Archives mensuelles : janvier 2015

Le projet « La cote 108 à Berry-au-Bac » aux RDVH (II): Rencontres sur bord de Loire et comptes rendus d’expérience

Les Rendez-Vous de l’Histoire se sont imposés comme ce grand rassemblement où les historiens de métier vont à la rencontre du grand public, nombreux et passionné, mais rencontrent également leurs pairs et collègues. C’est dire l’intérêt que représentait pour notre projet l’invitation qui avait été faite à l’équipe de venir présenter l’exposition Cote à côte / ‘Viel Lärm um nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum – aimablement accueillie à l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage –, d’assurer des visitées guidées et d’animer une table ronde sur la première année de recherche qui venait de s’achever.

Pour des raisons pratiques, seuls les trois participants français – Amaury Bernard, Camille Laurent, Pierre Le Dauphin – avaient pu faire le déplacement à Blois. Ils livrent sur ce blog leurs impressions avant de discuter du sens qu’ils donnent, en tant qu’historiens en devenir, à ces RDVH.

Fabien Théofilakis, responsable scientifique, Université de Montréal, Centre canadien d’études allemandes et européennes

 

En affection spéciale à Blois

 L’exposition franco-allemande Cote à côte / ‘Viel Lärm um nichts’ a reçu en octobre 2014 sa première permission pour quitter le front et rejoindre enfin l’arrière, et la douceur des bords de Loire. Après la dure entrée en guerre, au début du mois d’août, à Berry-au-Bac au cours de la journée inaugurale, elle ne pouvait espérer que le repos avant ses prochaines pérégrinations, dont l’Allemagne en novembre. Mais pour elle, point de repos à l’arrière non plus. Au cours de cette brève permission exceptionnelle étaient prévues pas moins de quatre visites et une table ronde à l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage (ENSNP), organisée par le responsable scientifique Fabien Théofilakis, et trois participants, Camille Laurent, Pierre Le Dauphin et moi-même. Ces cinq manifestations ont attiré au total une trentaine de personnes, un nombre en deçà de nos espérances.

En effet, les horaires des quatre visites guidées n’ayant pas été annoncées dans le programme, le public ne pouvait être au rendez-vous. Nous avons donc guidés les rares visiteurs présents, en nous répartissant le temps de parole et les différents panneaux, agrémentant toutefois la visite de documents nouveaux afin de montrer que nous continuons à enrichir cette exposition. Cette proximité avec notre public a cependant eu des avantages indéniables, amenant plus facilement la discussion entre les différents acteurs. D’autant qu’il fut composé de plusieurs historiens – dont Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau –, d’archivistes, mais également de professeurs du secondaire, de journalistes, d’une étudiante et d’un Blésois… Une classe d’un lycée de Tours a également fait une visite improvisée. Les différentes discussions qui se sont déroulées pendant ces visites ont toujours été riches d’enseignement.

La table ronde, organisée le samedi midi 11 octobre et annoncée dans le programme comme « Communication jeune chercheur », a mobilisé un plus grand nombre de personnes, dans le hall de l’ENSNP. À l’aide d’une présentation Power Point et de panneaux de l’exposition choisis pour leur thématique, nous avons cherché à montrer notre méthode et surtout à replacer au centre de la discussion la dimension franco-allemande, absent physiquement car nos camarades allemands n’avaient pu faire le déplacement jusqu’aux rives de la Loire. Les premières questions du public ont d’ailleurs tourné autour de cette question binationale, sur le souvenir et l’étude de la Première Guerre mondiale en Allemagne. Une autre intervention a permis de découvrir de nouvelles archives privées, car le grand-père de l’un des auditeurs avait combattu à Berry-au-Bac : nous avons pu récupérer une reproduction de ses carnets où il évoque les combats de 1917.

Mises à part quelques ombres au tableau, les Rendez-Vous de l’Histoire, à mon avis, ont été pour l’exposition un succès, car après être passée sous l’oeil passionné des Berryaçois et des locaux en août dernier, ce fut au tour des yeux avisés des professionnels de l’histoire français de l’examiner et de… l’avaliser. L’exposition ne s’est cependant pas arrêtée longtemps pour repartir désormais outre-Rhin : après Blois, Freiburg.

                                    Amaury Bernard, Université de Paris Ouest Nanterre – La Défense

 

Quand la cote 108 s’invite à Blois, de l’Aisne à la Loire

L’ouverture, en cette année 2014, des commémorations du centenaire de la Grande Guerre  représente un rendez-vous important pour les historiens spécialistes de la période et devrait en même temps relancer la recherche. L’ampleur de l’événement et les attentes du public démultiplient les besoins et offre l’opportunité à de jeunes chercheurs d’entrer dans le paysage historique en se penchant sur l’histoire de la Première Guerre mondiale comme en explorant de nouveaux champs d’étude. Le temps du centenaire stimule ainsi l’émergence de nouveaux médiateurs, tels que notre groupe de recherche coordonné par Fabien Théofilakis et composé de six étudiants français et allemands en master.

La Grande Guerre était inévitablement convoquée aux 17e Rendez-Vous de l’Histoire à Blois et c’est en partie grâce au regain d’intérêt pour les études menées sur 14-18 que nous avons été invités à y présenter notre exposition Cote à Côte. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres, une première après son inauguration à Berry-au-Bac[1] en août dernier. Les étudiants allemands ne pouvant pas être présents à Blois en raison de leur calendrier, c’est donc à nous trois étudiants français – Amaury Bernard, Pierre Le Dauphin et moi-même – que revenait de représenter le groupe de recherche franco-allemand. Cela constituait une opportunité unique pour nous, historiens en devenir, et nous nous étions préparés à saisir cette opportunité d’y présenter le résultat d’une année de recherche en archives et de réflexion commune.

Nous avions décidé d’articuler la présentation de notre projet autour de trois axes principaux : l’exposition faite de treize panneaux à l’École nationale supérieure du paysage et de la nature du vendredi 10 au samedi 11 octobre, quatre visites guidées proposées sur ces deux journées, enfin une table ronde d’une heure organisée le samedi.

L’exposition, inaugurée le 2 août dernier à Berry-au-Bac et présentée donc à Blois, rend compte de l’état actuel de nos recherches sur l’expérience combattante, tant française qu’allemande, durant la Première Guerre mondiale dans ce village de l’Aisne, à l’extrémité est du Chemin des Dames. Loin de rédiger des récits clos ou de formuler des réponses définitives, il s’agissait pour nous de présenter un travail en construction, puisque l’objectif est de mener ce projet sur cinq années, jusqu’en 2019, avec un thème différent chaque année.

C’est un aspect de notre projet qu’il était important de rappeler à Blois, lors des visites guidées que nous avons proposées. Si nous prétendons pas en effet proposer un récit nouveau sur cette histoire, en revanche notre ambition est d’apporter un angle d’approche original par une étude comparative binationale systématique au cœur du projet. D’autre part, nous rappelions dans nos visites guidées l’originalité du lieu oublié de la Grande Guerre qui expérimenta toutes les formes que la guerre revêtit entre 1914 et 1918 et qui, à titre d’exemple et de concentré d’expériences diverses, pouvait apporter un apport intéressant à la recherche. Nous avons par ailleurs évoqué le fait que le but de ce projet était également de réhabiliter la cote 108, d’un point de vue physique, en l’ouvrant au public. Nous avons pu constater lors de nos trois séjours à Berry-au-Bac que le site, resté fermé au public depuis 1919, suscitait déjà de la part de la population locale de nombreux fantasmes.

Nous avions initialement décidé d’animer ces visites guidées séparément de sorte que chacun puisse prendre un groupe de visiteurs. L’objectif était pour nous de choisir trois axes différents, avec des thématiques différentes, que chacun se serait appropriées en fonction de ses préférences et personnalités. Pour ma part, j’avais choisi de faire honneur à l’Ecole nationale qui nous accueillait et d’orienter ma visite guidée autour du thème du paysage et plus particulièrement de son évolution dans la guerre, un paysage qui pouvait être perçu tant en termes physiques que culturels, depuis l’impact de la construction du système de tranchées à Berry-au-Bac (« La guerre des tranchées à Berry-au-Bac : une « période de stationnement » de près de quatre ans »), du percement de galeries sous la cote 108 (« Combattre sous terre : la guerre des mines, une guerre dans la Grande Guerre ») ou du mitraillage et bombardement quasi-quotidiens pendant les quatre années de guerre jusqu’au panneau qui traite de l’occupation allemande d’une partie du département de l’Aisne (« Envahir, occuper, coexister : les expériences de guerre de l’Aisne occupée »). Mais le faible nombre de visiteurs nous a amené à modifier cette organisation pré-établie au dernier moment au profit d’une seule visite guidée au cours de laquelle chacun d’entre nous a présenté les panneaux qu’il avait contribué à composer avec un camarade allemand.

Lors de la table ronde, nous avons développé notre travail en archives, notre démarche et notre évolution dans ce projet de recherche franco-allemand. Après une présentation du projet par Fabien Théofilakis, Pierre Le Dauphin a débuté cette table ronde en rappelant l’opportunité que représentait pour nous ce projet en termes d’apprentissage, de travail en archives et de construction d’un récit historique. Il évoqua également l’importance du travail en équipe, avec une équipe franco-allemande qui permet de croiser les regards à travers des expériences, des cultures et des visions différentes. J’ai poursuivi en expliquant comment, par la lecture de milliers de lettres, j’avais pu acquérir une meilleure connaissance du paysage de la guerre en 14-18 et comment j’avais pu reprendre nos méthodes de travail dans mes recherches personnelles. J’ai également parlé de l’autocensure, de l’organisation par le gouvernement d’une correspondance entre les instituteurs et leurs anciens élèves afin de soutenir le patriotisme et de la redéfinition des liens familiaux par l’écriture de ces lettres. Amaury Bernard a clôturé nos prises de parole en présentant les sources sur lesquelles il avait travaillées, à savoir les cartes militaires (notamment les canevas de tir), les rapports du contrôle postal et les journaux de marche et d’opérations (JMO) qui permettent de retracer le parcours des unités. Ce travail est complémentaire de mes propres recherches, puisque c’est grâce aux JMO que nous sommes parvenus à identifier le lieu où les lettres avaient été écrites, puisque la plupart d’entre elles, par mesure de sécurité, ne mentionnent qu’un secteur postal. Comme le disait Pierre, c’est par un travail d’équipe que nous pouvons croiser les sources et les mettre en relation.

Nous comptions parmi l’auditoire plusieurs représentants de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine et du Service Historique de la Défense, qui soutiennent depuis un an notre travail en archives. Nous avons aussi été agréablement surpris de rencontrer le petit-fils d’un soldat qui avait combattu sur la cote 108 avec lequel nous sommes restés en contact et qui nous a communiqué notamment un récit de la bataille des chars dans le secteur Berry-au-Bac en avril 1917. Nos différentes interventions, qu’elles soient sur place à Berry-au-Bac, à Blois ou comme prochainement à Fribourg (Allemagne) et à Paris, ont entre autres pour conséquence d’amener à nous les descendants, français ou allemands, des combattants de Berry-au-Bac en 14-18. Il est difficile de savoir qui sont dans ces cas-là les plus enjoués, nous de découvrir potentiellement de nouvelles sources ou eux de renouer avec l’histoire oubliée d’un grand-père.

Au final, cette intervention blésoise a semblé intéresser, voire interpeller, nos auditeurs qui nous ont pour beaucoup manifesté de la sympathie, tant durant qu’après notre présentation. Nous avons cependant déploré le nombre relativement réduit de visiteurs puisque seule une douzaine de personnes avaient fait le déplacement pour nous écouter. C’est véritablement le point faible de ces Rendez-Vous de l’Histoire pour nous : le peu de visibilité pour notre projet. Nous avions pourtant tenté de pallier à l’absence de communication sur nos interventions. J’avais pour ma part placardé des affiches de notre exposition dans divers sites, notamment à la Halle aux grains. J’avais aussi rappelé notre programme lors de mon passage le vendredi 10 octobre à 9h06 à l’antenne de France Culture, lors de l’émission La Fabrique de l’Histoire d’Emmanuel Laurentin et d’Anaïs Kein qui nous avaient invités à y présenter le projet de la cote 108[2].

Pourtant, il faut aussi dire que peu d’interventions avaient pour thème celui de la Grande Guerre. A ce propos, une anecdote m’a été rapportée par des hôtesses d’accueil, alors que je leur apportais des affiches de notre exposition, confirme qu’avec une meilleure communication, nous aurions pu avoir plus de visiteurs : l’une d’elle m’a ainsi raconté la déception d’un professeur d’histoire-géographie du secondaire qui voulait emmener ses élèves assister à des conférences ou des expositions sur la Première Guerre mondiale, pour compléter le programme de l’année, et qui ne trouvait rien de véritablement probant sur le programme des Rendez-Vous de l’Histoire. Alors que je lui présentais notre projet afin qu’elle puisse diffuser l’information, l’hôtesse s’est tout de suite exclamée : « Quel dommage que nous ne l’ayons pas su plus tôt ! ». Quel dommage en effet…

Ces premiers Rendez-vous de l’Histoire ont été, en conclusion, pour moi un lieu d’apprentissage et de sociabilisation en nous invitant en tant qu’intervenants à présenter le résultat de nos premières recherches. L’évolution de notre statut lors de ces deux journées – de celui d’étudiant à celui d’apprenti-historien – a joué un rôle important dans ma perception de nous-mêmes/moi-même, dans la reconnaissance et le partage de notre travail et dans notre formation. Bien que ces deux journées à Blois n’ont pas eu le succès escompté, ces Rendez-Vous de l’Histoire marquent indubitablement une expérience très riche en enseignement et en rencontres puisqu’elles nous ont permis de nous mêler aux historiens que nous lisons, de nous entretenir avec eux et mieux, de profiter de leurs conseils.

