Archives par étiquette : Première Guerre mondiale

Le psychisme des soldats de la Grande Guerre à travers l’expérience combattante de l’Aisne

 

La « guerre n’a pas seulement meurtri et lacéré les chairs, elle a entaillé les âmes, elle a rendu fou »[1]. Cette citation de Jean-Yves Le Naour reprend le thème de cette violence totale qui jeta autant dans l’abîme les corps que les esprits. Pour les hommes qui combattirent dans la région de Berry-au-Bac, quelques jours, quelques semaines, quelques mois, comment réagirent-ils face à la violence extrême, à laquelle ils furent confrontés et qu’ils administrèrent autant qu’ils la reçurent ? Comment ces hommes ont-ils exprimé cette violence pendant et après le conflit ?

Au cours de la première année de recherche du projet la cote 108 à Berry-au-Bac qui s’est concentrée sur les expériences combattantes, françaises et allemandes, dans ce secteur, les recherches effectuées dans les fonds privés des soldats de la Grande Guerre ont mis à jour des lettres, des carnets de guerre et des mémoires sur cette expérience vécue à Berry-au-Bac, documents écrits pendant le conflit mais aussi dans l’après-guerre. J’ai pu ainsi appréhender les traumatismes des soldats. L’analyse des carnets et des correspondances des soldats français engagés à Berry-au-Bac ou à proximité reprend des thèmes et des aspects déjà étudiés par l’historiographie de la Grande Guerre, à l’instar de l’ouvrage collectif sur « la violence de guerre, 1914-1945 »[2]. Il s’organise notamment autour des thèmes tels que la prise de distance avec la réalité, les mécanismes d’adaptation ou de survie, la souffrance de l’autre, du camarade autant que de l’ennemi, l’omniprésence de la mort, la violence extrême, la fragilité et la dislocation des corps face à l’artillerie ou à la guerre des mines. Thèmes que j’ai en partie choisis d’aborder dans ce présent billet à partir d’un carnet d’un combattant de l’Aisne, et ce afin d’approcher la violence des combats et mieux cerner une « démobilisation », culturelle et psychologique, impossible, notamment en raison du recours à des techniques d’armement perfectionnées et destructrices

 

L’écriture, témoin, exutoire et trace du trauma : le « carnet de guerre » de Robert Troubat

1KT658, Robert Troubat (18)

Source : Services historique de la Défense, Vincennes, 1KT658

 

L’exemple du soldat Robert Troubat[3] est un cas parmi d’autres de l’empreinte du traumatisme psychique laissée sur l’individu par la guerre et de l’impossible « démobilisation » culturelle et psychologique de la Première Guerre mondiale. Robert Troubat livre un témoignage unique de la Grande Guerre et du front de l’Aisne par une description – qui nous semble moins reconstruite – de ses émotions, de ses traumatismes et de ses angoisses.

Pour le jeune soldat né un 2 août 1896, l’entrée en guerre de la France, 18 ans plus tard, a une portée hautement symbolique pour lui, comme une tâche indélébile sur sa destinée, dont il ne put jamais se dessaisir. Il fut mobilisé en août 1916 et fit son baptême de feu en juillet 1917, dans « l’Aisnse »[4], département dont il ne parvint jamais ou presque à orthographier correctement le nom, et qui représente comme le point de départ de cette période où, à son tour, il dut combattre, pour reprendre ses mots, avec « haine et désespoire »[5]. Avant même son arrivée au front, il portait un regard horrifié et dénonciateur sur la guerre. Membre d’une large fratrie (il a trois frères aînés et deux beaux-frères au front, réformés pour blessure ou prisonniers de guerre), il raconta comment sa mère n’a cessé de pleurer pour eux et pour lui. A n’en pas douter, sa perception de la guerre a pu être largement influencée par l’expérience et l’angoisse de ses proches – et par les nouvelles qui circulaient du front.

Les 270 pages de son « carnet de guerre » – comme il l’appelle dans sa préface –, reproduites et complétées d’après la mention de l’auteur en 1925-1926, sont construites comme un livre avec un titre[6], une préface, des chapitres, des titres de parties et des sous-titres, des cartes et des illustrations en couleur, un sommaire, une légende, une notice. La dernière page parle de ce carnet comme d’un « volume » qui suivrait un premier « ouvrage », nommé « Après », malheureusement perdu. Consciemment, R. Troubat se pense et se présente comme témoin (au sens étymologique de « martyr ») de la Grande Guerre.

 

Les dessins de R. Troubat : mise en scène / image du traumatisme du soldat

1KT658, Robert Troubat (36)

Source : Services historique de la Défense, Vincennes, 1KT658

Les pages sont enrichies de dessins naïfs représentant dans la grande majorité des cas des corps démembrés, des visages aux orbites vides, des croix de bois. La mort obséda leur auteur et son texte reprend sans cesse cette angoisse qui le rongeait : « L’avenir me dira si j’aurai une tombe, une fosse commune ou disparition »[7]. Il s’interrogeait ainsi souvent sur sa propre mort, comme en ce mois de septembre 1916 ou au mois de juin 1917 :

« Ma destiné me dirat à la file des jours si je resterait parmis les macabs . Au rayons du soleil dardant son aurore, le ventre epart m’y en lembau par la tourmente. serai je en une fosse commune. Ensseveli vivant sucomberai je sans recourt et sans croix »[8].

L’orthographe défaillante et aléatoire n’ôte rien à un registre littéraire très stylisé qui révèle une attention soignée de la part de l’auteur et une probable intention de publication. Le mot « Aisne », particulièrement représentatif de ces maux en mots, est souvent écrit « Aisnse ». La ponctuation se limite souvent aux seuls points qui remplacent la plupart du temps les virgules. Cela confère au texte un caractère souvent palpitant, captivant, qui entraîne dans sa Grande guerre le lecteur, à bout de souffle, à la suite de l’auteur.

Huitième enfant d’une famille pauvre de cultivateurs de la Haute-Vienne, on peut imaginer que Robert Troubat a reçu un enseignement sommaire, plus sollicité aux travaux des champs pour aider sa famille qu’envoyé dans les salles de classe. Il devait plus couramment parler le limousin, dialecte régional, que le français, langue de la République[9]. Il tint pourtant à utiliser cette langue, même s’il devait être conscient de ne pas pleinement la maîtriser, ce qui accrédite un peu plus la thèse d’une écriture mémorialiste à des fins de publication.

Il est en tout cas indubitable qu’il tint à rendre compte de ces deux années traumatisantes. Partant de son expérience personnelle – et de ses opinions – il semblait tenir à partager son expérience et sa vision de la guerre en tant que témoin de faits hors du commun. Il employa même, dans une page de son carnet, le terme de « reportage », comme s’il se faisait l’envoyé spécial d’un quelconque journal. C’est peut-être aussi le fait qu’il se considérait comme un survivant au sens le plus terrible du terme. Il dressait souvent le bilan des hommes disparus et de ceux qui restaient, comme au lendemain de l’attaque du 3 août 1917 dans le secteur d’Itancourt, au nord du département, où il ne relève que 19 hommes valides sur les 64 de sa section, ou après l’attaque au gaz de mai 1918 sur le front des Flandres à la suite de laquelle sa section est dissoute, faute d’hommes : « Ma section se reformat au nombre de deux hommes. Le sergent Magnant et moi-même. Ma compagnie au total de 17 survivants. Un officier. Un sous-officier. Deux caporaux. Treize hommes. = 17 sur 256. Soit 233 manquant »[10].

Souvent, il interpellait son lecteur, par son questionnement, ses doutes, ses certitudes, sans tabou apparent, puisqu’il n’hésite pas à mentionner des aspects moins glorieux de sa vie de soldat. Il écrivit notamment, sans pudeur, qu’au cours d’un bombardement allemand le 25 août 1918, son abri sur la route 44 de Saint-Quentin à Lens fut ébranlé et qu’il courut se cacher dans un autre, se faufilant dans la nuit, seul, sous une pluie d’obus. Il raconta comment les larmes lui montèrent alors aux yeux, plusieurs sentiments s’entremêlant : rage de voir son « cagnat » détruit, douleur de son genou blessé dans sa fuite, angoisse de ne pas retrouver sa section, partie plus tôt en mission, peur de mourir[11].

