Archives de catégorie : Lectures / Readings

Compte rendu : B. Ziemann, « Gewalt im Ersten Weltkrieg » par Stefan Schubert

Compte rendu de Benjamin Ziemann, Gewalt im Ersten Weltkrieg. Töten – Überleben – Verweigern, Essen (Klartext) 2013, 276 S., ISBN 978-3-8375-0887-1, EUR 22,95.

 par Stefan Schubert, Fribourg-en-Brisgau

Pour des raisons bien connues – le centenaire du début de la Première Guerre mondiale en étant l’une des principales –, un grand nombre d’ouvrages a été publié ces dernières années, dans lesquels l’»Urkatastrophe« du XXe siècle a été examinée dans de multiples perspectives. Pendant longtemps, la violence, cependant, n’a pas compté parmi les thèmes qui auraient bénéficié d’une large réception. Or, depuis les années 2000, bon nombre de travaux abordent cette thématique1. Benjamin Ziemann a ainsi investi ce champ de recherche et présente le résultat de ses recherches sous une forme ramassée de 220 pages. Il reconnaît lui-même le caractère panoramique de l’ouvrage qui ne défend aucune thèse centrale précise.

En introduction (p. 2–27), Ziemann commence par un tour d’horizon théorique et historiographique du »laboratoire de la violence« (p. 15), comme il le désigne. Ce faisant, il considère le potentiel d’analyse des différentes approches d’une »histoire de la violence« et en profite pour relever également les insuffisances de certaines des thèses alléchantes défendues avant tout par ses collègues britanniques2. Pour définir le concept de violence, Ziemann se borne à une référence au sociologue Heinrich Popitz, selon lequel la violence serait une »action de pouvoir« qui conduit à une agression intentionnelle sur la personne d’autrui. La compréhension extensive du thème de cette monographie aurait certainement gagné à un aperçu un peu plus détaillé ainsi qu’à une prise en compte des nouveaux discours sur la violence. D’autant que le but revendiqué de l’ouvrage est d’à apporter une contribution à l’analyse systématique de la violence.

Ziemann a opté pour une structure thématique en trois parties. La première – soit les chapitres I à IV, p. 23–90, – est consacrée aux »pratiques de la violence«, c’est-à-dire aux contextes de la violence, de la mort et de la survie en guerre. À cette fin, sont abordés, après une vue d’ensemble quantitative sur les tués, les blessés et les malades, les discours de la violence ainsi que les possibilités et les limites du langage. L’auteur envisage en effet trois différents langages par lesquels les soldats auraient donné un sens à la Grande Guerre mondiale: le religieux, le national et le socialiste. Ce dernier aurait gagné en force de conviction; le national, en revanche, aurait perdu au cours de la guerre en signification (chapitres I et II). Le troisième chapitre traite ensuite de la disposition à la guerre des soldats allemands, disposition que Ziemann attribue, en s’appuyant, pour le front occidental, sur des extraits à valeur d’exemple de trois journaux personnels de simples soldats, à trois motifs fondamentaux: la conviction religieuse chrétienne, la foi en la nation et les représentations socialistes de la communauté. Avec la poursuite de la guerre, une contradiction croissante se manifeste entre les attentes d’avant-guerre et les expériences réelles du front. En lien avec cette question sont alors abordées, sous une forme plus courte, les motivations différentes des soldats allemands sur le front oriental. La propension à la violence – élevée sur ce front – serait fondée sur les images bien ancrées de l’ennemi ainsi que sur les stéréotypes concernant une culture russe archaïque et considérée comme barbare.

Au chapitre IV, Ziemann entreprend une interprétation et contextualisation historiques du journal de guerre d’Ernst Jünger sous l’angle des pratiques de la violence. Ces dernières, sur le champ de bataille, sont ainsi davantage présentées comme liées à une situation et à des émotions, ce qu’illustre la question de la capture de l’adversaire qui n’est pas exécuté de façon purement aléatoire. Par cette présentation, l’historien allemand prend clairement position contre les recherches britanniques déjà évoquées qui expliquaient en partie la mort des prisonniers en référence aux normes ayant cours dans l’armée allemande.

