Archives par étiquette : cote 108; archives; Service historique de la Défense; SHD; série N; Service de l’armée de terre; SHAT; journaux de marches et d’opérations; JMO; Service des cartes et plans; fonds des entrées extraord

La cote 108 au Service historique de la Défense (château de Vincennes) : La Grande Guerre au relief des archives

Pour tout historien qui souhaite travailler sur des combats qui se sont déroulés pendant la Première Guerre mondiale, il est un passage obligé : les appartements du Roi, au château de Vincennes qui abritent aujourd’hui le Service Historique de la Défense (SHD)[1]. Ce dernier conserve en effet le dépôt d’archives produites par l’armée française et ses soldats pendant la Grande Guerre.

 

Le thème de recherche du projet franco-allemand « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne » se devait donc de franchir les douves du château. D’autant que le premier des cinq thèmes annuels porte, en 2014, sur l’expérience combattante des soldats français et allemands en lien avec les fronts domestiques. C’est donc à la fois pour percevoir l’importance de ces vécus de guerre chez les combattants et observer comment l’état-major français les comprend, les organise, voire les contrôle, dans cette extrémité orientale du chemin des Dames qu’est la cote 108, que je me suis rendu à partir d’octobre 2013 dans les archives du SHD.

 

Il est possible de diviser les différentes archives que j’ai consultées au Service Historique de la Défense en trois grands ensembles, qui correspondent aux attributions des différents services du SHD : tout d’abord, les cartons consultés dans la série N du département « Terre » (Service de l’armée de terre ou SHAT). Ils présentent un intérêt notable pour la cote 108, car ils offrent une première approche du secteur, notamment à travers les nombreux rapports officiels établis tous les cinq jours ou toutes les quinzaines, suivant les unités engagées. Ces documents, rédigés par les officiers en charge de l’unité, nous renseignent alors souvent sur les travaux de fortifications, les actions et coups de mains lancés des deux côtés du front, et bien entendu sur les grandes offensives. Accompagnés de cartes, ces rapports deviennent alors d’importantes pièces pour comprendre le fonctionnement des opérations militaires qui se sont déroulées autour de la cote 108 : c’est par cette source que de nombreuses informations sur la guerre de mines nous ainsi sont parvenues. Nous pouvons suivre, pour ne prendre qu’un exemple, le minutieux travail de sape de la 4ème compagnie du 3ème bataillon du 3ème régiment du Génie tout au long de 1915, jusqu’à l’explosion d’une mine le 15 mars de la même année.

Ces archives gagnent à être complétées par la consultation des journaux de marches et d’opérations, les JMO – désormais en ligne[2]. Ces documents suivent chaque unité au jour le jour dans la Grande Guerre. En couplant ainsi JMO et archives sur la cote 108, nous pouvons avoir une vision d’ensemble du déroulé des opérations militaires de 1914 à 1918.

 

Mais ce ne sont pas les seules archives qu’il est possible d’exploiter au SHD pour retracer l’histoire de la Grande Guerre de cette terre entre Aisne et Marne : afin de situer la cote 108 et Berry-au-Bac, j’ai eu accès, par le biais du Service des cartes et plans, à de nombreuses cartes, à commencer par des canevas de tirs, utilisés par l’artillerie française pour localiser les positions ennemies et régler au mieux ses tirs. La consultation de ces cartes m’a ainsi permis de localiser au mieux les lignes de front et les évolutions du front tout au long de la guerre.

 

Le thème de notre première année étant l’expérience combattante, la consultation de fonds plus spécifiques a été également primordiale dans ma recherche : les fonds des entrées extraordinaires tout d’abord, qui comprennent les dons privés, apportent des informations qui souvent se trouvent au plus près du combattant (fonds 1K notamment). Les archives iconographiques, qui ont mis à notre disposition principalement deux fonds, l’un de cartes postales sur lesquelles sont représentées Berry-au-Bac (2K148) et la cote 108 ; l’autre de photographies prises par un officier français à Sapigneul, village détruit sur le flanc sud de la cote 108 (2K60). Enfin, toujours dans cette optique de s’intéresser avant tout au combattant et aux relations qui le relient au front domestique, j’ai consulté les rapports des commissions de contrôle postal, moyen détourné sans doute d’avoir accès à des lettres de soldats.