Les mots rendent compte de la brutalité inouïe à laquelle est confrontée Robert Troubat. Ils évoquent aussi sa terreur face à la certitude d’une mort prochaine qui ne peut, selon lui, manquer de survenir et à l’incertitude de la mort qui lui sera infligée ainsi que du sort réservé à son corps. Pour composer avec ce souvenir, il dissocie son esprit de son propre corps, comme pour mettre à distance l’emprise des combats sur lui et comme s’il se considérait déjà alors comme inanimé, mort. Autrement dit, il serait comme un mort en sursis. Il évoque aussi des « rêves surhumains » et des « cauchemarts » . Le champ lexical utilisé dans l’ensemble de son carnet est très fort et caractérise son expérience de la guerre : « tuerie », « carnage », « cruel », « tragique », « épouvante », « enfert », « boucherie », « furie », « boureauds » , « bétaille humain », « râlements déchirants des mourants », « chair répandut », etc.

 

Un retour à la vie civile difficile, voire impossible : la solitude de Robert Troubat après-guerre

Vivant déjà en marge de sa famille avant sa mobilisation, l’après-guerre accentue son isolement : il finit sa vie, seul, dans une maison de retraite, où il confia, à sa mort, ses souvenirs de guerre à une des employées. Son carnet témoigne d’une hypermnésie du traumatisme subi. Cette hypermnésie s’accompagne d’un regard aigu et acerbe sur la société. La préface de son carnet de guerre ne comporte pas moins de 17 interrogations, que l’on peut aussi lire comme autant d’affirmations de l’auteur : « Comment cette paix incertaine resterat plus ou moins éloigner (…) cette masse prolétaire laissera-t-elle revenir se cataclisme »[12]. Au moment où il commence à mettre à jour son carnet de guerre, en 1925, soit six ans après sa démobilisation en 1919, il perçoit déjà la fragilité de la paix et le possible retour d’une guerre en Europe. Peut-être même pressent-il les formes d’une autre guerre, plus moderne encore, plus terrible aussi, tristement inaugurée par l’utilisation des gaz pendant la Grande Guerre, dont il a lui-même vu de près les ravages et ressenti la mort atroce, une guerre « microbienne » : « Leur progrès scientifique en silence serat un jour la fin d’un monde – guerre de destruction microbienne (basilles) »[13].

Tous les combattants ne furent pas capables de résister à la pression exercée par la violence de guerre et certains sombrèrent dans la déraison, connaissant différents troubles psychiques, regroupés pendant la guerre sous le terme de « pithiatisme »[14], auxquels les spécialistes donneraient aujourd’hui le nom de syndrome post-traumatique[15]. Dans un grand nombre de cas, l’impact du traumatisme ne fut véritablement ressenti que dans l’après-guerre, au moment où la paix était rétablie, avec le retour dans les foyers[16] et la société civile, configuration favorable pour dresser, inconsciemment ou consciemment, le bilan de son expérience combattante et regarder avec plus de recul les événements traumatiques qui avaient jalonné son engagement guerrier. Nombre de soldats furent tout simplement incapables de se réadapter à une vie ordinaire, loin de la vie précaire et dangereuse, mais si prenante, qu’ils avaient menée pendant la guerre. Cette perception créait un décalage entre les anciens combattants et leur entourage qui renforça, durablement, leur incompréhension, puis leur mutisme et leur isolement volontaire. Ce retour pouvait s’accompagner d’une absence de ressenti par rapport au traumatisme, d’un évitement (plongée dans le déni et l’oubli), voire d’une mise à distance des proches (à qui le soldat traumatisé ne racontait rien de « sa » guerre) ou des camarades de front (évitement pour ne pas revivre les souvenirs d’une expérience traumatique), d’angoisses nocturnes et de flash-back, signes souvent de traumatismes physiques plus ou moins importants.

L’exemple de Robert Troubat donne une vision extrême du traumatisme perçu et subi durablement par les hommes qui ont combattu sur le front de l’Aisne. Ses carnets en guerre portent un autre regard sur la réalité des combats et sur l’expérience guerrière des soldats de l’Aisne et de Berry-au-Bac en particulier, au cœur de nos réflexions lors de la première année de notre projet. Cette écriture de la guerre a été un des thèmes de notre exposition en août 2014 et est resté un des fils conducteurs de celle inaugurée en octobre 2015, à travers notamment les thèmes « Nommer l’ennemi » ou le parcours de Roland Lécavalé, alias Roland Dorgelès, qui livrera le témoignage d’un écrivain de la Grande Guerre dans Les Croix de bois.

 

Concluons en précisant que la pluralité des expériences de guerre et des caractères des hommes interdit toute généralité en la matière. Il n’y a pas une expérience du corps et de l’individu dans la guerre, mais des expériences multiples, variant d’un individu à l’autre, en fonction de leur propre rapport au corps et à la violence (tant physique que morale), de leur capacité (ou non) à éprouver des tensions extrêmes et de leur tolérance face à la souffrance, ressentie dans leur propre chair, dans celle d’un camarade ou dans celle de l’ennemi. L’histoire ne nous dit pas qu’elle a été la vie de Robert Troubat dans l’après-guerre, puisque son carnet s’arrête en 1926, ni si ses cauchemars l’ont poursuivi jusqu’à sa mort en 1973. Ses autres carnets auraient pu nous en dire plus, mais ils ont malheureusement été perdus. Toujours est-il que de nombreux soldats ont été poursuivis jusqu’au bout par des terreurs et des sueurs nocturnes, prisonniers d’une réalité passée qui les hantait, prisonniers d’une guerre qui ne fut jamais totalement finie pour eux.

 

Camille Laurent, université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne

 

Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

Entre émotion et acculturation : travailler le traumatisme de guerre

Les pensées de Robert Troubats sont, comme les craintes qu’il décrit, une partie d’un mécanisme émotionnel qui devait permettre de s’orienter dans le quotidien de la guerre et au-delà. Toutefois, le regard profond que Troubat nous offre dans son journal constitue un exemple de processus de travail de la guerre parmi d’autres, celui que l’on pourrait caractériser par le concept de trauma au sens de blessures psychologiques. En effet, les profonds traumas psychologiques de guerre de beaucoup de soldats du front que traduit les notions d’obusite et de shell shock[17] et qui pouvaient se caractériser par des réactions corporelles concrètes (les „tremblements de la guerre“)[18] apparaissent moins dans les extraits choisis. Nous aimerions en complément de la contribution française expliciter brièvement cet aspect à partir de sources allemandes.

Une autre possibilité de rendre compte des réalités du quotidien de la guerre est donnée par une acculturation apparemment distanciée, faisant que les soldats réagissent froidement aux privations du front, au fait de tuer et de mourir. Une acculturation qui peut également être vue comme un trauma entendu comme mécanisme de défense rendant le quotidien de la guerre et la vie après la guerre supportable. N’oublions pas en outre que pour beaucoup de soldats, la guerre n’eut pas seulement lieu dans les tranchées. Comme le montrent à titre d’exemple les entrées des journaux personnels d’Eugene Miller[19] ou les mémoires de Wilhelm Schwalbe[20], côté allemand, une grande partie de la vie du front se passait, dans le secteur de Berry-au-Bac, loin des combats quotidiens, de sorte que la peur de la guerre et les traumas étaient loin d’être omniprésents. Eugene Miller rapporte ainsi : „matin radeau et baignade. Le temps est ensoleillé et splendide. Nous nous baignons l’après-midi. Il fait agréablement chaud“[21]. Moment de détente qui n’est souvent qu’un répit avant le retour aux combats.

Le travail des peurs du futur apparaît moins comme un processus continuel, mais plutôt un moyen de traitement, auquel Troubat recourt également dans des situations de violence extrême. Un bon exemple de l’autre extrême sur l’échelle du traitement est fourni par le soldat allemand Ludwig Elsner chez qui domine l’élément d’acculturation distanciée, loin apparamment de tout trouble émotif. Le 12 janvier 1916, l’étudiant de 20 ans sur la cote 108 aborde ses expériences, les „tirs d’artillerie habituelle de chaque après-midi“ et les siestes quotidiennes pendant les pauses françaises. Dans les lettres de ce jeune étudiant, ni souci ni peurs[22]. Elsner traite manifestement par d’autres moyens que Troubat la guerre ; distance et certitudes doivent recouvrir peurs et doutes. Néanmoins, du côté allemand aussi, des mécanismes de traitement comparables à ceux de Troubat existent. Que l’on cite à titre d’exemple les propos de Johannes Haas qui évoque: „Pour moi, tout est devenu encore moins clair. Que des points d’interrogation plus grands. Pourquoi tout ceci ? Comment cela a-t-il été possible ? Des questions en boucle sans réponse“[23]. On doit aussi se prémunir de vouloir trop vite reconnaître dans les traitements des événements militaires des spécificités nationales. On devrait pouvoir trouver un Troubat allemand ainsi qu’un Elsner français.

