-être aussi le fait qu’il se considérait comme un survivant au sens le plus terrible du terme. Il dressait souvent le bilan des hommes disparus et de ceux qui restaient, comme au lendemain de l’attaque du 3 août 1917 dans le secteur d’Itancourt, au nord du département, où il ne relève que 19 hommes valides sur les 64 de sa section, ou après l’attaque au gaz de mai 1918 sur le front des Flandres à la suite de laquelle sa section est dissoute, faute d’hommes : « Ma section se reformat au nombre de deux hommes. Le sergent Magnant et moi-même. Ma compagnie au total de 17 survivants. Un officier. Un sous-officier. Deux caporaux. Treize hommes. = 17 sur 256. Soit 233 manquant »[10].

Souvent, il interpellait son lecteur, par son questionnement, ses doutes, ses certitudes, sans tabou apparent, puisqu’il n’hésite pas à mentionner des aspects moins glorieux de sa vie de soldat. Il écrivit notamment, sans pudeur, qu’au cours d’un bombardement allemand le 25 août 1918, son abri sur la route 44 de Saint-Quentin à Lens fut ébranlé et qu’il courut se cacher dans un autre, se faufilant dans la nuit, seul, sous une pluie d’obus. Il raconta comment les larmes lui montèrent alors aux yeux, plusieurs sentiments s’entremêlant : rage de voir son « cagnat » détruit, douleur de son genou blessé dans sa fuite, angoisse de ne pas retrouver sa section, partie plus tôt en mission, peur de mourir[11].

Les mots rendent compte de la brutalité inouïe à laquelle est confrontée Robert Troubat. Ils évoquent aussi sa terreur face à la certitude d’une mort prochaine qui ne peut, selon lui, manquer de survenir et à l’incertitude de la mort qui lui sera infligée ainsi que du sort réservé à son corps. Pour composer avec ce souvenir, il dissocie son esprit de son propre corps, comme pour mettre à distance l’emprise des combats sur lui et comme s’il se considérait déjà alors comme inanimé, mort. Autrement dit, il serait comme un mort en sursis. Il évoque aussi des « rêves surhumains » et des « cauchemarts » . Le champ lexical utilisé dans l’ensemble de son carnet est très fort et caractérise son expérience de la guerre : « tuerie », « carnage », « cruel », « tragique », « épouvante », « enfert », « boucherie », « furie », « boureauds » , « bétaille humain », « râlements déchirants des mourants », « chair répandut », etc.

 

Un retour à la vie civile difficile, voire impossible : la solitude de Robert Troubat après-guerre

Vivant déjà en marge de sa famille avant sa mobilisation, l’après-guerre accentue son isolement : il finit sa vie, seul, dans une maison de retraite, où il confia, à sa mort, ses souvenirs de guerre à une des employées. Son carnet témoigne d’une hypermnésie du traumatisme subi. Cette hypermnésie s’accompagne d’un regard aigu et acerbe sur la société. La préface de son carnet de guerre ne comporte pas moins de 17 interrogations, que l’on peut aussi lire comme autant d’affirmations de l’auteur : « Comment cette paix incertaine resterat plus ou moins éloigner (…) cette masse prolétaire laissera-t-elle revenir se cataclisme »[12]. Au moment où il commence à mettre à jour son carnet de guerre, en 1925, soit six ans après sa démobilisation en 1919, il perçoit déjà la fragilité de la paix et le possible retour d’une guerre en Europe. Peut-être même pressent-il les formes d’une autre guerre, plus moderne encore, plus terrible aussi, tristement inaugurée par l’utilisation des gaz pendant la Grande Guerre, dont il a lui-même vu de près les ravages et ressenti la mort atroce, une guerre « microbienne » : « Leur progrès scientifique en silence serat un jour la fin d’un monde – guerre de destruction microbienne (basilles) »[13].

Tous les combattants ne furent pas capables de résister à la pression exercée par la violence de guerre et certains sombrèrent dans la déraison, connaissant différents troubles psychiques, regroupés pendant la guerre sous le terme de « pithiatisme »[14], auxquels les spécialistes donneraient aujourd’hui le nom de syndrome post-traumatique[15]. Dans un grand nombre de cas, l’impact du traumatisme ne fut véritablement ressenti que dans l’après-guerre, au moment où la paix était rétablie, avec le retour dans les foyers[16] et la société civile, configuration favorable pour dresser, inconsciemment ou consciemment, le bilan de son expérience combattante et regarder avec plus de recul les événements traumatiques qui avaient jalonné son engagement guerrier. Nombre de soldats furent tout simplement incapables de se réadapter à une vie ordinaire, loin de la vie précaire et dangereuse, mais si prenante, qu’ils avaient menée pendant la guerre. Cette perception créait un décalage entre les anciens combattants et leur entourage qui renforça, durablement, leur incompréhension, puis leur mutisme et leur isolement volontaire. Ce retour pouvait s’accompagner d’une absence de ressenti par rapport au traumatisme, d’un évitement (plongée dans le déni et l’oubli), voire d’une mise à distance des proches (à qui le soldat traumatisé ne racontait rien de « sa » guerre) ou des camarades de front (évitement pour ne pas revivre les souvenirs d’une expérience traumatique), d’angoisses nocturnes et de flash-back, signes souvent de traumatismes physiques plus ou moins importants.