Dans la seconde partie de l’ouvrage – soit les chapitres V à VII, p. 92–153 –, Ziemann analyse le »refus de la violence«. Ainsi, le cas de la désertion est d’abord examiné en détail, tandis qu’outre les différentes possibilités, conditions et motivations des déserteurs, sont également traitées les réactions du commandement militaire. Ziemann estime à environ 100 000 le nombre de déserteurs allemands pour toute la guerre, chiffre à prendre comme un témoignage à valeur générale sur les motifs individuels, notamment parmi les minorités polonaises et alsaciennes-lorraines, en lien à leur discrimination. Les mobiles collectifs ne sont donnés que dans le chapitre suivant, qui analyse la grève militaire allemande larvée lancée suite à l’échec de l’offensive de 1918. Les extraits de sources évocatrices permettent de suivre clairement la »labilité des sauts d’humeur« (p. 129) dans l’armée allemande. Ziemann arrive à la conclusion selon laquelle c’est moins une politisation révolutionnaire des soldats qui a conduit au refus que des attentes déçues et un épuisement collectif après quatre ans de conflit. Au chapitre VII, il revient sur le débat historiographique concernant la »guerre militaire larvée«, introduite comme concept heuristique pour la première fois, en 1986, par Wilhelm Deist3. L’étendue du phénomène des »planqués«, comme les nommèrent les autorités militaires, est estimée dans sa »fourchette inférieure absolue« (p. 148) à 185 000 hommes.

La dernière partie du livre – soit les chapitres VIII à X, p. 155–219 – est consacrée à l’»assimilation de la violence« (»Gewaltverarbeitung«) dans la république de Weimar. En la matière, Ziemann réfute la thèse d’une brutalisation de la société allemande par les soldats qui rentrent du front. Il situe bien davantage les tendances de radicalisation de la république de Weimar dans la polarisation du champ politique, dans les modèles rhétoriques des droites nationalistes et dans la victime héroïque élevée au rang de modèle. Il souligne le fait qu’il y eut également des anciens combattants pacifiques. Et d’expliciter cet aspect avec l’exemple de Hermann Schützinger, dont l’évolution, par sa sortie de la violence de guerre, a sans doute dû être celle de »beaucoup d’autres anciens combattants« (p. 173). Dans le dernier chapitre, Ziemann analyse deux ouvrages militaires qui furent des best-sellers sous la république de Weimar et s’intéresse à une partie du discours de guerre de Weimar qui a suscité peu d’attention, tout en admettant lui-même, qu’en termes d’exemplaires vendus, la littérature de guerre nationaliste et pro-violence domine.

Le livre, par sa structure, donne l’impression d’une série d’essais. Considérés isolément, ils fournissent d’intéressants articles spécialisés, sans autant suivre une thèse cohérente. Cette cohésion lacunaire se reflète également dans le choix des sources. Ainsi l’auteur se sert-il, pour analyser la »guerre militaire larvée« dans le deuxième chapitre, d’un large choix d’archives. Cependant, notamment pour le dernier champ de recherche abordé dans l’ouvrage, celui de l’»assimilation de la violence«, les matériaux convoqués peuvent convenir à des études de cas intéressantes, cela notamment grâce au style agréable de Ziemann.

Avec cette monographie, Bernd Ziemann propose au final une analyse variée de différents aspects de la violence dans et après la Première Guerre mondiale. Il présente de nombreuses idées stimulantes, mais qui, outre le fait qu’elles ont été déjà précédemment publiées, peinent à ouvrir de nouvelles voies sur le thème. L’étude de catégories jusqu’alors moins étudiées – comme le refus de la violence – invite néanmoins à une discussion plus large. Cela vaut avant tout pour l’examen critique de la validité de quelques-unes des thèses avancées qui reposent, pour partie, sur des corpus archivistiques souvent minces. L’ouvrage est donc davantage destiné à un large public qui souhaiterait obtenir un aperçu sur les controverses actuelles dans ce champ de recherche.

Compte rendu initialement publié in: Francia-Recensio 2015/3 | 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine le 11 septembre 2015.

URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2015-3/zg/ziemann_schubert

1 Voir les travaux pionniers d’Annette Becker et de Stéphane Audoin-Rouzeau, 14–18. Retrouver la guerre, Paris 2000; John Horne, Alan Kramer, German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven 2001.

2 En ce qui concerne la propension à la violence et à l’acte de tuer, voir par exemple les ouvrages de Niall Ferguson, The Pity of War, Londres 1998; ou de Joanna Bourke, An Intimate History of Killing. Face-to-face Killing in Twentieth-Century Warfare, Londres 1999.