Comme le souligne la conclusion de Camille Laurent, aucune psyché ne ressemble à une autre. Bien que tous les soldats sur les fronts de la Première Guerre mondiale furent soumis à des processus similaires, chacun d’entre eux réagit à la nouvelle réalité par des mécanismes de traitement différents. D’un côté, il y eut des hommes – tel Robert Troubat – qui réfléchirent sur leurs expériences par biais des émotions, sans pour autant que la réflexion – critique – sur le sens de cette guerre soit absente ; d’un autre, il y eut des hommes comme Ludwig Elsner qui mirent à distance la quotidienneté de la guerre par l’émotion. Mais si les deux stratégies poursuivent le même but – éviter l’effondrement mental par les horreurs de la guerre –, les deux processus eurent des impacts différents sur les représentations respectives des „réalités de la guerre“ de leur auteur. Ainsi la guerre chez Troubat paraît-elle comme un cruel mystère, qui plus est politiquement incompréhensible, alors que chez Elsner on peut avoir l’impression qu’il décrit un déroulement normal et routinier. Les processus de travail des traumatismes de guerre ont des conséquences, cent ans après le conflit, sur la perception de la guerre, tandis que lettres et journaux intimes nous transmettent leur réalité propre. Considérés séparement, les deux sources ne peuvent révéler que des aspects partiaux qui peuvent être trompeurs. Il revient au soin de l’historien de reconstituer les morceaux de la mosaïque et ainsi de reconstruire une image aussi holistique que possible de la Première Guerre mondiale.

Stefan Schubert, Albert-Ludwigs Universität Freiburg

[1] Le Naour Jean-Yves, Les soldats de la honte, Paris, Perrin, 2011.

[2] Audoin-Rouzeau Stephane ; Becker Annette ; Ingrao Christian ; Rousso Henry (dir.), La violence de guerre, Paris, Editions Complexe – IHTP/CNRS, 2002.

[3] R. Troubat combattit dans le secteur de l’Aisne, à Laffaux et à Pinon, tous deux situés à une trentaine de kilomètres de Berry-au-Bac.

[4] Service Historique de la Défense, Vincennes, 1KT658, Carnet de Robert Troubat.

[5] Ibid. Les citations respectent l’orthographe de l’auteur pour en garder l’authenticité.

[6] Robert Troubat, « 1914-1918, Orage sur le prolétariat », Service Historique de la Défense (SHD), 1KT658.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Voir l’analyse de Pierre Gouel, professeur au lycée d’Ussel qui a transmis au SHD la copie du manuscrit de Robert Troubat, qui complète le carnet, SHD, 1KT658.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Ibid.

[14] Développé par le dr Joseph Babinski qui en soigna les effets par une « électrothérapie persuasive », BABINSKI Joseph, « Premier rapport, réformes, incapacités, gratifications », Revue de Neurologie. 1916. p. 753-756.

[15] Voir notamment Croq Louis, Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, Odile Jacob, 1999.

[16] Cabanes Bruno ; Piketty Guillaume (dir.), Au retour à l’intime : sortir de la guerre, Paris, Tallandier, 2009.

[17] Leese, Peter: Shell shock. Traumatic Neurosis and the British Soldiers oft he First World War, Basingstoke 2002, S. 13-47.

[18] Leonhard, Jörn: Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs, München 2014, S. 569-573.

[19] Deutsches Tagebucharchiv (DTA), Emmendingen, DTA 260, Eugene Miller.

[20] DTA 1386, Wilhelm Schwalbe.

[21] DTA 260, Eugene Miller.

[22] Ludwig Elsner, Brief vom 29. Juli 1916. In: Witkop Philipp (Hrsg.): Kriegsbriefe gefallener Studenten, München 1928, S. 328-329.

[23] Johannes Haas, Brief vom 24. März 1915. In: Witkop Philipp (Hrsg.): Kriegsbriefe gefallener Studenten, München 1928, S. 158.

À la recherche du mouvement perdu… Une guerre de position pas si immobile à Berry-au-Bac (1914-1918)

Au cours de l’année 2015, le projet franco-allemand « La cote 108 à Berry-au-Bac » a évolué progressivement. En replaçant notre objet d’étude – un petit village axonais et sa butte – dans les stratégies militaires française et allemande à l’échelle du front de l’Aisne, un espace plus vaste que celui étudié l’année dernière, nous avons pu alors aborder de nouvelles problématiques autour de la notion de « front ». En effet, à la fin de l’année 1914, les armées s’enterrent en se faisant face après l’échec des différentes offensives alliées et allemandes sur l’ensemble du front, espace de contacts et d’affrontements entre les différentes armées belligérantes. Le mouvement semble alors disparaître de la guerre pour laisser la place à l’immobilisme apparent des tranchées.

 

Le mouvement disparaît-il totalement du front pour autant ? L’étude d’une série de cartes, conservées au Service Historique de la Défense et dressées pour la Vème Armée (19 N 839), montre qu’en fait, le mouvement se recompose pour s’adapter à cette guerre nouvelle : il relie davantage l’arrière au front militaire. En effet, l’approvisionnement et le ravitaillement de l’armée au front ne peuvent se réaliser sans une mobilisation croissante à l’arrière, des usines et des populations civiles, dans une guerre prise dans un processus de totalisation dès ses premiers mois. La fabrication du matériel militaire et des munitions, la rentrée des récoltes, mais également l’implication des civils dans la guerre, de manière tantôt directe, comme des cibles potentielles de bombardements, tantôt de manière indirecte, par la très forte propagande mise en place à destination de l’arrière, transforment très rapidement cet arrière en fronts domestiques[1]. L’impossibilité sur le front militaire de percer et d’emporter la décision renforce l’importance de ceux-là dans la conduite de la guerre de position. Il faut en effet mettre en place une organisation spatiale afin que les fronts domestiques puissent répondre aux besoins de l’armée en ressources humaines et matérielles. La présence à Berry-au-Bac de troupes coloniales et russes en 1917 montrent en partie la mobilisation de ces ressources humaines : le contrôle allié des routes maritimes imposant un blocus à l’Allemagne permet également l’acheminement de ces renforts. Si le mouvement s’arrête sur le front militaire, la guerre de position se traduit à une échelle internationale par un mouvement très présent et vital pour assurer le ravitaillement du front en hommes et en matériel.

 

Dans le secteur de la Ve Armée, le point de contact entre le front de l’Aisne et les fronts domestiques se trouve alors à l’arrière de Berry-au-Bac, sur une ligne joignant les villages de Breuil, Prouilly, Jonchéry, et Muizon. Ces localités, reliées entre eux par un réseau ferré et routier qui se densifie au fur et à mesure que la guerre dure, disposent de gares et de dépôts de vivres, de munitions, de matériel, créant ainsi une parallèle du ravitaillement. Tout d’abord, reliés au système de tranchées par des chemins de fer et des routes, moins larges et moins importantes que celles qui les relient aux fronts domestiques, ils redistribuent aux différentes unités sur le front les ressources dont elles ont besoin pour le combat. Ensuite, le mouvement ne se fait pas dans un seul sens, mais deux : du front reviennent les unités qui, relevées, partent dans les cantonnements, les permissionnaires rejoignant leurs familles ou leurs proches, les blessés renvoyés vers les hôpitaux d’orientation et d’évacuation, situés également à proximité des gares et donc dans la parallèle du ravitaillement. Ces mouvements de va-et-vient, qui transitent par ces gares régulatrices, montrent que la guerre de position est paradoxalement alimentée et maintenue par un mouvement ample et quotidien, contrôlé et régulé à l’échelle régionale.