 

Les archives conservées au Service Historique de la Défense permettent donc avant tout de replacer la cote 108 dans une stratégie locale, régionale et nationale, du côté français uniquement, même si le SHD possède quelques documents issus de l’ennemi – ou l’évoquant –, récupérés notamment lors de la capture de prisonniers[3]. Perdant sans doute de leur intérêt si elles sont étudiées seules, elles présentent cependant un apport important et essentiel pour l’étude des combats et la compréhension de l’économie du front entre 1914 et 1918 sur la cote 108 et à Berry-au-Bac, dès lors qu’elles sont croisées avec des sources issues d’autres centre d’archives, allemand ou français, ce que prévoit la dimension binationale du projet cote 108.

 

Face aux difficultés que représente la recherche en archives, comme les délais ou le lent repérage dans les différents fonds, il me tient à cœur de remercier l’ensemble des conservateurs du SHD, à commencer par la conservateur en chef et responsable du département des archives définitives du Centre historique des archives du SHD, Agnès Chablat-Beylot ; la chef du département des entrées par voie extraordinaire, Odile Jurbert ; la chef de la division des archives cartographiques, Claude Ponnou ; l’adjoint au chef de la division des archives iconographiques, Benjamin Doizelet ; le chef de la division des archives de la Guerre et de l’armée de terre, Bertrand Fonck et la responsable des fonds contemporains de l’armée de Terre, Hélène Guillot, pour l’aide qu’ils ont apportée au projet et leurs conseils avisés lors de mes visites. Cette aide aux chercheurs se concrétise par ailleurs aujourd’hui avec la publication d’un guide des sources de la Première Guerre mondiale au SHD[4].

 

Amaury Bernard, université de Paris Ouest Nanterre – La Défense[5]

Nanterre, le 26 mai 2014

 

 

Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

Das Bundesarchiv – Militärabteilung Freiburg i. Br.[6] ist zusammen mit dem deutschen Tagebucharchiv in Emmendingen[7] der Hauptort der deutschen Recherchen für das erste Projektjahr. Die Abteilung Militärarchiv wurde 1955 ursprünglich in Koblenz eingerichtet und im Jahr 1968 nach Freiburg verlegt.

Die Bestände des Archivs umfassen die Überlieferung der staatlichen militärischen Stellen seit dem Jahre 1867 und werden bis in die Gegenwart weitergeführt. Dabei stammen mittlerweile die meisten Unterlagen aus dem Bundesministerium der Verteidigung und diesem untergeordneten Stellen. Die erhalten Quellen aus der Zeit vor der Gründung der Bundesrepublik umfassen Materialien zur preußisch-deutschen Armee, zur Kaiserlichen Marine, zu den Schutztruppen und den Freikorps, zur Reichswehr sowie zu der Wehrmacht. Zudem bewahrt das Archiv einen Teil der Unterlagen der Nationalen Volksarmee und der Grenztruppen der Deutschen Demokratischen Republik auf, wobei es sich die Kompetenzen mit dem Militärarchiv in Potsdam teilt.

Für die Projektarbeit sind vor allem die PH-Bestände relevant, welche die Unterlagen zur Preußischen Armee für den Zeitraum zwischen 1867 und 1918 umfassen. Während der Nachforschungen konnten wir auf verschiedene Arten von Unterlagen zurückgreifen: Militärische Karten (Bestand PH 3-KART) und Photographien (Bestand PH 18/19) wurden ebenso gesichtet, wie die überlieferten Akten der verschiedenen Infanterie-Regimenter (Bestand PH 8) und private Aufzeichnungen (Bestand N). Dabei ist die Aktenlage für diese Zeit stark eingeschränkt. Das „Urproblem der gesamten deutschen Militärgeschichtsschreibung schlechthin“[8] beruht auf der kriegsbedingten Zerstörung des größten Teils der deutschen Militäraktenbestände im Frühjahr 1945 und der daran anschließenden Verteilung der restlichen Archivbestände auf die Siegermächte und die beiden deutschen Staaten. Die so entstanden Lücken in der Überlieferung können durch die deutschen Hauptstaatsarchive der verschiedenen Länder (z.B. in München, Stuttgart und Dresden) teilweise geschlossen werden. Die Erschließung der Archivbestände der jeweiligen Landesarchive ist für die nächsten Projektphasen geplant.