3 Wilhelm Deist (1931–2003) fut l’historien phare du Militärgeschichtliches Forschungsamt ainsi qu’un membre fondateur du Arbeitskreis Militärgeschichte.

Trois questions à Jörn Leonhard, auteur de « La Boîte de Pandore » (2014) par Stefan Schubert

Notre projet « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoire nationale et mémoire européenne » ne vise pas seulement à entreprendre une recherche sur la Première Guerre mondiale, à une échelle locale, dans une perspective comparative et transfrontalière. A travers lui, nous souhaitons également familiariser les lecteurs intéressés à de nouvelles perceptions – comme, par exemple, en donnant un aperçu du paysage de la recherche actuelle dans les deux pays. C’est ainsi qu’ont été interviewés Bruno Cabanes (Ohio State University) et Jörn Leonhard (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg i. Br.), qui, chacun, ont écrit sur la Grande Guerre mondiale des livres ayant remporté un franc succès et une reconnaissence universitaire.

J. Leonhard

Jörn Leonhard est depuis 2006 le titulaire de la chaire d’Histoire de l’Europe occidentale romane à l’Université Albert-Ludwigs de Fribourg-en-Brisgau. Après avoir obtenu son doctorat en 1998, il a occupé divers postes à l’université d’Oxford, puis, après un court séjour à l’Université de Iéna, il a accepté, en 2006, la proposition de l’Université de Fribourg. La même année, son habilitation (soutenue en 2004) a été récompensée par le prix Werner-Hahlweg[1].

Ses champs de recherche se nourrissent des possibilités de la comparaison historique comme sur l’histoire des transferts et l’histoire croisée depuis le XVIIIe siècle. Cela ne comprend pas seulement les constructions politiques comme les Etats-nations et les empires, mais aussi les idées politiques comme le nationalisme, le libéralisme, le bellicisme ainsi que les questions de violence, de guerre et de paix.

Ce sont précisément ces tendances que Jörn Leonhard a suivies avec sa monographie parue en 2014 et récompensée par de nombreux prix[2], Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs (La boîte de Pandore. Histoire de la Première Guerre mondiale), ouvrage par lequel il réussit à offrir une synthèse de premier plan sur la catastrophe matricielle du XXe siècle. Malgré une approche globale, l’accent est mis sur la représentation du continent européen en raison de l’intensité du cours de la guerre. Avec La boîte de Pandore, Jörn Leonhard explicite le fait que le caractère du conflit, nonobstant les armes modernes et une forte tendance à la totalisation, est resté pendant longtemps prisonnier des idées d’une conduite traditionnelle de la guerre – ce par quoi la Première Guerre mondiale pourrait être considérée comme la dernière guerre du XIXème siècle. Cette contradiction aurait, inconsciemment, conduit à une divergence entre attentes et expériences. Outre la question sur le caractère de la guerre, J. Leonhard montre aussi que les grands empires européens, loin d’être affaiblis par les mouvements irrédentistes depuis 1914, furent pendant longtemps des formations stables. Ce seraient bien plutôt les évolutions dans les fronts domestiques – des discriminations jusqu’à l’espionnite – qui auraient délégitimé de manière décisive les représentations des formations multiethniques après 1918.

Ces évolutions sont explicitées en dix chapitres qui calquent la chronologie de la guerre (y compris l’avant et l’après-guerre), et soulignent ainsi les spécificités pour chaque année du conflit tout en retraçant l’escalade de la guerre.

La boîte de Pandore offre une interprétation exhaustive et détaillée de la Première Guerre mondiale, qui pointe également de nouvelles perspectives, dont certaines sont abordées dans l’interview qui suit.

NB : L’Interview, menée en juillet 2015, a été publiée en langue originale sur le blog allemand « Die Höhe 108 ».

Genèse d’un livre majeur pour l’historiographie

Stefan Schubert : Avec l’ouvrage La boîte de Pandore, vous offrez, cent ans après la Première Guerre mondiale, une histoire holistique de l’événement particulièrement réussie. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à ce grand projet ? Comment avez-vous travaillé ? Quelles sources avez-vous consultées ?