 

La reprise de l’offensive n’est cependant jamais écartée, pendant toute la durée de la guerre, tant l’état-major et les officiers français restent marqués par le culte de l’offensive. L’installation d’infrastructures permettant un accès rapide au front à un grand nombre d’hommes et de matériel sert ainsi la concentration de troupes en vue d’offensives. Les cartes dressées par la Vème Armée en janvier 1917 doivent préparer une attaque possible le mois suivant. Cette dernière n’a pas lieu, mais les infrastructures permettront, quelques mois plus tard, en avril 1917, la concentration des troupes et des armements, notamment des chars d’assaut amenés sur le front, par la voie ferrée. Ce sera l’offensive Nivelle. L’emploi des premiers chars français à Berry-au-Bac est censé donner l’avantage aux assaillants en perçant en profondeur, permettant alors de retrouver le mouvement frustré, contenu, prisonnier depuis 1914. On sait que ce fut un échec flagrant. Mais l’offensive ratée du 16 avril ne signera pas la fin de chars d’assaut : d’autres plus petits et plus maniables seront fabriqués en grand nombre par les usines du front domestique, apportant à l’armée les chars nécessaires pour continuer et s’adapter toujours davantage à la guerre, contribuant à la victoire finale en 1918.

 

La guerre économique et de production menée par les Alliés transforme également l’arrière en ces fronts domestiques. La dépendance créée entre les deux espaces amène alors le renversement progressif du front : si les combattants continuent à soutenir l’effort de guerre le plus important, notamment en donnant leur vie, les civils sont toujours plus mobilisés dans cette guerre totale. Ce renversement du front est marqué, dans la guerre de position, par le renversement des dynamiques de mouvement jusqu’en 1918, un mouvement qui, malgré la guerre de position, ne disparaît pas du front : il est ajusté afin de répondre aux besoins d’une guerre de position en termes de mobilité. Toutefois, cette réponse apportée par les états-majors tarde à se faire entendre, la transition entre guerre de mouvement et guerre de position étant mal acceptée par les officiers. C’est d’ailleurs le mouvement qui permet, en 1918, la victoire alliée ; mais au cours des années précédentes, il n’avait pas disparu, contribuant alors à entretenir la mobilisation d’un pays tout entier.

 

Amaury Bernard, Université de Paris Ouest Nanterre

 

            Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

 

            Die 7. Armee im Etappengebiet – Infrastruktur und Mobilität

 

Auch die deutsche Seite der Aisnefront endete nicht hinter den ersten Linien bei Berry-au-Bac, sondern erstreckte sich weit in das Hinterland, in dem die deutsche Armee Unterkünfte für ihre Truppen errichtete und die Infrastruktur ihren militärischen Vorgaben entsprechend ausbaute. Das Hinterland war somit eng mit der Front verbunden und schuf eine rückwärts gerichtete Mobilität. Der Ausbau des Etappengebietes war für die deutsche Seite mit mehreren Schwierigkeiten verbunden – die graphischen Gegebenheiten und die Sicherung der neuen Infrastruktur waren Faktoren, die berücksichtigt werden mussten.

So stellte die Topographie zum Beispiel die 7. Armee bei der Errichtung von Baracken für die deutschen Soldaten vor besondere Schwierigkeiten: während der Wald nordwestlich von Pontavert „geeignetes Baugelände mit gut erhaltenem Walde und trockenem Baugrund [bot], so dass die Baracken ungefähr 75 cm im Erdboden“[2] eingelassen werden konnten, konnte der Wald bei Ville aux Bois nur auf der östlichen Seite genutzt werden, da auf der westlichen Seite der Boden von Baustümpfen, alten Gräben und Trichtern und Drahtverhauen geprägt war und im Süden von Sümpfen umgeben war. Auch bei den Trümmern von Juvincourt sollten Unterkünfte für deutsche Truppen errichtet werden.

Eine wichtige Aufgabe auch für die deutsche Armee war die Ausbau des Straßen-, Kanal- und Eisenbahnnetzes im Etappengebiet bei Berry-au-Bac. Für den Erhalt der Straßen war der Etappen-Kommandant verantwortlich. Als wichtig angesehen wurde die Straße Guignicourt-Berry-au-Bac, da diese für den Transport der schweren Artillerie unerlässlich war. Besondere Bedeutung hatte auch der Aisnekanal, an dem Berry-au-Bac und die Höhe 108 lagen. 1918 erhielt das Korps Schmettow, das bei Berry-au-Bac eingesetzt war, die Anweisung den Kanal bis zur Hälfte in Richtung Pontavert auszubauen, da die 7. Armee dort eine Umlade- und Entladestation errichten wollte..

Im Vergleich zu den französischen Truppen musste die 7. Armee nicht nur die eigene Sicherheit der Truppen und Infrastruktur garantieren sondern auch für Ruhe und Stabilität unter der französischen Bevölkerung in den besetzen Gebieten sorgen. Um die neu gewonnene Mobilität der deutschen Armee zu sichern, wurde die der französischen Zivilbevölkerung massiv eingeschränkt. So wurde in einer Anordnung der 7. Armee vom September 1914 jeder Verkehr während der Dunkelheit außerhalb der Städte, Dörfer oder Gehöfte verboten, Franzosen benötigten Passierscheine und wurden angewiesen sich von Bahnhöfen fernzuhalten – Personen, die sich abseits der Wege an Eisenbahnanlage näherten, wurden beschossen oder im Falle der gelungenen Zerstörung einer Bahn wurden umliegende Dörfer und Gehöfte unter Generalverdacht gestellt, die für die Zerstörung verantwortlich gemacht wurden. Die zunehmende Mobilität der deutschen Seite im Etappengebiet ging somit mit einer Einschränkung der Bewegung der französischen Zivilbevölkerung einher und wurde auch mit Hilfe von Propagandamitteln wie der Gazette des Ardennes durchgesetzt, eine Zeitung der deutschen Besatzer, die unter der französischen Bevölkerung verbreitet wurde und den Anschein einer neutralen Berichterstattung vermitteln sollte.

Die Aufgaben die deutsche Infrastruktur zu schützen und die französische Zivilbevölkerung zu verwalten und versorgen wurde dadurch erschwert, dass es für die deutsche Seite wesentlich schwieriger war Ressourcen zu mobilisieren. Zum einen spielte die Entfernung zum Heimatland eine Rolle, die es erschwerte Material, Truppen sowie Nahrungsmittel an die Front zu transportieren. Zum anderen konnten die französischen Truppen auch auf Ressourcen aus ihren Kolonien zurückgreifen, ganz im Gegensatz zu den deutschen Truppen, die durch die britische Seeblockade abgeschnitten waren. Die Anwesenheit von Kolonialsoldaten bei Berry-au-Bac verdeutlicht diesen Unterschied deutlich.

 

                                    Julia Knechtle, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg

[1] Voir notamment l’étude de Bruno Cabanes, Août 1914. La France entre en guerre, Gallimard, 2014.

[2] Generallandesarchiv Karlsruhe, 456 F 1 / 287

Compte rendu : B. Ziemann, « Gewalt im Ersten Weltkrieg » par Stefan Schubert

Compte rendu de Benjamin Ziemann, Gewalt im Ersten Weltkrieg. Töten – Überleben – Verweigern, Essen (Klartext) 2013, 276 S., ISBN 978-3-8375-0887-1, EUR 22,95.

 par Stefan Schubert, Fribourg-en-Brisgau

Pour des raisons bien connues – le centenaire du début de la Première Guerre mondiale en étant l’une des principales –, un grand nombre d’ouvrages a été publié ces dernières années, dans lesquels l’»Urkatastrophe« du XXe siècle a été examinée dans de multiples perspectives. Pendant longtemps, la violence, cependant, n’a pas compté parmi les thèmes qui auraient bénéficié d’une large réception. Or, depuis les années 2000, bon nombre de travaux abordent cette thématique1. Benjamin Ziemann a ainsi investi ce champ de recherche et présente le résultat de ses recherches sous une forme ramassée de 220 pages. Il reconnaît lui-même le caractère panoramique de l’ouvrage qui ne défend aucune thèse centrale précise.

En introduction (p. 2–27), Ziemann commence par un tour d’horizon théorique et historiographique du »laboratoire de la violence« (p. 15), comme il le désigne. Ce faisant, il considère le potentiel d’analyse des différentes approches d’une »histoire de la violence« et en profite pour relever également les insuffisances de certaines des thèses alléchantes défendues avant tout par ses collègues britanniques2. Pour définir le concept de violence, Ziemann se borne à une référence au sociologue Heinrich Popitz, selon lequel la violence serait une »action de pouvoir« qui conduit à une agression intentionnelle sur la personne d’autrui. La compréhension extensive du thème de cette monographie aurait certainement gagné à un aperçu un peu plus détaillé ainsi qu’à une prise en compte des nouveaux discours sur la violence. D’autant que le but revendiqué de l’ouvrage est d’à apporter une contribution à l’analyse systématique de la violence.