L’exemple de Robert Troubat donne une vision extrême du traumatisme perçu et subi durablement par les hommes qui ont combattu sur le front de l’Aisne. Ses carnets en guerre portent un autre regard sur la réalité des combats et sur l’expérience guerrière des soldats de l’Aisne et de Berry-au-Bac en particulier, au cœur de nos réflexions lors de la première année de notre projet. Cette écriture de la guerre a été un des thèmes de notre exposition en août 2014 et est resté un des fils conducteurs de celle inaugurée en octobre 2015, à travers notamment les thèmes « Nommer l’ennemi » ou le parcours de Roland Lécavalé, alias Roland Dorgelès, qui livrera le témoignage d’un écrivain de la Grande Guerre dans Les Croix de bois.

 

Concluons en précisant que la pluralité des expériences de guerre et des caractères des hommes interdit toute généralité en la matière. Il n’y a pas une expérience du corps et de l’individu dans la guerre, mais des expériences multiples, variant d’un individu à l’autre, en fonction de leur propre rapport au corps et à la violence (tant physique que morale), de leur capacité (ou non) à éprouver des tensions extrêmes et de leur tolérance face à la souffrance, ressentie dans leur propre chair, dans celle d’un camarade ou dans celle de l’ennemi. L’histoire ne nous dit pas qu’elle a été la vie de Robert Troubat dans l’après-guerre, puisque son carnet s’arrête en 1926, ni si ses cauchemars l’ont poursuivi jusqu’à sa mort en 1973. Ses autres carnets auraient pu nous en dire plus, mais ils ont malheureusement été perdus. Toujours est-il que de nombreux soldats ont été poursuivis jusqu’au bout par des terreurs et des sueurs nocturnes, prisonniers d’une réalité passée qui les hantait, prisonniers d’une guerre qui ne fut jamais totalement finie pour eux.

 

Camille Laurent, université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne

 

Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

Entre émotion et acculturation : travailler le traumatisme de guerre

Les pensées de Robert Troubats sont, comme les craintes qu’il décrit, une partie d’un mécanisme émotionnel qui devait permettre de s’orienter dans le quotidien de la guerre et au-delà. Toutefois, le regard profond que Troubat nous offre dans son journal constitue un exemple de processus de travail de la guerre parmi d’autres, celui que l’on pourrait caractériser par le concept de trauma au sens de blessures psychologiques. En effet, les profonds traumas psychologiques de guerre de beaucoup de soldats du front que traduit les notions d’obusite et de shell shock[17] et qui pouvaient se caractériser par des réactions corporelles concrètes (les „tremblements de la guerre“)[18] apparaissent moins dans les extraits choisis. Nous aimerions en complément de la contribution française expliciter brièvement cet aspect à partir de sources allemandes.

Une autre possibilité de rendre compte des réalités du quotidien de la guerre est donnée par une acculturation apparemment distanciée, faisant que les soldats réagissent froidement aux privations du front, au fait de tuer et de mourir. Une acculturation qui peut également être vue comme un trauma entendu comme mécanisme de défense rendant le quotidien de la guerre et la vie après la guerre supportable. N’oublions pas en outre que pour beaucoup de soldats, la guerre n’eut pas seulement lieu dans les tranchées. Comme le montrent à titre d’exemple les entrées des journaux personnels d’Eugene Miller[19] ou les mémoires de Wilhelm Schwalbe[20], côté allemand, une grande partie de la vie du front se passait, dans le secteur de Berry-au-Bac, loin des combats quotidiens, de sorte que la peur de la guerre et les traumas étaient loin d’être omniprésents. Eugene Miller rapporte ainsi : „matin radeau et baignade. Le temps est ensoleillé et splendide. Nous nous baignons l’après-midi. Il fait agréablement chaud“[21]. Moment de détente qui n’est souvent qu’un répit avant le retour aux combats.

