Archives mensuelles : août 2015

De la sortie de guerre, à l’entrée en guerre : trois questions à Bruno Cabanes sur son ouvrage « Août 14, La France entre en guerre », Paris, Editions Gallimard, 2014

La réalisation du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac » a demandé aux différents participants français et allemands des lectures nombreuses afin de comprendre les enjeux et les débats qu’impliquent l’écriture d’une histoire croisée de la cote 108 en Première Guerre mondiale. Les commémorations du centenaire du début de la Grande Guerre ont également favorisé la publication de plusieurs ouvrages. L’un d’entre eux a retenu mon attention : Août 1914, La France entre en guerre de Bruno Cabanes, professeur d’histoire à l’Ohio State University.

B. Cabanes - August 1914

 

L’ouvrage est composé de huit chapitres couvrant le mois d’août 1914. Les trois premiers s’ouvrent sur la déclaration de guerre et l’effervescence d’une France blessée par l’assassinat de Jaurès. Les deux suivants – « L’épreuve du feu » et « l’ombre de la défaite » – décrivent les actions militaires aux frontières et la manière dont soldats et armées s’habituent difficilement à une guerre nouvelle qu’ils découvrent. Enfin les trois derniers chapitres s’intéressent à l’entrée en guerre des civils et des fronts domestiques. À travers des sources inédites, à commencer par des rapports préfectoraux, des relations de police et des témoignages, Bruno Cabanes montre comment l’irruption de la guerre bouleverse la France toute entière, de la société à l’individu : le véritable tournant de la guerre n’a pas lieu à la fin de l’année 1914, avec l’apparition de la guerre des tranchées, mais bien dès le mois d’août 1914.

 

Ce choix de rendre compte de cet ouvrage a été motivé par plusieurs raisons. Personnellement, j’avais déjà contacté Bruno Cabanes dans le cadre du projet « La cote 108  » : auteur d’une thèse sur la sortie de guerre, publiée sous le titre de La victoire endeuillée : la sortie de guerre des soldats français, 1918-1920 en 2004, il s’intéressait à cette lente et difficile démobilisation culturelle et militaire des soldats français à travers les commissions du rapport postal, un thème et une source centraux que nous avons nous-mêmes convoqués dans nos recherches. Ensuite, le titre d’Août 14, La France entre en guerre évoque, pour l’historien qui travaille sur 1914-1918 aujourd’hui, d’une part la thèse centrale de Jean-Jacques Becker, Août 14, quand les Français entrent en guerre[1], et d’autre part le centenaire août 1914 – août 2014. Enfin, dans le cadre de ce blog, nous avons voulu tenter une expérience : proposer un compte rendu de l’ouvrage de B. Cabanes en faisant parler… son auteur. Nous remercions Bruno Cabanes de son entière coopération pour cette interview réalisée en juin 2015.

 

1) 1914-2015, une entrée dans la guerre à cent ans de distance et d’historiographie

Amaury Bernard : En 1976, Jean-Jacques Becker soutenait une thèse pionnière, « 1914, comment les Français sont entrés dans la guerre ». Près de 40 ans après cette oeuvre pionnière, vous publiez La France entre en guerre. Au-delà du clin d’oeil, comment expliquez-vous le passage des Français à la France ?

Bruno Cabanes : Ce titre est plus qu’un simple clin d’œil au travail pionnier de Jean-Jacques Becker. Je voulais rendre hommage au grand historien de l’entrée en guerre, car c’est véritablement avec lui que j’ai découvert et commencé à travailler sur la Première Guerre mondiale, il y a un peu plus de vingt ans – avant que d’autres n’influencent à leur tour mes recherches: George Mosse (que j’avais rencontré à Cambridge en 1989), Jay Winter, Alain Corbin (dont l’inspiration est sensible ici, notamment dans mes chapitres sur la France rurale et les sons de la guerre) ou Stéphane Audoin-Rouzeau.