Jörn Leonhard : Il s’agissait avant tout pour moi de dépasser les intrications nationales ou exclusivement d’Europe de l’Ouest présentes dans les grandes fresques jusqu’ici produites, bref d’entreprendre une analyse qui rend compte de la guerre mondiale comme d’un événement global. Cela voulait dire d’une part de réellement inclure toutes les grandes régions de l’Europe (et, ce faisant, l’Europe centrale, de l’est et du sud-est), soit toutes les zones dans lesquelles se trouvaient les grands empires multiethniques d’Europe continentale (Habsbourg, Russie, Empire ottoman) et qui disparurent jusqu’en 1919-1923, et d’autre part cela voulait dire d’inclure les grandes régions du monde (Asie, Océanie, Afrique, Amérique du nord et du sud).

Concrètement, j’ai écris le livre pendant mon année de professeur invité à l’université de Harvard, en 2012-2013, mais j’avais commencé, intensément, par la collecte de sources et de bibliographie à partir de 2011. La réponse simple à la question « comment » est la suivante : lire autant que possible sans être dérangé, de façon continue, vite et beaucoup, écrire jusqu’à ce que les chaînes argumentatives, l’analyse et les bons récits prennent corps, ensuite parler avec beaucoup de collègues qui sont des spécialistes de certains thèmes afin de tester mon hypothèse et, enfin, après ce compactage, écrire, concentré, trois pages par jour minimum. Si vous faites cela un an durant de façon concentrée, vous allez assez loin – même si vous avez besoin, ensuite, d’un programme de réintégration sociale…

Outre la consultation de beaucoup d’anthologies de sources et de textes classiques (diplomatiques, miliaires, élites), j’ai avant tout travaillé avec des ego-documents, c’est-à-dire des journaux personnels et des correspondances afin de maintenir une vue autant que possible non déformée des contemporains de l’Etat sur leur présent.

            Le dépassement de la nation comme cadre de référence

Stefan Schubert : Vous appartenez à une génération qui n’a connu aucune guerre mondiale, mais au contraire le processus d’unification européenne. Comment évaluez-vous cette distance en termes historiographiques ? La convergence des sociétés européennes comme la focale plus faible sur l’Etat-nation ont-elles permis de nouvelles interprétations transnationales de la Première Guerre mondiale ? Considérez-vous votre ouvrage comme un résultat ou une partie de ce processus ?

Jörn Leonhard : Dans cette perspective, j’aurais tendance à considérer mon livre comme partie de ces approches transnationales et d’histoire globales. Mais, il faut attention à ce que cela ne conduise pas à faire un nouveau récit de référence, au sens d’une histoire de l’ « Occident » et des valeurs qui lui sont rattachées – dans mon livre, il s’agissait précisément de montrer comment la guerre a accru les divergences entre et à l’intérieur des Etats, des sociétés, des nations et des empires, et que ce fut une expérience dans toutes les sociétés impliquées, même si spécifique à chacune d’entre elles. Et nous avons pu justement voir l’année dernière que, sous le vernis d’une mémoire présentée rhétoriquement comme européenne commune, beaucoup de différences nationales restaient visibles : il y a une grande différence dans la façon par laquelle, en Allemagne, on aborde la question de la « responsabilité de la guerre », en France, les victimes de guerre, en Belgique l’expérience de l’occupation ou en Grande-Bretagne la question de savoir si la Grande Guerre ne fut pas une fausse guerre, dans laquelle le pays s’engagea au début du XXe siècle. En tant qu’historien, on doit reconnaître ces différences, expliquer leur genèse et on doit les assumer. Cela immunise quelque peu contre des promesses trop larges selon lesquelles tout pourrait se subsumer dans une mémoire de guerre européenne commune en nivelant les différences.

La Première Guerre mondiale comme rupture radicale d’attente

Stefan Schubert : Vous soulignez dans votre livre à plusieurs reprises le volet de l’écart qui se creuse entre attentes et expériences pendant la Première Guerre mondiale. Qu’est-ce qui est à l’origine de ce modèle d’interprétation ? Où réside le potentiel heuristique particulier d’une telle interprétation ?