Ziemann a opté pour une structure thématique en trois parties. La première – soit les chapitres I à IV, p. 23–90, – est consacrée aux »pratiques de la violence«, c’est-à-dire aux contextes de la violence, de la mort et de la survie en guerre. À cette fin, sont abordés, après une vue d’ensemble quantitative sur les tués, les blessés et les malades, les discours de la violence ainsi que les possibilités et les limites du langage. L’auteur envisage en effet trois différents langages par lesquels les soldats auraient donné un sens à la Grande Guerre mondiale: le religieux, le national et le socialiste. Ce dernier aurait gagné en force de conviction; le national, en revanche, aurait perdu au cours de la guerre en signification (chapitres I et II). Le troisième chapitre traite ensuite de la disposition à la guerre des soldats allemands, disposition que Ziemann attribue, en s’appuyant, pour le front occidental, sur des extraits à valeur d’exemple de trois journaux personnels de simples soldats, à trois motifs fondamentaux: la conviction religieuse chrétienne, la foi en la nation et les représentations socialistes de la communauté. Avec la poursuite de la guerre, une contradiction croissante se manifeste entre les attentes d’avant-guerre et les expériences réelles du front. En lien avec cette question sont alors abordées, sous une forme plus courte, les motivations différentes des soldats allemands sur le front oriental. La propension à la violence – élevée sur ce front – serait fondée sur les images bien ancrées de l’ennemi ainsi que sur les stéréotypes concernant une culture russe archaïque et considérée comme barbare.

Au chapitre IV, Ziemann entreprend une interprétation et contextualisation historiques du journal de guerre d’Ernst Jünger sous l’angle des pratiques de la violence. Ces dernières, sur le champ de bataille, sont ainsi davantage présentées comme liées à une situation et à des émotions, ce qu’illustre la question de la capture de l’adversaire qui n’est pas exécuté de façon purement aléatoire. Par cette présentation, l’historien allemand prend clairement position contre les recherches britanniques déjà évoquées qui expliquaient en partie la mort des prisonniers en référence aux normes ayant cours dans l’armée allemande.

Dans la seconde partie de l’ouvrage – soit les chapitres V à VII, p. 92–153 –, Ziemann analyse le »refus de la violence«. Ainsi, le cas de la désertion est d’abord examiné en détail, tandis qu’outre les différentes possibilités, conditions et motivations des déserteurs, sont également traitées les réactions du commandement militaire. Ziemann estime à environ 100 000 le nombre de déserteurs allemands pour toute la guerre, chiffre à prendre comme un témoignage à valeur générale sur les motifs individuels, notamment parmi les minorités polonaises et alsaciennes-lorraines, en lien à leur discrimination. Les mobiles collectifs ne sont donnés que dans le chapitre suivant, qui analyse la grève militaire allemande larvée lancée suite à l’échec de l’offensive de 1918. Les extraits de sources évocatrices permettent de suivre clairement la »labilité des sauts d’humeur« (p. 129) dans l’armée allemande. Ziemann arrive à la conclusion selon laquelle c’est moins une politisation révolutionnaire des soldats qui a conduit au refus que des attentes déçues et un épuisement collectif après quatre ans de conflit. Au chapitre VII, il revient sur le débat historiographique concernant la »guerre militaire larvée«, introduite comme concept heuristique pour la première fois, en 1986, par Wilhelm Deist3. L’étendue du phénomène des »planqués«, comme les nommèrent les autorités militaires, est estimée dans sa »fourchette inférieure absolue« (p. 148) à 185 000 hommes.

La dernière partie du livre – soit les chapitres VIII à X, p. 155–219 – est consacrée à l’»assimilation de la violence« (»Gewaltverarbeitung«) dans la république de Weimar. En la matière, Ziemann réfute la thèse d’une brutalisation de la société allemande par les soldats qui rentrent du front. Il situe bien davantage les tendances de radicalisation de la république de Weimar dans la polarisation du champ politique, dans les modèles rhétoriques des droites nationalistes et dans la victime héroïque élevée au rang de modèle. Il souligne le fait qu’il y eut également des anciens combattants pacifiques. Et d’expliciter cet aspect avec l’exemple de Hermann Schützinger, dont l’évolution, par sa sortie de la violence de guerre, a sans doute dû être celle de »beaucoup d’autres anciens combattants« (p. 173). Dans le dernier chapitre, Ziemann analyse deux ouvrages militaires qui furent des best-sellers sous la république de Weimar et s’intéresse à une partie du discours de guerre de Weimar qui a suscité peu d’attention, tout en admettant lui-même, qu’en termes d’exemplaires vendus, la littérature de guerre nationaliste et pro-violence domine.

Le livre, par sa structure, donne l’impression d’une série d’essais. Considérés isolément, ils fournissent d’intéressants articles spécialisés, sans autant suivre une thèse cohérente. Cette cohésion lacunaire se reflète également dans le choix des sources. Ainsi l’auteur se sert-il, pour analyser la »guerre militaire larvée« dans le deuxième chapitre, d’un large choix d’archives. Cependant, notamment pour le dernier champ de recherche abordé dans l’ouvrage, celui de l’»assimilation de la violence«, les matériaux convoqués peuvent convenir à des études de cas intéressantes, cela notamment grâce au style agréable de Ziemann.

Avec cette monographie, Bernd Ziemann propose au final une analyse variée de différents aspects de la violence dans et après la Première Guerre mondiale. Il présente de nombreuses idées stimulantes, mais qui, outre le fait qu’elles ont été déjà précédemment publiées, peinent à ouvrir de nouvelles voies sur le thème. L’étude de catégories jusqu’alors moins étudiées – comme le refus de la violence – invite néanmoins à une discussion plus large. Cela vaut avant tout pour l’examen critique de la validité de quelques-unes des thèses avancées qui reposent, pour partie, sur des corpus archivistiques souvent minces. L’ouvrage est donc davantage destiné à un large public qui souhaiterait obtenir un aperçu sur les controverses actuelles dans ce champ de recherche.

Compte rendu initialement publié in: Francia-Recensio 2015/3 | 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine le 11 septembre 2015.

URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2015-3/zg/ziemann_schubert

1 Voir les travaux pionniers d’Annette Becker et de Stéphane Audoin-Rouzeau, 14–18. Retrouver la guerre, Paris 2000; John Horne, Alan Kramer, German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven 2001.

2 En ce qui concerne la propension à la violence et à l’acte de tuer, voir par exemple les ouvrages de Niall Ferguson, The Pity of War, Londres 1998; ou de Joanna Bourke, An Intimate History of Killing. Face-to-face Killing in Twentieth-Century Warfare, Londres 1999.

3 Wilhelm Deist (1931–2003) fut l’historien phare du Militärgeschichtliches Forschungsamt ainsi qu’un membre fondateur du Arbeitskreis Militärgeschichte.

Trois questions à Jörn Leonhard, auteur de « La Boîte de Pandore » (2014) par Stefan Schubert

Notre projet « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoire nationale et mémoire européenne » ne vise pas seulement à entreprendre une recherche sur la Première Guerre mondiale, à une échelle locale, dans une perspective comparative et transfrontalière. A travers lui, nous souhaitons également familiariser les lecteurs intéressés à de nouvelles perceptions – comme, par exemple, en donnant un aperçu du paysage de la recherche actuelle dans les deux pays. C’est ainsi qu’ont été interviewés Bruno Cabanes (Ohio State University) et Jörn Leonhard (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg i. Br.), qui, chacun, ont écrit sur la Grande Guerre mondiale des livres ayant remporté un franc succès et une reconnaissence universitaire.

J. Leonhard

Jörn Leonhard est depuis 2006 le titulaire de la chaire d’Histoire de l’Europe occidentale romane à l’Université Albert-Ludwigs de Fribourg-en-Brisgau. Après avoir obtenu son doctorat en 1998, il a occupé divers postes à l’université d’Oxford, puis, après un court séjour à l’Université de Iéna, il a accepté, en 2006, la proposition de l’Université de Fribourg. La même année, son habilitation (soutenue en 2004) a été récompensée par le prix Werner-Hahlweg[1].

Ses champs de recherche se nourrissent des possibilités de la comparaison historique comme sur l’histoire des transferts et l’histoire croisée depuis le XVIIIe siècle. Cela ne comprend pas seulement les constructions politiques comme les Etats-nations et les empires, mais aussi les idées politiques comme le nationalisme, le libéralisme, le bellicisme ainsi que les questions de violence, de guerre et de paix.

