Archives mensuelles : octobre 2015

Trois questions à Jörn Leonhard, auteur de « La Boîte de Pandore » (2014) par Stefan Schubert

Notre projet « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoire nationale et mémoire européenne » ne vise pas seulement à entreprendre une recherche sur la Première Guerre mondiale, à une échelle locale, dans une perspective comparative et transfrontalière. A travers lui, nous souhaitons également familiariser les lecteurs intéressés à de nouvelles perceptions – comme, par exemple, en donnant un aperçu du paysage de la recherche actuelle dans les deux pays. C’est ainsi qu’ont été interviewés Bruno Cabanes (Ohio State University) et Jörn Leonhard (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg i. Br.), qui, chacun, ont écrit sur la Grande Guerre mondiale des livres ayant remporté un franc succès et une reconnaissence universitaire.

J. Leonhard

Jörn Leonhard est depuis 2006 le titulaire de la chaire d’Histoire de l’Europe occidentale romane à l’Université Albert-Ludwigs de Fribourg-en-Brisgau. Après avoir obtenu son doctorat en 1998, il a occupé divers postes à l’université d’Oxford, puis, après un court séjour à l’Université de Iéna, il a accepté, en 2006, la proposition de l’Université de Fribourg. La même année, son habilitation (soutenue en 2004) a été récompensée par le prix Werner-Hahlweg[1].

Ses champs de recherche se nourrissent des possibilités de la comparaison historique comme sur l’histoire des transferts et l’histoire croisée depuis le XVIIIe siècle. Cela ne comprend pas seulement les constructions politiques comme les Etats-nations et les empires, mais aussi les idées politiques comme le nationalisme, le libéralisme, le bellicisme ainsi que les questions de violence, de guerre et de paix.

Ce sont précisément ces tendances que Jörn Leonhard a suivies avec sa monographie parue en 2014 et récompensée par de nombreux prix[2], Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs (La boîte de Pandore. Histoire de la Première Guerre mondiale), ouvrage par lequel il réussit à offrir une synthèse de premier plan sur la catastrophe matricielle du XXe siècle. Malgré une approche globale, l’accent est mis sur la représentation du continent européen en raison de l’intensité du cours de la guerre. Avec La boîte de Pandore, Jörn Leonhard explicite le fait que le caractère du conflit, nonobstant les armes modernes et une forte tendance à la totalisation, est resté pendant longtemps prisonnier des idées d’une conduite traditionnelle de la guerre – ce par quoi la Première Guerre mondiale pourrait être considérée comme la dernière guerre du XIXème siècle. Cette contradiction aurait, inconsciemment, conduit à une divergence entre attentes et expériences. Outre la question sur le caractère de la guerre, J. Leonhard montre aussi que les grands empires européens, loin d’être affaiblis par les mouvements irrédentistes depuis 1914, furent pendant longtemps des formations stables. Ce seraient bien plutôt les évolutions dans les fronts domestiques – des discriminations jusqu’à l’espionnite – qui auraient délégitimé de manière décisive les représentations des formations multiethniques après 1918.

Ces évolutions sont explicitées en dix chapitres qui calquent la chronologie de la guerre (y compris l’avant et l’après-guerre), et soulignent ainsi les spécificités pour chaque année du conflit tout en retraçant l’escalade de la guerre.

La boîte de Pandore offre une interprétation exhaustive et détaillée de la Première Guerre mondiale, qui pointe également de nouvelles perspectives, dont certaines sont abordées dans l’interview qui suit.

NB : L’Interview, menée en juillet 2015, a été publiée en langue originale sur le blog allemand « Die Höhe 108 ».

Genèse d’un livre majeur pour l’historiographie

Stefan Schubert : Avec l’ouvrage La boîte de Pandore, vous offrez, cent ans après la Première Guerre mondiale, une histoire holistique de l’événement particulièrement réussie. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à ce grand projet ? Comment avez-vous travaillé ? Quelles sources avez-vous consultées ?

Jörn Leonhard : Il s’agissait avant tout pour moi de dépasser les intrications nationales ou exclusivement d’Europe de l’Ouest présentes dans les grandes fresques jusqu’ici produites, bref d’entreprendre une analyse qui rend compte de la guerre mondiale comme d’un événement global. Cela voulait dire d’une part de réellement inclure toutes les grandes régions de l’Europe (et, ce faisant, l’Europe centrale, de l’est et du sud-est), soit toutes les zones dans lesquelles se trouvaient les grands empires multiethniques d’Europe continentale (Habsbourg, Russie, Empire ottoman) et qui disparurent jusqu’en 1919-1923, et d’autre part cela voulait dire d’inclure les grandes régions du monde (Asie, Océanie, Afrique, Amérique du nord et du sud).