Jörn Leonhard : Cela provient de ma fréquentation intensive de l’œuvre de Reinhart Koselleck[3]. Ma thèse est la suivante : dans cette guerre comme jamais auparavant ni après, il n’y eut une dévalorisation des attentes par une explosion des expériences de violence dans un temps court. Jusqu’à l’époque moderne, les horizons d’attentes et les espaces d’expériences étaient restés liés les uns aux autres dans une compréhension du temps cyclique. Entre 1770 et 1850, cette conception du temps vola en éclats, parce que les attentes des hommes au temps de la Révolution française dépassèrent de loin leurs expériences. Ce qui commence en août 1914 et ne s’arrête pas en novembre 1918, renverse radicalement cette tectonique : désormais, la guerre met à nu ces attentes de progrès, cet héritage du XIXe siècle comme d’inoffensifs scenarii qui ne peuvent s’opposer à la dynamique des expériences dans cette guerre. Le résultat fut une crise de crédibilité dans presque tous les domaines de la vie : crise de la politique, de l’économie et de la société, des projets idéologiques comme justification de l’Etat et des riches, des nations, des ethnies et des classes. Et c’est précisément en ceci, dans cette désorientation de base, dans ces durées raccourcies et ces demi-vies des grandes idées organisatrices, que réside un héritage de la guerre jusque dans le présent.

Stefan Schubert : Quand vous parlez d’héritage de la guerre, vous ne pouvez pas ne pas considérer la deuxième grande guerre du XXe siècle. D’après vous, comment s’organise le rapport entre expérience et attente lors de la Seconde Guerre mondiale ? Où sont les différences entre 1914 et 1939 ?

Jörn Leonhard : La relation entre expériences et attentes, en 1939 ou 1941 (si l’on considère cette année en tenant compte du Pacifique comme nouvelle vague « globale »), fut différente de 1914. La singularité de la Première Guerre mondiale ne consiste pas dans le fait qu’il n’y avait pas, en 1914, de grande guerre en Europe, qui aurait pu servir d’échelle de mesure appropriée pour l’explosion de la violence qui s’annonçait. Bien qu’avant 1914, il y eût dans de nombre de régions des prémisses d’une violence qui dégénère, qui se totalise – que l’on pense à la guerre civile américaine ou aux sociétés coloniales –, cela restait, dans la perception européenne, les « périphéries ». Ce fut tout à fait différent en 1939-1941, car les hommes de cette génération d’expérience pouvaient encore, de façon très consciente, se souvenir de la guerre précédente – c’est précisément cela qui a nourri, en France et en Grande-Bretagne, dans les années avant 1939, l’ « apaisement ». C’est pourquoi le fossé entre expériences et attentes fut tout autre et, sans doute de prime abord, pas aussi profond qu’en 1914. Cependant, la différenciation ne change rien à un fait fondamental, qui vaut pour chaque très grande guerre et a fortiori pour la guerre totale de 1939-1941 : dans cette guerre aussi apparut une dynamique de violence d’un genre nouveau, qui réduisit à néant toutes les attentes des hommes au début de la guerre. Mais la dynamique fut autre que celle après août 1914 – elle avait moins à voir avec la désillusion d’un mythe d’une « guerre courte » qu’avec le lien de dictature et d’une violence intérieure comme extérieure, avec la totalisation de la violence de la guerre aérienne contre les populations civiles, porté à la fin par l’emploi de bombes atomiques à l’extrême, et les liens entre guerre et Shoah.

Nouvelles perspective sur la Première Guerre mondiale

Stefan Schubert : Les nombreuses publications des dernières années ont montré que la Première Guerre mondiale ne constituait pas, loin s’en faut, un champ complètement balisé. Quelles seraient selon vous les nouvelles perspectives et thématiques qui pourraient être ceux de la discipline historique dans les prochaines années ?

Jörn Leonhard : Je pense que la transposition conséquente des approches de l’histoire globale et des comparaisons internationales au-delà des cas classiques d’Europe de l’Ouest renferme encore beaucoup de potentiel. A cela s’ajoute la combinaison d’approches par exemple l’histoire économique et financière de la guerre avec des concepts culturels qui interrogent les appropriations des expériences par les contemporains. Et en fin de compte, des espaces d’expériences particulièrement concrets – le camp, la captivité, le lien entre fronts domestiques et militaires, les lieux de violence dans le contexte d’une guerre étatique, de guerre civile et de violence ethnique – offre beaucoup de nouveaux domaines de recherche passionnants.

Stefan Schubert : Au nom du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac », je vous remercie pour cette interview.

                                                Traduction : Amaury Bernard & Fabien Théofilakis

[1] Prix d’histoire militaire le plus prestigieux en Allemagne.