Ce sont précisément ces tendances que Jörn Leonhard a suivies avec sa monographie parue en 2014 et récompensée par de nombreux prix[2], Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs (La boîte de Pandore. Histoire de la Première Guerre mondiale), ouvrage par lequel il réussit à offrir une synthèse de premier plan sur la catastrophe matricielle du XXe siècle. Malgré une approche globale, l’accent est mis sur la représentation du continent européen en raison de l’intensité du cours de la guerre. Avec La boîte de Pandore, Jörn Leonhard explicite le fait que le caractère du conflit, nonobstant les armes modernes et une forte tendance à la totalisation, est resté pendant longtemps prisonnier des idées d’une conduite traditionnelle de la guerre – ce par quoi la Première Guerre mondiale pourrait être considérée comme la dernière guerre du XIXème siècle. Cette contradiction aurait, inconsciemment, conduit à une divergence entre attentes et expériences. Outre la question sur le caractère de la guerre, J. Leonhard montre aussi que les grands empires européens, loin d’être affaiblis par les mouvements irrédentistes depuis 1914, furent pendant longtemps des formations stables. Ce seraient bien plutôt les évolutions dans les fronts domestiques – des discriminations jusqu’à l’espionnite – qui auraient délégitimé de manière décisive les représentations des formations multiethniques après 1918.

Ces évolutions sont explicitées en dix chapitres qui calquent la chronologie de la guerre (y compris l’avant et l’après-guerre), et soulignent ainsi les spécificités pour chaque année du conflit tout en retraçant l’escalade de la guerre.

La boîte de Pandore offre une interprétation exhaustive et détaillée de la Première Guerre mondiale, qui pointe également de nouvelles perspectives, dont certaines sont abordées dans l’interview qui suit.

NB : L’Interview, menée en juillet 2015, a été publiée en langue originale sur le blog allemand « Die Höhe 108 ».

Genèse d’un livre majeur pour l’historiographie

Stefan Schubert : Avec l’ouvrage La boîte de Pandore, vous offrez, cent ans après la Première Guerre mondiale, une histoire holistique de l’événement particulièrement réussie. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à ce grand projet ? Comment avez-vous travaillé ? Quelles sources avez-vous consultées ?

Jörn Leonhard : Il s’agissait avant tout pour moi de dépasser les intrications nationales ou exclusivement d’Europe de l’Ouest présentes dans les grandes fresques jusqu’ici produites, bref d’entreprendre une analyse qui rend compte de la guerre mondiale comme d’un événement global. Cela voulait dire d’une part de réellement inclure toutes les grandes régions de l’Europe (et, ce faisant, l’Europe centrale, de l’est et du sud-est), soit toutes les zones dans lesquelles se trouvaient les grands empires multiethniques d’Europe continentale (Habsbourg, Russie, Empire ottoman) et qui disparurent jusqu’en 1919-1923, et d’autre part cela voulait dire d’inclure les grandes régions du monde (Asie, Océanie, Afrique, Amérique du nord et du sud).

Concrètement, j’ai écris le livre pendant mon année de professeur invité à l’université de Harvard, en 2012-2013, mais j’avais commencé, intensément, par la collecte de sources et de bibliographie à partir de 2011. La réponse simple à la question « comment » est la suivante : lire autant que possible sans être dérangé, de façon continue, vite et beaucoup, écrire jusqu’à ce que les chaînes argumentatives, l’analyse et les bons récits prennent corps, ensuite parler avec beaucoup de collègues qui sont des spécialistes de certains thèmes afin de tester mon hypothèse et, enfin, après ce compactage, écrire, concentré, trois pages par jour minimum. Si vous faites cela un an durant de façon concentrée, vous allez assez loin – même si vous avez besoin, ensuite, d’un programme de réintégration sociale…

Outre la consultation de beaucoup d’anthologies de sources et de textes classiques (diplomatiques, miliaires, élites), j’ai avant tout travaillé avec des ego-documents, c’est-à-dire des journaux personnels et des correspondances afin de maintenir une vue autant que possible non déformée des contemporains de l’Etat sur leur présent.

            Le dépassement de la nation comme cadre de référence

Stefan Schubert : Vous appartenez à une génération qui n’a connu aucune guerre mondiale, mais au contraire le processus d’unification européenne. Comment évaluez-vous cette distance en termes historiographiques ? La convergence des sociétés européennes comme la focale plus faible sur l’Etat-nation ont-elles permis de nouvelles interprétations transnationales de la Première Guerre mondiale ? Considérez-vous votre ouvrage comme un résultat ou une partie de ce processus ?

Jörn Leonhard : Dans cette perspective, j’aurais tendance à considérer mon livre comme partie de ces approches transnationales et d’histoire globales. Mais, il faut attention à ce que cela ne conduise pas à faire un nouveau récit de référence, au sens d’une histoire de l’ « Occident » et des valeurs qui lui sont rattachées – dans mon livre, il s’agissait précisément de montrer comment la guerre a accru les divergences entre et à l’intérieur des Etats, des sociétés, des nations et des empires, et que ce fut une expérience dans toutes les sociétés impliquées, même si spécifique à chacune d’entre elles. Et nous avons pu justement voir l’année dernière que, sous le vernis d’une mémoire présentée rhétoriquement comme européenne commune, beaucoup de différences nationales restaient visibles : il y a une grande différence dans la façon par laquelle, en Allemagne, on aborde la question de la « responsabilité de la guerre », en France, les victimes de guerre, en Belgique l’expérience de l’occupation ou en Grande-Bretagne la question de savoir si la Grande Guerre ne fut pas une fausse guerre, dans laquelle le pays s’engagea au début du XXe siècle. En tant qu’historien, on doit reconnaître ces différences, expliquer leur genèse et on doit les assumer. Cela immunise quelque peu contre des promesses trop larges selon lesquelles tout pourrait se subsumer dans une mémoire de guerre européenne commune en nivelant les différences.

La Première Guerre mondiale comme rupture radicale d’attente

Stefan Schubert : Vous soulignez dans votre livre à plusieurs reprises le volet de l’écart qui se creuse entre attentes et expériences pendant la Première Guerre mondiale. Qu’est-ce qui est à l’origine de ce modèle d’interprétation ? Où réside le potentiel heuristique particulier d’une telle interprétation ?

Jörn Leonhard : Cela provient de ma fréquentation intensive de l’œuvre de Reinhart Koselleck[3]. Ma thèse est la suivante : dans cette guerre comme jamais auparavant ni après, il n’y eut une dévalorisation des attentes par une explosion des expériences de violence dans un temps court. Jusqu’à l’époque moderne, les horizons d’attentes et les espaces d’expériences étaient restés liés les uns aux autres dans une compréhension du temps cyclique. Entre 1770 et 1850, cette conception du temps vola en éclats, parce que les attentes des hommes au temps de la Révolution française dépassèrent de loin leurs expériences. Ce qui commence en août 1914 et ne s’arrête pas en novembre 1918, renverse radicalement cette tectonique : désormais, la guerre met à nu ces attentes de progrès, cet héritage du XIXe siècle comme d’inoffensifs scenarii qui ne peuvent s’opposer à la dynamique des expériences dans cette guerre. Le résultat fut une crise de crédibilité dans presque tous les domaines de la vie : crise de la politique, de l’économie et de la société, des projets idéologiques comme justification de l’Etat et des riches, des nations, des ethnies et des classes. Et c’est précisément en ceci, dans cette désorientation de base, dans ces durées raccourcies et ces demi-vies des grandes idées organisatrices, que réside un héritage de la guerre jusque dans le présent.

Stefan Schubert : Quand vous parlez d’héritage de la guerre, vous ne pouvez pas ne pas considérer la deuxième grande guerre du XXe siècle. D’après vous, comment s’organise le rapport entre expérience et attente lors de la Seconde Guerre mondiale ? Où sont les différences entre 1914 et 1939 ?