Concrètement, j’ai écris le livre pendant mon année de professeur invité à l’université de Harvard, en 2012-2013, mais j’avais commencé, intensément, par la collecte de sources et de bibliographie à partir de 2011. La réponse simple à la question « comment » est la suivante : lire autant que possible sans être dérangé, de façon continue, vite et beaucoup, écrire jusqu’à ce que les chaînes argumentatives, l’analyse et les bons récits prennent corps, ensuite parler avec beaucoup de collègues qui sont des spécialistes de certains thèmes afin de tester mon hypothèse et, enfin, après ce compactage, écrire, concentré, trois pages par jour minimum. Si vous faites cela un an durant de façon concentrée, vous allez assez loin – même si vous avez besoin, ensuite, d’un programme de réintégration sociale…

Outre la consultation de beaucoup d’anthologies de sources et de textes classiques (diplomatiques, miliaires, élites), j’ai avant tout travaillé avec des ego-documents, c’est-à-dire des journaux personnels et des correspondances afin de maintenir une vue autant que possible non déformée des contemporains de l’Etat sur leur présent.

            Le dépassement de la nation comme cadre de référence

Stefan Schubert : Vous appartenez à une génération qui n’a connu aucune guerre mondiale, mais au contraire le processus d’unification européenne. Comment évaluez-vous cette distance en termes historiographiques ? La convergence des sociétés européennes comme la focale plus faible sur l’Etat-nation ont-elles permis de nouvelles interprétations transnationales de la Première Guerre mondiale ? Considérez-vous votre ouvrage comme un résultat ou une partie de ce processus ?

Jörn Leonhard : Dans cette perspective, j’aurais tendance à considérer mon livre comme partie de ces approches transnationales et d’histoire globales. Mais, il faut attention à ce que cela ne conduise pas à faire un nouveau récit de référence, au sens d’une histoire de l’ « Occident » et des valeurs qui lui sont rattachées – dans mon livre, il s’agissait précisément de montrer comment la guerre a accru les divergences entre et à l’intérieur des Etats, des sociétés, des nations et des empires, et que ce fut une expérience dans toutes les sociétés impliquées, même si spécifique à chacune d’entre elles. Et nous avons pu justement voir l’année dernière que, sous le vernis d’une mémoire présentée rhétoriquement comme européenne commune, beaucoup de différences nationales restaient visibles : il y a une grande différence dans la façon par laquelle, en Allemagne, on aborde la question de la « responsabilité de la guerre », en France, les victimes de guerre, en Belgique l’expérience de l’occupation ou en Grande-Bretagne la question de savoir si la Grande Guerre ne fut pas une fausse guerre, dans laquelle le pays s’engagea au début du XXe siècle. En tant qu’historien, on doit reconnaître ces différences, expliquer leur genèse et on doit les assumer. Cela immunise quelque peu contre des promesses trop larges selon lesquelles tout pourrait se subsumer dans une mémoire de guerre européenne commune en nivelant les différences.

La Première Guerre mondiale comme rupture radicale d’attente

Stefan Schubert : Vous soulignez dans votre livre à plusieurs reprises le volet de l’écart qui se creuse entre attentes et expériences pendant la Première Guerre mondiale. Qu’est-ce qui est à l’origine de ce modèle d’interprétation ? Où réside le potentiel heuristique particulier d’une telle interprétation ?

Jörn Leonhard : Cela provient de ma fréquentation intensive de l’œuvre de Reinhart Koselleck[3]. Ma thèse est la suivante : dans cette guerre comme jamais auparavant ni après, il n’y eut une dévalorisation des attentes par une explosion des expériences de violence dans un temps court. Jusqu’à l’époque moderne, les horizons d’attentes et les espaces d’expériences étaient restés liés les uns aux autres dans une compréhension du temps cyclique. Entre 1770 et 1850, cette conception du temps vola en éclats, parce que les attentes des hommes au temps de la Révolution française dépassèrent de loin leurs expériences. Ce qui commence en août 1914 et ne s’arrête pas en novembre 1918, renverse radicalement cette tectonique : désormais, la guerre met à nu ces attentes de progrès, cet héritage du XIXe siècle comme d’inoffensifs scenarii qui ne peuvent s’opposer à la dynamique des expériences dans cette guerre. Le résultat fut une crise de crédibilité dans presque tous les domaines de la vie : crise de la politique, de l’économie et de la société, des projets idéologiques comme justification de l’Etat et des riches, des nations, des ethnies et des classes. Et c’est précisément en ceci, dans cette désorientation de base, dans ces durées raccourcies et ces demi-vies des grandes idées organisatrices, que réside un héritage de la guerre jusque dans le présent.