Le travail des peurs du futur apparaît moins comme un processus continuel, mais plutôt un moyen de traitement, auquel Troubat recourt également dans des situations de violence extrême. Un bon exemple de l’autre extrême sur l’échelle du traitement est fourni par le soldat allemand Ludwig Elsner chez qui domine l’élément d’acculturation distanciée, loin apparamment de tout trouble émotif. Le 12 janvier 1916, l’étudiant de 20 ans sur la cote 108 aborde ses expériences, les „tirs d’artillerie habituelle de chaque après-midi“ et les siestes quotidiennes pendant les pauses françaises. Dans les lettres de ce jeune étudiant, ni souci ni peurs[22]. Elsner traite manifestement par d’autres moyens que Troubat la guerre ; distance et certitudes doivent recouvrir peurs et doutes. Néanmoins, du côté allemand aussi, des mécanismes de traitement comparables à ceux de Troubat existent. Que l’on cite à titre d’exemple les propos de Johannes Haas qui évoque: „Pour moi, tout est devenu encore moins clair. Que des points d’interrogation plus grands. Pourquoi tout ceci ? Comment cela a-t-il été possible ? Des questions en boucle sans réponse“[23]. On doit aussi se prémunir de vouloir trop vite reconnaître dans les traitements des événements militaires des spécificités nationales. On devrait pouvoir trouver un Troubat allemand ainsi qu’un Elsner français.

Comme le souligne la conclusion de Camille Laurent, aucune psyché ne ressemble à une autre. Bien que tous les soldats sur les fronts de la Première Guerre mondiale furent soumis à des processus similaires, chacun d’entre eux réagit à la nouvelle réalité par des mécanismes de traitement différents. D’un côté, il y eut des hommes – tel Robert Troubat – qui réfléchirent sur leurs expériences par biais des émotions, sans pour autant que la réflexion – critique – sur le sens de cette guerre soit absente ; d’un autre, il y eut des hommes comme Ludwig Elsner qui mirent à distance la quotidienneté de la guerre par l’émotion. Mais si les deux stratégies poursuivent le même but – éviter l’effondrement mental par les horreurs de la guerre –, les deux processus eurent des impacts différents sur les représentations respectives des „réalités de la guerre“ de leur auteur. Ainsi la guerre chez Troubat paraît-elle comme un cruel mystère, qui plus est politiquement incompréhensible, alors que chez Elsner on peut avoir l’impression qu’il décrit un déroulement normal et routinier. Les processus de travail des traumatismes de guerre ont des conséquences, cent ans après le conflit, sur la perception de la guerre, tandis que lettres et journaux intimes nous transmettent leur réalité propre. Considérés séparement, les deux sources ne peuvent révéler que des aspects partiaux qui peuvent être trompeurs. Il revient au soin de l’historien de reconstituer les morceaux de la mosaïque et ainsi de reconstruire une image aussi holistique que possible de la Première Guerre mondiale.

Stefan Schubert, Albert-Ludwigs Universität Freiburg

[1] Le Naour Jean-Yves, Les soldats de la honte, Paris, Perrin, 2011.

[2] Audoin-Rouzeau Stephane ; Becker Annette ; Ingrao Christian ; Rousso Henry (dir.), La violence de guerre, Paris, Editions Complexe – IHTP/CNRS, 2002.

[3] R. Troubat combattit dans le secteur de l’Aisne, à Laffaux et à Pinon, tous deux situés à une trentaine de kilomètres de Berry-au-Bac.

[4] Service Historique de la Défense, Vincennes, 1KT658, Carnet de Robert Troubat.

[5] Ibid. Les citations respectent l’orthographe de l’auteur pour en garder l’authenticité.

[6] Robert Troubat, « 1914-1918, Orage sur le prolétariat », Service Historique de la Défense (SHD), 1KT658.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Voir l’analyse de Pierre Gouel, professeur au lycée d’Ussel qui a transmis au SHD la copie du manuscrit de Robert Troubat, qui complète le carnet, SHD, 1KT658.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Ibid.

[14] Développé par le dr Joseph Babinski qui en soigna les effets par une « électrothérapie persuasive », BABINSKI Joseph, « Premier rapport, réformes, incapacités, gratifications », Revue de Neurologie. 1916. p. 753-756.

[15] Voir notamment Croq Louis, Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, Odile Jacob, 1999.

[16] Cabanes Bruno ; Piketty Guillaume (dir.), Au retour à l’intime : sortir de la guerre, Paris, Tallandier, 2009.

[17] Leese, Peter: Shell shock. Traumatic Neurosis and the British Soldiers oft he First World War, Basingstoke 2002, S. 13-47.

[18] Leonhard, Jörn: Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs, München 2014, S. 569-573.

[19] Deutsches Tagebucharchiv (DTA), Emmendingen, DTA 260, Eugene Miller.

[20] DTA 1386, Wilhelm Schwalbe.

[21] DTA 260, Eugene Miller.

[22] Ludwig Elsner, Brief vom 29. Juli 1916. In: Witkop Philipp (Hrsg.): Kriegsbriefe gefallener Studenten, München 1928, S. 328-329.

[23] Johannes Haas, Brief vom 24. März 1915. In: Witkop Philipp (Hrsg.): Kriegsbriefe gefallener Studenten, München 1928, S. 158.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *