Archives par étiquette : guerre

Impressions de visite, « Les désastres de la guerre (1800-2014) », Louvre-Lens, 17 août 2014

 Le 17 août 2014, l’appel de la Grande Guerre – et du Grand Nord – nous a conduit à organiser une petite excursion à quelques 160 kilomètres au nord-ouest de Berry-au-Bac pour visiter l’exposition temporaire Les désastres de la guerre, 1800-2014[1]. Occasion de clore de façon culturelle et récréative la première année de travail du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac, 1914-1918 » avant la pause estivale. Mi-août, la mobilisation ne pouvait être générale : Amaury Bernard, Pedro Pereira Barroso et Pierre Le Dauphin ont ainsi répondu à l’appel que j’avais lancé.


 

  Inauguré en 2012 sur une ancienne fosse des mines, le musée Louvre-Lens (Pas-de-Calais) propose en effet, du 28 mai au 6 octobre 2014, une exposition, sous le commissariat de Laurence Bertrand Dorléac, historienne de l’art et professeure à Sciences-Po Paris[2], qui, tout au long des onze salles chronologiquement disposées, couvre les grands conflits présentés comme autant de prises de conscience politique et de variations dans les techniques ou les représentations artistiques : guerres napoléoniennes, guerre de Crimée, guerre de Sécession et guerre franco-prussienne au XIXe siècle ; Grand Guerre, guerre d’Espagne, Seconde Guerre mondiale pour le premier XXe siècle ; guerres d’indépendance en Indochine, en Algérie et au Vietnam ainsi que les « guerres de notre temps (1967-2014) » pour la séquence qui mène jusqu’à notre contemporain de la guerre. Une dernière salle – « Hors-champ » –, qui donne à voir le « dépassement de l’histoire » engendré par la violence de la guerre, clôt l’exposition avec des œuvres allégoriques et des artefacts réalisés par les combattants eux-mêmes. Elles explorent l’hybris quasi intemporel de la guerre.

 

  L’exposition offre un impressionnant corpus composé par plus de 500 œuvres[3]. Le visiteur a donc le loisir de (re)découvrir des chefs-d’œuvre dans un autre contexte d’exposition – que ce soit Le Premier consul franchissant le Grand-Bernard (1802) de David ou la série de lithographies d’Otto Dix sur la Grande Guerre, le Totes Meer (1940-1941) Paul Nash ou les toiles de Félix Nussbaum –, mais aussi des créations moins connues que le rapprochement thématique fait favorablement apparaître au grand jour – par exemple, l’Episode de la retraite de Moscou de Joseph-Ferdinand Boissard de Boisdenier (1835), ce Une rue à Paris en mai 1871 ou la Commune (1903-1905) de Maximilien Luce ou le tableau-manifeste collectif Le Grand Tableau antifasciste collectif (1961). Le choix d’exposition juxtapose, dès les premières salles, des œuvres contemporaines du conflit étudié et des variations plus récentes, comme de longs échos qui de loin se répondent. Telles les variations du Tres de Mayo (1814) de Goya qu’offrent Hans Hartung (1922), Yan Pei-Ming (2008) ou bien Markus Lüpertz (1992). Si la peinture – militaire puis de contestation – fournit la majeure partie des œuvres exposées, la photographie à partir du deuxième tiers du XIXe siècle, comme l’illustre la série de Jean-Charles Langlois et de Léon-Eugène Méhédin sur l’après bataille de Sébastopol en 1855, le croquis avec notamment l’étonnante série de Fernand Léger, Dessins de guerre, 1916, la caricature, la sculpture et d’autres formes d’expression ne sont pas pour autant négligées. Cette diversité de supports et de formes constitue en elle-même un reflet non seulement de la permanence des désastres de la guerre comme motif récurrent dans l’art, mais également de l’évolution – parallèle ? –  entre la diversification des façons de faire la guerre et de la représenter. La scène de la guerre ne favoriserait-elle pas la mise en scène de l’artiste salutaire dans la cité ?

 

  S’ouvrant sur la question liminaire « Pourquoi nous n’aimons plus la guerre ? », l’exposition défend en effet l’interprétation qu’entre les guerres napoléoniennes et les guerres nouvelles du XXIe siècle, de la bataille d’Ulm aux conséquences du 11 septembre 2001, les artistes auraient « contribué au désenchantement face à la guerre » que connaissent nos sociétés, faisant perdre au phénomène guerre en tant que fait culturel structurant sa légitimité de moins en moins consensuelle à mesure que croissent les effets négatifs des conflits sur les hommes et leur environnement.

 

   J’ai donc demandé aux trois participants du projet de jouer, le temps d’une visite, les critiques d’exposition, et ce dans la perspective du projet, à savoir une lecture historienne de cet événement lensois.

 

 

 

                                               Fabien Théofilakis

 

 

 


[1] L’exposition a reçu, comme notre projet, le label « Centenaire 1914-1918 » et a été conçue en partenariat avec l’Historial de Péronne que nous avions visité en février 2014.

[2] Laurence Bertrand Dorléac avait déjà été la commissaire de l’exposition L’art en guerre, France 1938-1947 au musée d’art moderne de la ville de Paris (octobre 2012 – février 2013).

[3] Cf. le catalogue éponyme, Somogy Editions d’art / Louvre Lens, 400 p., 39€.