                               Camille Laurent, Université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne

 

Des travées aux travers(es) :

RDV avec l’histoire, oui, mais laquelle ?

 Je suis parti, pour écrire ce billet, de mon expérience de « candide », puisque c’étaient mes premiers Rendez-vous de l’Histoire à Blois. Après quelques jours à fréquenter les traverses de l’histoire – que ce soit pour présenter notre propre exposition ou assister à un maximum de tables rondes possible –, certaines questions ont fini par me tarauder. Je remarquai, non plus ce qui était présent à ces RDVH, mais… ce qui en était absent. Lors de mes premières années d’études, l’histoire m’était apparue comme une discipline dont le savoir s’élaborait à l’échelle internationale. Dans mes cours d’historiographie, j’ai appris que la vitalité de l’histoire – depuis l’après Seconde Guerre mondiale et surtout depuis les années 90 – était due à son ouverture tant aux autres disciplines des sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie, psychologie, etc.) qu’au dépassement de l’échelle nationale comme unique cadre d’analyse.

Or, de mon impression de voyage il ressort que le panel des interventions offertes aux RDVH est loin de refléter les évolutions paradigmatiques que l’histoire a subies depuis une génération au moins ; une histoire travée donc moins qu’une histoire carrefour. Les RDVH restent, dans leur très large partie, un rendez-vous d’historiens français pour un public français sur des objets d’études se rattachant majoritairement à l’histoire de France, un entre-soi hexagonal en sorte. A mon avis, ce cantonnement à une histoire française ou faite par des Français tient beaucoup au caractère institutionnelle de l’événement : les RDVH sont le fruit d’une impulsion politique, leur succès est largement dû au concours des institutions étatiques françaises : le ministère de l’Education nationale favorise, par exemple, la venue de professeurs du secondaire en la comptant comme journées de formation. Le soutien actif porté par l’Etat au Rendez-Vous de l’Histoire n’est certes pas mauvais en soi, mais cette structure très institutionnalisée que revêtent les RDVH ne les empêche-t-elle pas, au final, d’accueillir les problématiques de la discipline historique qui dépassent les approches et les perspectives nationales ?

Il n’est pas étonnant – me direz-vous – qu’une manifestation issue d’une initiative politique et soutenue par une volonté étatique ne tienne pas nécessairement compte des impératifs scientifiques. Et après tout, il est bien possible que mes candides impressions soient victimes de la spécificité du thème de cette année, « les Rebelles » étant ces derniers temps plus synonymes de réflexes réactionnaires que d’esprits critiques ou de chasseurs d’idoles. Le thème de l’année prochaine – «  les empires » – sera, il faut le souhaiter, plus propice au décloisonnement national. Et c’est possible !

Je finirai donc par une comparaison avec les « Rendez-Vous mit der Geschichte », organisées à Weimar, depuis octobre 2009. Liés aux RDVH, ils en reprennent la structure à succès, des rencontres sous forme de tables rondes disséminés à travers la ville, de lectures, de projections… De Blois à l’Illm, il n’y aurait qu’un pas ? Pas tout à fait, le rejeton allemand a comme franchi une étape supplémentaire et fait le pari de l’internationalité : le concept reprend le « Weimarer Dreieck » (le « triangle de Weimar ») faisant des « Weimarer Rendez-Vous mit der Geschichte » une confluence entre historiens allemands, français et polonais, un carrefour entre historiographies européennes d’est en ouest : les rencontres organisées sous le parrainage de la présidente du Bundestag allemand, des ambassadeurs de Pologne et de France associent en effet des historiens des trois pays. Peut-être les organisateurs de Blois devraient-ils s’inspirer du thème proposé cette année, « Umbrüche », soit « bouleversements »[3]

                        Pierre Le Dauphin, Ecole des hautes études en sciences sociales


[1] Je renvoie au site où le projet est présenté en détail et les comptes rendus des rencontres, notamment du 2 août, sont consultables :http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

[2] France Culture, Fabrique de l’Histoire, 10/10/2014, https://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-du-centenaire-projet-franco-allemand-de-la-cote-108-2014-10-10