Mais pour revenir à votre question principale : comment notre approche de l’entrée en guerre a-t-elle évolué depuis la fin des années 1970 ? Il me semble que notre changement de regard est lié principalement aux évolutions de l’histoire culturelle. Les sources de Jean-Jacques Becker pour son histoire politique de l’entrée en guerre, c’étaient les rapports des instituteurs, avec en arrière-plan, une notion que les historiens n’utilisent plus guère : l’opinion publique. Dans Août 14, je me suis surtout intéressé aux rumeurs, aux mauvais bruits, aux peurs collectives, dans une approche qui s’inspire de l’histoire des émotions, et avec des archives jusqu’ici peu exploitées: les rapports préfectoraux et les fonds de la Préfecture de Police de Paris.

 

Amaury Bernard : Vous avez soutenu une thèse, en 2002, sur la sortie de guerre des soldats français, « Finir la guerre : l’expérience des soldats français (été 1918-printemps 1920) ». Comment l’historien de la déprise de guerre – culturelle et militaire -, a-t-il envisagé et travaillé ce parallèle en termes de méthode et de ressorts d’analyse entre les processus de mobilisation et de démobilisation ?

Bruno Cabanes : Dans les deux cas – entrée en guerre et sortie de guerre, mobilisation et démobilisation – ce qui m’intéresse, c’est le temps de la guerre. Ou, plus précisément, le rapport au temps de ceux qui sont plongés dans un événement hors norme. Sentiment d’accélération dans l’un et l’autre cas, stupeur devant la banalité de ce qui arrive – « C’était donc cela », écrivent les Français découvrant les affiches de la mobilisation et ceux qui apprennent la signature de l’armistice, quatre ans plus tard. Que se passe-t-il, en d’autres termes, lorsque notre quotidien est comme aspiré par un événement gigantesque qui engloutit tout ?

Du point de vue de mon travail sur le temps de la guerre, l’approche de la sortie de guerre que j’avais entreprise dans mon premier livre ressemble finalement beaucoup à celle que j’ai suivie ici, au sujet de l’été 1914 : dans les deux cas, j’ai essayé de déplier un temps que la mémoire avait replié sur lui-même. J’ai voulu montrer par quelles étapes successives on passe de la paix à la guerre et de la guerre à la paix, et comment ces étapes successives diffèrent selon les niveaux d’analyse.

Lors de l’entrée en guerre et de la sortie de guerre, les rituels collectifs jouent un rôle majeur, et d’abord comme l’une des composantes du grand basculement identitaire de tous ces hommes qui passent, en l’espace de quelques heures, du statut de civils à celui de combattants. Les rituels de la mobilisation et de la démobilisation ont à la fois une valeur psychologique et une valeur anthropologique: ce sont eux qui facilitent le passage d’un état à un autre, d’un temps à un autre.

 

            2) Cette France qui entre en guerre….

Amaury Bernard : Lorsque les Français partent en guerre en août 1914, vous soulignez qu’ils le font avec l’espoir d’une guerre courte. Quelles sont alors les représentations de la guerre dominantes dans la société française ? Quel est le poids, sur les mentalités des Français, des campagnes précédentes, notamment 1814 et 1870, deux autres invasions de la France ? On comprend, à la lumière des faits que vous évoquez concernant la défaite des premières batailles, l’incapacité du commandement, la mauvaise coordination entre l’infanterie et l’artillerie, les uniformes mal adaptés. Ces différents éléments peuvent-ils faire croire qu’en entrant en guerre, la France « pensait en retard », obsédée par un sentiment de déclin et d’infériorité, notamment démographique, vis-à-vis de l’Allemagne ?

Bruno Cabanes : Oui, d’une certaine façon, la France pense en retard, mais ce n’est pas ce qui la distingue des autres pays belligérants. Qui peut prétendre, à l’été 1914, avoir compris le sens de la guerre russo-japonaise, ou des guerres balkaniques ? qui a vu et tiré les conséquences du changement d’échelle et de degré qu’a connu le phénomène guerrier dans les vingt ou trente années précédant la Grande Guerre ? Ce qui m’intéresse beaucoup plus, c’est la manière dont un événement tant de fois annoncé – songez au fameux article de Péguy dans les Cahiers de la Quinzaine au moment de la crise de Tanger (mars-avril 1905) – a pu “tomber sur le monde comme une avalanche”, comme l’a écrit l’historien Jules Isaac.