[2] Le NDR-Sachbuchpreis et le prix « Geisteswissenschaften International » pour favoriser les publications d’excellence en sciences humaines et sociales décerné par le Börsenverein, la Fritz Thyssen Stiftung, la société de gestion collective Wort en charge des droits des œuvres utilisant le langage et les Affaires étrangères.

[3] Voir notamment Koselleck, Reinhard, „ ‚Erfahrungsraum’ und ‚Erwartungshorizont’ – zwei historische Kategorien“, in Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt a.M., 2000, p. 349-375 ; Koselleck, Reinhart, „Der Einfluss der beiden Weltkriege auf das soziale Bewusstsein“, in Wolfram Wette (dir.), Der Krieg des kleinen Mannes. Eine Militärgeschichte von unten, München, 1992, p. 324-343.

De la sortie de guerre, à l’entrée en guerre : trois questions à Bruno Cabanes sur son ouvrage « Août 14, La France entre en guerre », Paris, Editions Gallimard, 2014

La réalisation du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac » a demandé aux différents participants français et allemands des lectures nombreuses afin de comprendre les enjeux et les débats qu’impliquent l’écriture d’une histoire croisée de la cote 108 en Première Guerre mondiale. Les commémorations du centenaire du début de la Grande Guerre ont également favorisé la publication de plusieurs ouvrages. L’un d’entre eux a retenu mon attention : Août 1914, La France entre en guerre de Bruno Cabanes, professeur d’histoire à l’Ohio State University.

B. Cabanes - August 1914

 

L’ouvrage est composé de huit chapitres couvrant le mois d’août 1914. Les trois premiers s’ouvrent sur la déclaration de guerre et l’effervescence d’une France blessée par l’assassinat de Jaurès. Les deux suivants – « L’épreuve du feu » et « l’ombre de la défaite » – décrivent les actions militaires aux frontières et la manière dont soldats et armées s’habituent difficilement à une guerre nouvelle qu’ils découvrent. Enfin les trois derniers chapitres s’intéressent à l’entrée en guerre des civils et des fronts domestiques. À travers des sources inédites, à commencer par des rapports préfectoraux, des relations de police et des témoignages, Bruno Cabanes montre comment l’irruption de la guerre bouleverse la France toute entière, de la société à l’individu : le véritable tournant de la guerre n’a pas lieu à la fin de l’année 1914, avec l’apparition de la guerre des tranchées, mais bien dès le mois d’août 1914.

 

Ce choix de rendre compte de cet ouvrage a été motivé par plusieurs raisons. Personnellement, j’avais déjà contacté Bruno Cabanes dans le cadre du projet « La cote 108  » : auteur d’une thèse sur la sortie de guerre, publiée sous le titre de La victoire endeuillée : la sortie de guerre des soldats français, 1918-1920 en 2004, il s’intéressait à cette lente et difficile démobilisation culturelle et militaire des soldats français à travers les commissions du rapport postal, un thème et une source centraux que nous avons nous-mêmes convoqués dans nos recherches. Ensuite, le titre d’Août 14, La France entre en guerre évoque, pour l’historien qui travaille sur 1914-1918 aujourd’hui, d’une part la thèse centrale de Jean-Jacques Becker, Août 14, quand les Français entrent en guerre[1], et d’autre part le centenaire août 1914 – août 2014. Enfin, dans le cadre de ce blog, nous avons voulu tenter une expérience : proposer un compte rendu de l’ouvrage de B. Cabanes en faisant parler… son auteur. Nous remercions Bruno Cabanes de son entière coopération pour cette interview réalisée en juin 2015.

 

1) 1914-2015, une entrée dans la guerre à cent ans de distance et d’historiographie

Amaury Bernard : En 1976, Jean-Jacques Becker soutenait une thèse pionnière, « 1914, comment les Français sont entrés dans la guerre ». Près de 40 ans après cette oeuvre pionnière, vous publiez La France entre en guerre. Au-delà du clin d’oeil, comment expliquez-vous le passage des Français à la France ?

Bruno Cabanes : Ce titre est plus qu’un simple clin d’œil au travail pionnier de Jean-Jacques Becker. Je voulais rendre hommage au grand historien de l’entrée en guerre, car c’est véritablement avec lui que j’ai découvert et commencé à travailler sur la Première Guerre mondiale, il y a un peu plus de vingt ans – avant que d’autres n’influencent à leur tour mes recherches: George Mosse (que j’avais rencontré à Cambridge en 1989), Jay Winter, Alain Corbin (dont l’inspiration est sensible ici, notamment dans mes chapitres sur la France rurale et les sons de la guerre) ou Stéphane Audoin-Rouzeau.