 

Version française :

Côté allemand, le principal lieu de recherche a été les archives fédérales, département des archives militaires à Fribourg-en-Bresgau[9], créées en 1955 à Coblence et depuis 1968 transférées à Fribourg. Les archives allemandes des journaux intimes à Emmendingen ont également été consultées[10].

Les fonds des archives militaires comprennent les archives des autorités militaires publiques depuis 1867, complétées jusqu’à aujourd’hui. En fait, la plupart des dossiers proviennent actuellement du ministère fédéral de la Défense et des services qui lui sont rattachés. Les sources conservées qui datent d’avant la fondation de la République fédérale comprennent des documents sur l’armée germano-prussienne, la marine impériale, les Schutztruppen (troupes de choc) et les corps francs, la Reichswehr [armée de la République de Weimar] comme la Wehrmacht. En outre, les archives conservent une partie des documents de l’Armée nationale populaire [Nationale Volksarmee] et des troupes frontalières de la République Démocratique Allemande, partageant ainsi les compétences avec les archives militaires à Potsdam.

Pour le projet de recherche, les fonds PH [pour preussisches Heer] sont les plus intéressants ; ils englobent les dossiers concernant l’armée prussienne pour la période entre 1867 et 1918. Pendant nos recherches, nous avons pu consulter différents types de documents : des cartes militaires (fonds PH 3 KART) et des photographies (fonds PH 18/19) comme des documents conservés des différents régiments d’infanterie (fonds PH 8) et des notes privées (fonds N). Cependant, l’état des fonds pour cette période est particulièrement restreint .Le « problème originel par excellence de toute écriture de l’histoire militaire allemande »[11] réside dans les destructions liées à la guerre de la plus grande partie des fonds des documents militaires allemands début 1945 et de la répartition consécutive des fonds restants entre les puissances victorieuses et les deux Etats allemands. Les lacunes qui en ont résulté dans les fonds transmis peuvent en partie être comblées par les archives centrales d’Etat des différents Länder (par exemple à Munich, Stuttgart et Dresde). La consultation des fonds d’archives des différents centres régionaux est prévue dans les prochaines phases de notre projet.

 

Stefan Schubert, Albert-Ludwigs Universität Freiburg,

Freiburg, den 02.07.2014


[3] En revanche, lors de notre recherche dans les archives allemandes, nous n’avons pas rencontré de sources en langue française. Le contrepoint ne peut donc être considéré que de la perspective allemande.

[4] Chablat-Beylot Agnès, Sablon de Corail Amable, Archives de la Grande Guerre. Guide des sources conservées par le Service Historique de la Défense relatives à la Première Guerre mondiale, Vincennes, Service Historique de la Défense, 2014, 656 p.

[5] Relecture collective par l’ensemble des participants franco-allemands du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac ».

[7] http://www.tagebucharchiv.de/ (am 02.12.2013 besucht). Es gibt eine Homepage auf Französisch.

[8] Pöhlmann, Markus: Kriegsgeschichte und Geschichtspolitik: Der Erste Weltkrieg. Die amtliche deutsche Militärgeschichtsschreibung 1914-1956, Paderborn 2002, S. 29.

[10] http://www.tagebucharchiv.de/ (letzter Besuch: 02.12.2013). Es gibt eine Homepage auf Französisch.

[11] Pöhlmann, Markus: Kriegsgeschichte und Geschichtspolitik: Der Erste Weltkrieg. Die amtliche deutsche Militärgeschichtsschreibung 1914-1956, Paderborn 2002, S. 29.