 

            3) Un front peut en cacher un autre…

Amaury Bernard : La Première Guerre mondiale transforme la séparation couramment faite entre le front militaire et l’arrière, qui est de plus en plus exposé aux dangers de la guerre, comme vous le montrez à travers les pages sur l’aviation, sur le travail des femmes et sur les réfugiés. Comment les combattants perçoivent-ils cette mutation entre front militaire et front domestique ? Où s’arrête alors le front, lorsque tout devient front ?

Bruno Cabanes : Cette question des délimitations est vraiment une question fondamentale. Les premières semaines de l’invasion sont marquées par un déferlement de violence (850 hommes, femmes et enfants belges tués déjà entre le 4 et le 9 août) et une « grande peur », que nous avons aujourd’hui oubliées. Tout va très vite. Sur les champs de bataille se livrent des affrontements extrêmement meurtriers – parmi les plus sanglants de l’histoire militaire française. Dans le même temps, les réfugiés venus de Belgique et du Nord de la France affluent vers Paris, puis l’Ouest du pays. Songez qu’une ville comme Rouen, qui ne sera pourtant jamais véritablement menacée, se vide d’un tiers de sa population le 27 août !

En fait, il a suffit d’un mois à peine pour que la France entre pleinement dans la guerre. D’où cette impression de porosité entre le front et l’arrière qui frappe de plein fouet les contemporains. Et puis, il y a d’autres peurs qui ajoutent à ce sentiment de transgression spatiale caractéristique d’une guerre totale en gestation : :celle des bombardements aériens contre les populations civiles, celle des espions allemands. On assiste alors à une forme tout à fait spectaculaire d’auto-mobilisation, les habitants des grandes villes scrutant le ciel à la recherche des zeppelins et des lumières suspectes, tandis que dans les campagnes, les migrants, les marginaux, les réfugiés eux-mêmes sont confondus avec des espions.

Il me semble que derrière cette inquiétude diffuse, ce sont aussi les représentations que les Français se font d’eux-mêmes et de l’ennemi qui sont en jeu. En 1914, les Français ont confiance dans leur armée, mais ils se méfient des ruses allemandes. C’est ce que signifie notamment la psychose liée aux affiches Kub (qu’on imagine avoir été installées par des ennemis de l’intérieur pour guider les troupes d’invasion allemandes) ou la destruction des boutiques Maggi en plein Paris[2]. Ce saccage des commerces de lait Maggi est particulièrement intéressant. Longtemps interprété comme une flambée de nationalisme contre la firme suisse-allemande, voire comme un simple règlement de compte entre concurrents, il revêt, me semble-t-il, une signification beaucoup plus forte, car la rumeur court bientôt que les Allemands cherchent à tuer les enfants français avec du lait empoisonné. Mauvais bruit d’ailleurs renforcé par des versions légèrement différentes en province : en Corrèze et en Lozère, par exemple, des voyageurs allemands déguisés en « femmes » distribuant des friandises empoisonnées aux enfants.

Bref, les peurs que John Horne et Alan Kramer ont distinguées en Belgique et dans le Nord de la France en août 1914 – la peur des « atrocités allemande[3] » – sont aussi présentes à des centaines de kilomètres de là, comme dans la petite ville de Gramat (Lot), où la gendarmerie locale recherche activement « une femme revêtue d’une robe bleue » qui aurait lancé des bonbons empoisonnés depuis sa voiture. Le thème du travestissement, très présent dans ces rumeurs de l’entrée en guerre, dit aussi l’entrée dans une forme de conflit où les identités sont brouillées. La guerre se déroule certes au front. Elle est aussi partout.

NB : Une version allemande est à venir sur le blog « Die Höhe 108 in Berry-au-Bac »

            23 Juin 2015, Nanterre.

[1] Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés en guerre, Paris, Presse de la fondation des sciences politiques, Paris, 1977.

[2] Cabanes, Bruno, Août 1914, La France entre en guerre, Paris, Gallimard, 2014, p. 177.

[3] Horne, John et Kramer, Alan, German Atrocities, 1914, A history of denial, New Haven et Londres, Yale University Press, 2001.