Mais pour revenir à votre question principale : comment notre approche de l’entrée en guerre a-t-elle évolué depuis la fin des années 1970 ? Il me semble que notre changement de regard est lié principalement aux évolutions de l’histoire culturelle. Les sources de Jean-Jacques Becker pour son histoire politique de l’entrée en guerre, c’étaient les rapports des instituteurs, avec en arrière-plan, une notion que les historiens n’utilisent plus guère : l’opinion publique. Dans Août 14, je me suis surtout intéressé aux rumeurs, aux mauvais bruits, aux peurs collectives, dans une approche qui s’inspire de l’histoire des émotions, et avec des archives jusqu’ici peu exploitées: les rapports préfectoraux et les fonds de la Préfecture de Police de Paris.

 

Amaury Bernard : Vous avez soutenu une thèse, en 2002, sur la sortie de guerre des soldats français, « Finir la guerre : l’expérience des soldats français (été 1918-printemps 1920) ». Comment l’historien de la déprise de guerre – culturelle et militaire -, a-t-il envisagé et travaillé ce parallèle en termes de méthode et de ressorts d’analyse entre les processus de mobilisation et de démobilisation ?

Bruno Cabanes : Dans les deux cas – entrée en guerre et sortie de guerre, mobilisation et démobilisation – ce qui m’intéresse, c’est le temps de la guerre. Ou, plus précisément, le rapport au temps de ceux qui sont plongés dans un événement hors norme. Sentiment d’accélération dans l’un et l’autre cas, stupeur devant la banalité de ce qui arrive – « C’était donc cela », écrivent les Français découvrant les affiches de la mobilisation et ceux qui apprennent la signature de l’armistice, quatre ans plus tard. Que se passe-t-il, en d’autres termes, lorsque notre quotidien est comme aspiré par un événement gigantesque qui engloutit tout ?

Du point de vue de mon travail sur le temps de la guerre, l’approche de la sortie de guerre que j’avais entreprise dans mon premier livre ressemble finalement beaucoup à celle que j’ai suivie ici, au sujet de l’été 1914 : dans les deux cas, j’ai essayé de déplier un temps que la mémoire avait replié sur lui-même. J’ai voulu montrer par quelles étapes successives on passe de la paix à la guerre et de la guerre à la paix, et comment ces étapes successives diffèrent selon les niveaux d’analyse.

Lors de l’entrée en guerre et de la sortie de guerre, les rituels collectifs jouent un rôle majeur, et d’abord comme l’une des composantes du grand basculement identitaire de tous ces hommes qui passent, en l’espace de quelques heures, du statut de civils à celui de combattants. Les rituels de la mobilisation et de la démobilisation ont à la fois une valeur psychologique et une valeur anthropologique: ce sont eux qui facilitent le passage d’un état à un autre, d’un temps à un autre.

 

            2) Cette France qui entre en guerre….

Amaury Bernard : Lorsque les Français partent en guerre en août 1914, vous soulignez qu’ils le font avec l’espoir d’une guerre courte. Quelles sont alors les représentations de la guerre dominantes dans la société française ? Quel est le poids, sur les mentalités des Français, des campagnes précédentes, notamment 1814 et 1870, deux autres invasions de la France ? On comprend, à la lumière des faits que vous évoquez concernant la défaite des premières batailles, l’incapacité du commandement, la mauvaise coordination entre l’infanterie et l’artillerie, les uniformes mal adaptés. Ces différents éléments peuvent-ils faire croire qu’en entrant en guerre, la France « pensait en retard », obsédée par un sentiment de déclin et d’infériorité, notamment démographique, vis-à-vis de l’Allemagne ?

Bruno Cabanes : Oui, d’une certaine façon, la France pense en retard, mais ce n’est pas ce qui la distingue des autres pays belligérants. Qui peut prétendre, à l’été 1914, avoir compris le sens de la guerre russo-japonaise, ou des guerres balkaniques ? qui a vu et tiré les conséquences du changement d’échelle et de degré qu’a connu le phénomène guerrier dans les vingt ou trente années précédant la Grande Guerre ? Ce qui m’intéresse beaucoup plus, c’est la manière dont un événement tant de fois annoncé – songez au fameux article de Péguy dans les Cahiers de la Quinzaine au moment de la crise de Tanger (mars-avril 1905) – a pu “tomber sur le monde comme une avalanche”, comme l’a écrit l’historien Jules Isaac.