Stefan Schubert : Quand vous parlez d’héritage de la guerre, vous ne pouvez pas ne pas considérer la deuxième grande guerre du XXe siècle. D’après vous, comment s’organise le rapport entre expérience et attente lors de la Seconde Guerre mondiale ? Où sont les différences entre 1914 et 1939 ?

Jörn Leonhard : La relation entre expériences et attentes, en 1939 ou 1941 (si l’on considère cette année en tenant compte du Pacifique comme nouvelle vague « globale »), fut différente de 1914. La singularité de la Première Guerre mondiale ne consiste pas dans le fait qu’il n’y avait pas, en 1914, de grande guerre en Europe, qui aurait pu servir d’échelle de mesure appropriée pour l’explosion de la violence qui s’annonçait. Bien qu’avant 1914, il y eût dans de nombre de régions des prémisses d’une violence qui dégénère, qui se totalise – que l’on pense à la guerre civile américaine ou aux sociétés coloniales –, cela restait, dans la perception européenne, les « périphéries ». Ce fut tout à fait différent en 1939-1941, car les hommes de cette génération d’expérience pouvaient encore, de façon très consciente, se souvenir de la guerre précédente – c’est précisément cela qui a nourri, en France et en Grande-Bretagne, dans les années avant 1939, l’ « apaisement ». C’est pourquoi le fossé entre expériences et attentes fut tout autre et, sans doute de prime abord, pas aussi profond qu’en 1914. Cependant, la différenciation ne change rien à un fait fondamental, qui vaut pour chaque très grande guerre et a fortiori pour la guerre totale de 1939-1941 : dans cette guerre aussi apparut une dynamique de violence d’un genre nouveau, qui réduisit à néant toutes les attentes des hommes au début de la guerre. Mais la dynamique fut autre que celle après août 1914 – elle avait moins à voir avec la désillusion d’un mythe d’une « guerre courte » qu’avec le lien de dictature et d’une violence intérieure comme extérieure, avec la totalisation de la violence de la guerre aérienne contre les populations civiles, porté à la fin par l’emploi de bombes atomiques à l’extrême, et les liens entre guerre et Shoah.

Nouvelles perspective sur la Première Guerre mondiale

Stefan Schubert : Les nombreuses publications des dernières années ont montré que la Première Guerre mondiale ne constituait pas, loin s’en faut, un champ complètement balisé. Quelles seraient selon vous les nouvelles perspectives et thématiques qui pourraient être ceux de la discipline historique dans les prochaines années ?

Jörn Leonhard : Je pense que la transposition conséquente des approches de l’histoire globale et des comparaisons internationales au-delà des cas classiques d’Europe de l’Ouest renferme encore beaucoup de potentiel. A cela s’ajoute la combinaison d’approches par exemple l’histoire économique et financière de la guerre avec des concepts culturels qui interrogent les appropriations des expériences par les contemporains. Et en fin de compte, des espaces d’expériences particulièrement concrets – le camp, la captivité, le lien entre fronts domestiques et militaires, les lieux de violence dans le contexte d’une guerre étatique, de guerre civile et de violence ethnique – offre beaucoup de nouveaux domaines de recherche passionnants.

Stefan Schubert : Au nom du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac », je vous remercie pour cette interview.

                                                Traduction : Amaury Bernard & Fabien Théofilakis

[1] Prix d’histoire militaire le plus prestigieux en Allemagne.

[2] Le NDR-Sachbuchpreis et le prix « Geisteswissenschaften International » pour favoriser les publications d’excellence en sciences humaines et sociales décerné par le Börsenverein, la Fritz Thyssen Stiftung, la société de gestion collective Wort en charge des droits des œuvres utilisant le langage et les Affaires étrangères.

[3] Voir notamment Koselleck, Reinhard, „ ‚Erfahrungsraum’ und ‚Erwartungshorizont’ – zwei historische Kategorien“, in Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt a.M., 2000, p. 349-375 ; Koselleck, Reinhart, „Der Einfluss der beiden Weltkriege auf das soziale Bewusstsein“, in Wolfram Wette (dir.), Der Krieg des kleinen Mannes. Eine Militärgeschichte von unten, München, 1992, p. 324-343.