Jörn Leonhard : La relation entre expériences et attentes, en 1939 ou 1941 (si l’on considère cette année en tenant compte du Pacifique comme nouvelle vague « globale »), fut différente de 1914. La singularité de la Première Guerre mondiale ne consiste pas dans le fait qu’il n’y avait pas, en 1914, de grande guerre en Europe, qui aurait pu servir d’échelle de mesure appropriée pour l’explosion de la violence qui s’annonçait. Bien qu’avant 1914, il y eût dans de nombre de régions des prémisses d’une violence qui dégénère, qui se totalise – que l’on pense à la guerre civile américaine ou aux sociétés coloniales –, cela restait, dans la perception européenne, les « périphéries ». Ce fut tout à fait différent en 1939-1941, car les hommes de cette génération d’expérience pouvaient encore, de façon très consciente, se souvenir de la guerre précédente – c’est précisément cela qui a nourri, en France et en Grande-Bretagne, dans les années avant 1939, l’ « apaisement ». C’est pourquoi le fossé entre expériences et attentes fut tout autre et, sans doute de prime abord, pas aussi profond qu’en 1914. Cependant, la différenciation ne change rien à un fait fondamental, qui vaut pour chaque très grande guerre et a fortiori pour la guerre totale de 1939-1941 : dans cette guerre aussi apparut une dynamique de violence d’un genre nouveau, qui réduisit à néant toutes les attentes des hommes au début de la guerre. Mais la dynamique fut autre que celle après août 1914 – elle avait moins à voir avec la désillusion d’un mythe d’une « guerre courte » qu’avec le lien de dictature et d’une violence intérieure comme extérieure, avec la totalisation de la violence de la guerre aérienne contre les populations civiles, porté à la fin par l’emploi de bombes atomiques à l’extrême, et les liens entre guerre et Shoah.

Nouvelles perspective sur la Première Guerre mondiale

Stefan Schubert : Les nombreuses publications des dernières années ont montré que la Première Guerre mondiale ne constituait pas, loin s’en faut, un champ complètement balisé. Quelles seraient selon vous les nouvelles perspectives et thématiques qui pourraient être ceux de la discipline historique dans les prochaines années ?

Jörn Leonhard : Je pense que la transposition conséquente des approches de l’histoire globale et des comparaisons internationales au-delà des cas classiques d’Europe de l’Ouest renferme encore beaucoup de potentiel. A cela s’ajoute la combinaison d’approches par exemple l’histoire économique et financière de la guerre avec des concepts culturels qui interrogent les appropriations des expériences par les contemporains. Et en fin de compte, des espaces d’expériences particulièrement concrets – le camp, la captivité, le lien entre fronts domestiques et militaires, les lieux de violence dans le contexte d’une guerre étatique, de guerre civile et de violence ethnique – offre beaucoup de nouveaux domaines de recherche passionnants.

Stefan Schubert : Au nom du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac », je vous remercie pour cette interview.

                                                Traduction : Amaury Bernard & Fabien Théofilakis

[1] Prix d’histoire militaire le plus prestigieux en Allemagne.

[2] Le NDR-Sachbuchpreis et le prix « Geisteswissenschaften International » pour favoriser les publications d’excellence en sciences humaines et sociales décerné par le Börsenverein, la Fritz Thyssen Stiftung, la société de gestion collective Wort en charge des droits des œuvres utilisant le langage et les Affaires étrangères.

[3] Voir notamment Koselleck, Reinhard, „ ‚Erfahrungsraum’ und ‚Erwartungshorizont’ – zwei historische Kategorien“, in Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt a.M., 2000, p. 349-375 ; Koselleck, Reinhart, „Der Einfluss der beiden Weltkriege auf das soziale Bewusstsein“, in Wolfram Wette (dir.), Der Krieg des kleinen Mannes. Eine Militärgeschichte von unten, München, 1992, p. 324-343.

De la sortie de guerre, à l’entrée en guerre : trois questions à Bruno Cabanes sur son ouvrage « Août 14, La France entre en guerre », Paris, Editions Gallimard, 2014

La réalisation du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac » a demandé aux différents participants français et allemands des lectures nombreuses afin de comprendre les enjeux et les débats qu’impliquent l’écriture d’une histoire croisée de la cote 108 en Première Guerre mondiale. Les commémorations du centenaire du début de la Grande Guerre ont également favorisé la publication de plusieurs ouvrages. L’un d’entre eux a retenu mon attention : Août 1914, La France entre en guerre de Bruno Cabanes, professeur d’histoire à l’Ohio State University.

B. Cabanes - August 1914

 

L’ouvrage est composé de huit chapitres couvrant le mois d’août 1914. Les trois premiers s’ouvrent sur la déclaration de guerre et l’effervescence d’une France blessée par l’assassinat de Jaurès. Les deux suivants – « L’épreuve du feu » et « l’ombre de la défaite » – décrivent les actions militaires aux frontières et la manière dont soldats et armées s’habituent difficilement à une guerre nouvelle qu’ils découvrent. Enfin les trois derniers chapitres s’intéressent à l’entrée en guerre des civils et des fronts domestiques. À travers des sources inédites, à commencer par des rapports préfectoraux, des relations de police et des témoignages, Bruno Cabanes montre comment l’irruption de la guerre bouleverse la France toute entière, de la société à l’individu : le véritable tournant de la guerre n’a pas lieu à la fin de l’année 1914, avec l’apparition de la guerre des tranchées, mais bien dès le mois d’août 1914.

 

Ce choix de rendre compte de cet ouvrage a été motivé par plusieurs raisons. Personnellement, j’avais déjà contacté Bruno Cabanes dans le cadre du projet « La cote 108  » : auteur d’une thèse sur la sortie de guerre, publiée sous le titre de La victoire endeuillée : la sortie de guerre des soldats français, 1918-1920 en 2004, il s’intéressait à cette lente et difficile démobilisation culturelle et militaire des soldats français à travers les commissions du rapport postal, un thème et une source centraux que nous avons nous-mêmes convoqués dans nos recherches. Ensuite, le titre d’Août 14, La France entre en guerre évoque, pour l’historien qui travaille sur 1914-1918 aujourd’hui, d’une part la thèse centrale de Jean-Jacques Becker, Août 14, quand les Français entrent en guerre[1], et d’autre part le centenaire août 1914 – août 2014. Enfin, dans le cadre de ce blog, nous avons voulu tenter une expérience : proposer un compte rendu de l’ouvrage de B. Cabanes en faisant parler… son auteur. Nous remercions Bruno Cabanes de son entière coopération pour cette interview réalisée en juin 2015.

 

1) 1914-2015, une entrée dans la guerre à cent ans de distance et d’historiographie

Amaury Bernard : En 1976, Jean-Jacques Becker soutenait une thèse pionnière, « 1914, comment les Français sont entrés dans la guerre ». Près de 40 ans après cette oeuvre pionnière, vous publiez La France entre en guerre. Au-delà du clin d’oeil, comment expliquez-vous le passage des Français à la France ?

Bruno Cabanes : Ce titre est plus qu’un simple clin d’œil au travail pionnier de Jean-Jacques Becker. Je voulais rendre hommage au grand historien de l’entrée en guerre, car c’est véritablement avec lui que j’ai découvert et commencé à travailler sur la Première Guerre mondiale, il y a un peu plus de vingt ans – avant que d’autres n’influencent à leur tour mes recherches: George Mosse (que j’avais rencontré à Cambridge en 1989), Jay Winter, Alain Corbin (dont l’inspiration est sensible ici, notamment dans mes chapitres sur la France rurale et les sons de la guerre) ou Stéphane Audoin-Rouzeau.

Mais pour revenir à votre question principale : comment notre approche de l’entrée en guerre a-t-elle évolué depuis la fin des années 1970 ? Il me semble que notre changement de regard est lié principalement aux évolutions de l’histoire culturelle. Les sources de Jean-Jacques Becker pour son histoire politique de l’entrée en guerre, c’étaient les rapports des instituteurs, avec en arrière-plan, une notion que les historiens n’utilisent plus guère : l’opinion publique. Dans Août 14, je me suis surtout intéressé aux rumeurs, aux mauvais bruits, aux peurs collectives, dans une approche qui s’inspire de l’histoire des émotions, et avec des archives jusqu’ici peu exploitées: les rapports préfectoraux et les fonds de la Préfecture de Police de Paris.

 

Amaury Bernard : Vous avez soutenu une thèse, en 2002, sur la sortie de guerre des soldats français, « Finir la guerre : l’expérience des soldats français (été 1918-printemps 1920) ». Comment l’historien de la déprise de guerre – culturelle et militaire -, a-t-il envisagé et travaillé ce parallèle en termes de méthode et de ressorts d’analyse entre les processus de mobilisation et de démobilisation ?