 

            3) Un front peut en cacher un autre…

Amaury Bernard : La Première Guerre mondiale transforme la séparation couramment faite entre le front militaire et l’arrière, qui est de plus en plus exposé aux dangers de la guerre, comme vous le montrez à travers les pages sur l’aviation, sur le travail des femmes et sur les réfugiés. Comment les combattants perçoivent-ils cette mutation entre front militaire et front domestique ? Où s’arrête alors le front, lorsque tout devient front ?

Bruno Cabanes : Cette question des délimitations est vraiment une question fondamentale. Les premières semaines de l’invasion sont marquées par un déferlement de violence (850 hommes, femmes et enfants belges tués déjà entre le 4 et le 9 août) et une « grande peur », que nous avons aujourd’hui oubliées. Tout va très vite. Sur les champs de bataille se livrent des affrontements extrêmement meurtriers – parmi les plus sanglants de l’histoire militaire française. Dans le même temps, les réfugiés venus de Belgique et du Nord de la France affluent vers Paris, puis l’Ouest du pays. Songez qu’une ville comme Rouen, qui ne sera pourtant jamais véritablement menacée, se vide d’un tiers de sa population le 27 août !

En fait, il a suffit d’un mois à peine pour que la France entre pleinement dans la guerre. D’où cette impression de porosité entre le front et l’arrière qui frappe de plein fouet les contemporains. Et puis, il y a d’autres peurs qui ajoutent à ce sentiment de transgression spatiale caractéristique d’une guerre totale en gestation : :celle des bombardements aériens contre les populations civiles, celle des espions allemands. On assiste alors à une forme tout à fait spectaculaire d’auto-mobilisation, les habitants des grandes villes scrutant le ciel à la recherche des zeppelins et des lumières suspectes, tandis que dans les campagnes, les migrants, les marginaux, les réfugiés eux-mêmes sont confondus avec des espions.

Il me semble que derrière cette inquiétude diffuse, ce sont aussi les représentations que les Français se font d’eux-mêmes et de l’ennemi qui sont en jeu. En 1914, les Français ont confiance dans leur armée, mais ils se méfient des ruses allemandes. C’est ce que signifie notamment la psychose liée aux affiches Kub (qu’on imagine avoir été installées par des ennemis de l’intérieur pour guider les troupes d’invasion allemandes) ou la destruction des boutiques Maggi en plein Paris[2]. Ce saccage des commerces de lait Maggi est particulièrement intéressant. Longtemps interprété comme une flambée de nationalisme contre la firme suisse-allemande, voire comme un simple règlement de compte entre concurrents, il revêt, me semble-t-il, une signification beaucoup plus forte, car la rumeur court bientôt que les Allemands cherchent à tuer les enfants français avec du lait empoisonné. Mauvais bruit d’ailleurs renforcé par des versions légèrement différentes en province : en Corrèze et en Lozère, par exemple, des voyageurs allemands déguisés en « femmes » distribuant des friandises empoisonnées aux enfants.

Bref, les peurs que John Horne et Alan Kramer ont distinguées en Belgique et dans le Nord de la France en août 1914 – la peur des « atrocités allemande[3] » – sont aussi présentes à des centaines de kilomètres de là, comme dans la petite ville de Gramat (Lot), où la gendarmerie locale recherche activement « une femme revêtue d’une robe bleue » qui aurait lancé des bonbons empoisonnés depuis sa voiture. Le thème du travestissement, très présent dans ces rumeurs de l’entrée en guerre, dit aussi l’entrée dans une forme de conflit où les identités sont brouillées. La guerre se déroule certes au front. Elle est aussi partout.

NB : Une version allemande est à venir sur le blog « Die Höhe 108 in Berry-au-Bac »

            23 Juin 2015, Nanterre.

[1] Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés en guerre, Paris, Presse de la fondation des sciences politiques, Paris, 1977.

[2] Cabanes, Bruno, Août 1914, La France entre en guerre, Paris, Gallimard, 2014, p. 177.

[3] Horne, John et Kramer, Alan, German Atrocities, 1914, A history of denial, New Haven et Londres, Yale University Press, 2001.