Archives par étiquette : lieu de mémoire

D’une cote à l’autre : mémoire(s) canadienne(s) de la Grande Guerre vue(s) par un Européen

« Je me souviens… » de Maisonneuve, du général de Gaule, d’une péroraison et d’un « Vive le Québec libre » lancé à la foule en liesse. Voilà, à peu de chose près, ce dont je me souviens à propos du Québec. Mais de quoi se souvient le Québec ? De quoi se souviennent les Québécois ? Retour sur une expérience de courte durée à Montréal…

 

« Je me souviens », devise de la province, place le devoir mémoriel au cœur de la culture et de l’identité québécoises. Quelle importance accordent alors celles-ci au souvenir de la Grande Guerre ? Et dans quelle mesure ce souvenir diffère-t-il de la mémoire canadienne de la guerre ? C’est en partie à cette question que répondirent certaines interventions et discussions du colloque « Des champs de bataille aux salles de musée : la Grande Guerre dans une perspective canado-européenne » organisé le 23 avril 2015 dans le cadre du 6e séminaire franco-allemand du projet sur la cote 108. J’ai tout particulièrement à l’esprit les communications de Michel Mallet, professeur d’allemand à l’université de Moncton et ancien guide à Vimy (« Le pouvoir mythique d’un site commémoratif ou quand les Canadiens combattent à Vimy »), de Céleste Lalime, étudiante à la maîtrise à l’université de Montréal (« Le Canadien-Français dans l’œil des Canadien-Anglais : le rapport à l’Autre dans le corps expéditionnaire canadien ») et celle de Mélanie Morin-Pelletier, conservatrice responsable de la Première Guerre mondiale au Musée canadien d’histoire de la guerre à Ottawa (« Se battre en Flandre. Gaz. Boue. Mémoire »)[1].

 

À l’instar des Berryaçois, c’est sur une côte que repose le souvenir canadien de la participation à la Grande Guerre. La cote 145 est le point culminant d’une crête qui surplombe le petit village de Vimy, dans le département du Pas-de-Calais. Elle fut le théâtre d’une offensive alliée de 1917 où le corps expéditionnaire canadien – et notamment le 22e régiment canadien-français[2] – se signala en reprenant la position aux Allemands. Diversion préparatoire à l’offensive Nivelle dans l’Aisne et à Berry-au-Bac, elle constitua le seul succès de taille des alliés au printemps de cette année 1917 si meurtrière. Malgré les 10 000 pertes canadiennes, dont 3 600 morts, la prise de la crête de Vimy fut en effet un succès stratégique décisif, pas seulement car elle surpassait largement les résultats des offensives britanniques depuis 1914, mais parce qu’elle participa à la fondation d’un mythe, celui de la naissance de la nation canadienne : comme le rappelle le musée canadien de la guerre, pour la première fois, les quatre divisions attaquèrent ensemble, mêlant dans la bataille des hommes de toutes les régions du Canada.

 

Le mémorial national canadien de la Grande Guerre à Vimy

PPB1 Vimy

 

Source : Michel Malet, collection particulière

98 ans plus tard, au sommet de cette crête, se dresse le mémorial national canadien de la Grande Guerre : 6 000 tonnes de pierre calcaire formant un imposant ensemble de deux pylônes dressés vers le ciel, ornés de figures allégoriques et dominant le champ de bataille balafré par les trous d’obus et de mines. L’épitaphe « A la vaillance de ses fils pendant la Grande Guerre, et en mémoire de ses soixante mille morts, le peuple canadien a élevé ce monument » est gravée dans la pierre, ainsi que le nom de 11 285 soldats canadiens portés disparus en France. Inauguré par le roi d’Angleterre Édouard VIII en 1936, il fut construit en onze ans sur un terrain cédé en 1922 par la République française à l’allié canadien. La section consacrée à la Première Guerre mondiale dans l’exposition permanente au Musée canadien de la Guerre à Ottawa fait une place d’honneur à cette bataille avec une salle « Vimy, 1917 ». C’est dire combien le monument, qui se donne à voir sur les billets de vingt dollars canadiens, est incontournable lorsqu’il s’agit d’étudier l’expérience combattante des Canadiens durant la Grande Guerre, au niveau fédéral du moins.

 

            Vimy au musée canadien de la guerre : lieu de mémoire et d’histoire

PPB2 Vimy

 

                                   Source : collection particulière

 

Entré en guerre comme dominion, membre de l’empire britannique, le Canada signait, en 1919, les accords de paix en tant que nation indépendante et souveraine. La participation à la guerre et le sacrifice de ses soldats avaient permis à ses dirigeants d’accéder au concert des nations. C’est dans la guerre qu’aurait été fondée la « nation » canadienne et Vimy en signerait l’acte de naissance à en croire les déclarations du brigadier-général Ross, en 1936 : « en ces quelques minutes, j’assistais à la naissance d’une nation ». La participation de toutes les provinces canadiennes aux combats forgea l’image d’un peuple uni. Vimy s’en trouva dès lors placé au rang d’enjeu mémoriel de premier ordre en ce qu’il constitue un moment central, d’indépendance vis-à-vis de la couronne britannique ; d’union à l’intérieur du jeune État. Du souvenir de cette bataille meurtrière et victorieuse, naquit la mémoire d’une nation soudée dans le sacrifice du sang.

 

Un mythe était né ?

Est-ce alors à cette mémoire que fait référence la devise « Je me souviens » ? Elle qui s’immisce dans les moindres détails du quotidien, jusqu’à se lire sur les plaques d’immatriculation (arrière) de toutes les voitures québécoises. Symbole de la province canadienne de Québec, elle est également inscrite sur ‘l’emblème’ du 22e régiment « canadien-français », passé à la postérité après avoir mené victorieusement à la prise de la crête de Vimy en 1917. Elle fait bien plutôt référence au particularisme si marqué du Québec, à sa francité face à la domination anglo-américaine. Le souvenir québécois de la Grande Guerre, malgré – ainsi que l’a montré Céleste Lalime dans sa communication –, la propagande du gouvernement canadien visant à faire des « Canadiens-Français » des héros de la victoire de Vimy, reste bien plus solidement attachée à la violente lutte du Québec contre la loi militaire imposant la conscription en 1917 ou aux virulentes campagnes de la presse anglophone contre les Québécois qui refusaient de s’engager sous les drapeaux. L’historiographie dominante a d’ailleurs, à tort, insisté sur les discriminations et les vexations subies par les soldats canadiens-français au front. Cette perspective est remise en cause par des recherches récentes comme celles présentées au colloque du 23 avril 2015. Toutefois, aujourd’hui encore, loin de faire l’unanimité, la mémoire de Vimy, partagée par l’ensemble des Canadiens anglophones, est très largement ignorée au Québec. La preuve en est le faible nombre de jeunes volontaires francophones pour des stages de formation comme guide sur le site du mémorial en France. Ce lieu de mémoire, hissé au rang de mythe fondateur de la nation canadienne par une élite anglophone, reste donc étranger au Québec francophone et révèle les faiblesses originelles d’une identité contre laquelle la province a longtemps regimbé. C’est cette fracture mémorielle que fait rejouer la célébration du centenaire. Le colloque a souligné l’une des caractéristiques constitutives du mythe des origines, à savoir cet écart, au double sens – pour emprunter à la définition de l’idéologie par Canguilhem – de distance et de décalage, distance de la réalité, décalage relativement à l’imaginaire social-historique qu’elle croît combler. Et l’illusion de s’évanouir quand la magie des champs de bataille s’estompe.

 

                                                                      Pedro Pereira Barroso

                                                                      Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

[1] Le programme complet est consultable sur le site de l’IHTP qui héberge notre page : http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

[2] Le terme de « canadien-français », par opposition à ceux de « canadien-anglais » ou encore d’ « irlando-canadiens », désigne la minorité ethnique et culturelle de citoyens canadiens d’origine française.

 

Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

 

Die Erinnerung an den Ersten Weltkrieg außerhalb Europas

Der Blick auf die außereuropäische Erinnerungskultur des Ersten Weltkrieges verdeutlicht uns als Europäer den globalen Charakter und auch die hier auftretenden Unterschiede in der Betrachtung des Ersten Weltkrieges. In Deutschland wurde dieser Krieg oftmals als Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts interpretiert, der auch mit dem millionenfachen Sterben und den Verwüstungen des Zweiten Weltkrieges in enger Verbindung steht. Im Zuge des Gedenkjahrs 2014 sind hierzulande jedoch einige maßgebliche Gesamtdarstellungen erschienen, die zwar die Konsequenzen des Esten Weltkrieges für die deutsche Geschichte des 20. Jahrhunderts berücksichtigen, ihn jedoch hauptsächlich als eigenständiges historisches Phänomen in globaler Perspektive behandeln. Hierbei wären v. a. Jörn Leonhards und Herfrieds Münklers Werke zu nennen.[1]

Wir hätten denken können, dass die Erinnerungskultur in Kanada im Gegensatz zu Deutschland auch ein stark identitätsstiftendes Moment besitzen würde. Die Erinnerung an die Schlacht von Vimy scheint Ausdruck eines anderen Umgangs mit der Geschichte des Ersten Weltkrieges zu sein. Da die Kampfhandlungen hauptsächlich von kanadischen Truppen ausgeführt wurden, gilt dieses Ereignis in der Retrospektive als eine Gelegenheit bei der nationale Eigenständigkeit bewiesen wurde. Diese Interpretation erinnert auch an die australische Memorialkultur in Bezug auf die Schlacht von Gallipoli 1915, bei der australische Einheiten unter britischer Führung eine vernichtende Niederlage gegen das Osmanische Reich erlitten. Auch hier erinnert man sich in Australien bis heute an einen wichtigen Schritt im Nationsbildungsprozess.

Aber wie Jens Jessen in einem Artikel im Januar 2014 zum Ausdruck brachte, „Als 1990 der Kalte Krieg endete, der die Welt in zwei übersichtliche Blöcke geteilt hatte, trat Europa zum ersten Mal seit fünfzig Jahren aus dem Schatten des Zweiten Weltkriegs heraus – aber nur um sich unversehens im Schatten des Ersten Weltkriegs wiederzufinden « . Was keiner ja vermutet hätte, können wir mit dem Journalisten uns, als Deutsche, fragen. Er setzte die Reflexion folgendermaßen fort :  » Der Zweite Weltkrieg, so schrecklich, so beispiellos mit seinen deutschen Verbrechen er war, ist heute zu Ende – unvergessen, aber politisch überwunden. Der Erste Weltkrieg dagegen lebt – in der Hinterlassenschaft seiner Friedensverträge « .[2]

So führt uns, als Deutsche und als Europäer, die Erinnerung an die Schlacht von Vimy vor Augen, dass der Erste Weltkrieg tatsächlich ein globales Ereignis war und das er unterschiedliche Interpretationen erfährt, da er nicht nur die « »Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts  » (George F. Kennan) war, sondern auch der Moderne. Das Wissen um diese Interpretationen schärft auch unseren Blick   auf die eigene Erinnerungskultur.

David Pfeffer

Albert Ludwigs Universität Freiburg i. Br.

 

[1] Jörn Leonhard: Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkrieges, München, C.H. Beck, 2014; Herfried Münkler: Der Große Krieg : Die Welt 1914 bis 1918, Berlin, rororo, 2013.

[2] Jens Jessen : « Was keiner je vermutet hätte: Die Folgen des Ersten Weltkriegs machen uns länger zu schaffen als die des Zweiten », in Die Zeit, Nº 03/2014, 18.01.2014, http://www.zeit.de/2014/03/erster-weltkrieg-jahrhundertkrieg (am 02.06.2015 besucht).