Bruno Cabanes : Dans les deux cas – entrée en guerre et sortie de guerre, mobilisation et démobilisation – ce qui m’intéresse, c’est le temps de la guerre. Ou, plus précisément, le rapport au temps de ceux qui sont plongés dans un événement hors norme. Sentiment d’accélération dans l’un et l’autre cas, stupeur devant la banalité de ce qui arrive – « C’était donc cela », écrivent les Français découvrant les affiches de la mobilisation et ceux qui apprennent la signature de l’armistice, quatre ans plus tard. Que se passe-t-il, en d’autres termes, lorsque notre quotidien est comme aspiré par un événement gigantesque qui engloutit tout ?

Du point de vue de mon travail sur le temps de la guerre, l’approche de la sortie de guerre que j’avais entreprise dans mon premier livre ressemble finalement beaucoup à celle que j’ai suivie ici, au sujet de l’été 1914 : dans les deux cas, j’ai essayé de déplier un temps que la mémoire avait replié sur lui-même. J’ai voulu montrer par quelles étapes successives on passe de la paix à la guerre et de la guerre à la paix, et comment ces étapes successives diffèrent selon les niveaux d’analyse.

Lors de l’entrée en guerre et de la sortie de guerre, les rituels collectifs jouent un rôle majeur, et d’abord comme l’une des composantes du grand basculement identitaire de tous ces hommes qui passent, en l’espace de quelques heures, du statut de civils à celui de combattants. Les rituels de la mobilisation et de la démobilisation ont à la fois une valeur psychologique et une valeur anthropologique: ce sont eux qui facilitent le passage d’un état à un autre, d’un temps à un autre.

 

            2) Cette France qui entre en guerre….

Amaury Bernard : Lorsque les Français partent en guerre en août 1914, vous soulignez qu’ils le font avec l’espoir d’une guerre courte. Quelles sont alors les représentations de la guerre dominantes dans la société française ? Quel est le poids, sur les mentalités des Français, des campagnes précédentes, notamment 1814 et 1870, deux autres invasions de la France ? On comprend, à la lumière des faits que vous évoquez concernant la défaite des premières batailles, l’incapacité du commandement, la mauvaise coordination entre l’infanterie et l’artillerie, les uniformes mal adaptés. Ces différents éléments peuvent-ils faire croire qu’en entrant en guerre, la France « pensait en retard », obsédée par un sentiment de déclin et d’infériorité, notamment démographique, vis-à-vis de l’Allemagne ?

Bruno Cabanes : Oui, d’une certaine façon, la France pense en retard, mais ce n’est pas ce qui la distingue des autres pays belligérants. Qui peut prétendre, à l’été 1914, avoir compris le sens de la guerre russo-japonaise, ou des guerres balkaniques ? qui a vu et tiré les conséquences du changement d’échelle et de degré qu’a connu le phénomène guerrier dans les vingt ou trente années précédant la Grande Guerre ? Ce qui m’intéresse beaucoup plus, c’est la manière dont un événement tant de fois annoncé – songez au fameux article de Péguy dans les Cahiers de la Quinzaine au moment de la crise de Tanger (mars-avril 1905) – a pu “tomber sur le monde comme une avalanche”, comme l’a écrit l’historien Jules Isaac.

 

            3) Un front peut en cacher un autre…

Amaury Bernard : La Première Guerre mondiale transforme la séparation couramment faite entre le front militaire et l’arrière, qui est de plus en plus exposé aux dangers de la guerre, comme vous le montrez à travers les pages sur l’aviation, sur le travail des femmes et sur les réfugiés. Comment les combattants perçoivent-ils cette mutation entre front militaire et front domestique ? Où s’arrête alors le front, lorsque tout devient front ?

Bruno Cabanes : Cette question des délimitations est vraiment une question fondamentale. Les premières semaines de l’invasion sont marquées par un déferlement de violence (850 hommes, femmes et enfants belges tués déjà entre le 4 et le 9 août) et une « grande peur », que nous avons aujourd’hui oubliées. Tout va très vite. Sur les champs de bataille se livrent des affrontements extrêmement meurtriers – parmi les plus sanglants de l’histoire militaire française. Dans le même temps, les réfugiés venus de Belgique et du Nord de la France affluent vers Paris, puis l’Ouest du pays. Songez qu’une ville comme Rouen, qui ne sera pourtant jamais véritablement menacée, se vide d’un tiers de sa population le 27 août !

En fait, il a suffit d’un mois à peine pour que la France entre pleinement dans la guerre. D’où cette impression de porosité entre le front et l’arrière qui frappe de plein fouet les contemporains. Et puis, il y a d’autres peurs qui ajoutent à ce sentiment de transgression spatiale caractéristique d’une guerre totale en gestation : :celle des bombardements aériens contre les populations civiles, celle des espions allemands. On assiste alors à une forme tout à fait spectaculaire d’auto-mobilisation, les habitants des grandes villes scrutant le ciel à la recherche des zeppelins et des lumières suspectes, tandis que dans les campagnes, les migrants, les marginaux, les réfugiés eux-mêmes sont confondus avec des espions.

Il me semble que derrière cette inquiétude diffuse, ce sont aussi les représentations que les Français se font d’eux-mêmes et de l’ennemi qui sont en jeu. En 1914, les Français ont confiance dans leur armée, mais ils se méfient des ruses allemandes. C’est ce que signifie notamment la psychose liée aux affiches Kub (qu’on imagine avoir été installées par des ennemis de l’intérieur pour guider les troupes d’invasion allemandes) ou la destruction des boutiques Maggi en plein Paris[2]. Ce saccage des commerces de lait Maggi est particulièrement intéressant. Longtemps interprété comme une flambée de nationalisme contre la firme suisse-allemande, voire comme un simple règlement de compte entre concurrents, il revêt, me semble-t-il, une signification beaucoup plus forte, car la rumeur court bientôt que les Allemands cherchent à tuer les enfants français avec du lait empoisonné. Mauvais bruit d’ailleurs renforcé par des versions légèrement différentes en province : en Corrèze et en Lozère, par exemple, des voyageurs allemands déguisés en « femmes » distribuant des friandises empoisonnées aux enfants.

Bref, les peurs que John Horne et Alan Kramer ont distinguées en Belgique et dans le Nord de la France en août 1914 – la peur des « atrocités allemande[3] » – sont aussi présentes à des centaines de kilomètres de là, comme dans la petite ville de Gramat (Lot), où la gendarmerie locale recherche activement « une femme revêtue d’une robe bleue » qui aurait lancé des bonbons empoisonnés depuis sa voiture. Le thème du travestissement, très présent dans ces rumeurs de l’entrée en guerre, dit aussi l’entrée dans une forme de conflit où les identités sont brouillées. La guerre se déroule certes au front. Elle est aussi partout.

NB : Une version allemande est à venir sur le blog « Die Höhe 108 in Berry-au-Bac »

            23 Juin 2015, Nanterre.

[1] Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés en guerre, Paris, Presse de la fondation des sciences politiques, Paris, 1977.

[2] Cabanes, Bruno, Août 1914, La France entre en guerre, Paris, Gallimard, 2014, p. 177.

[3] Horne, John et Kramer, Alan, German Atrocities, 1914, A history of denial, New Haven et Londres, Yale University Press, 2001.

D’une cote à l’autre : mémoire(s) canadienne(s) de la Grande Guerre vue(s) par un Européen

« Je me souviens… » de Maisonneuve, du général de Gaule, d’une péroraison et d’un « Vive le Québec libre » lancé à la foule en liesse. Voilà, à peu de chose près, ce dont je me souviens à propos du Québec. Mais de quoi se souvient le Québec ? De quoi se souviennent les Québécois ? Retour sur une expérience de courte durée à Montréal…

 

« Je me souviens », devise de la province, place le devoir mémoriel au cœur de la culture et de l’identité québécoises. Quelle importance accordent alors celles-ci au souvenir de la Grande Guerre ? Et dans quelle mesure ce souvenir diffère-t-il de la mémoire canadienne de la guerre ? C’est en partie à cette question que répondirent certaines interventions et discussions du colloque « Des champs de bataille aux salles de musée : la Grande Guerre dans une perspective canado-européenne » organisé le 23 avril 2015 dans le cadre du 6e séminaire franco-allemand du projet sur la cote 108. J’ai tout particulièrement à l’esprit les communications de Michel Mallet, professeur d’allemand à l’université de Moncton et ancien guide à Vimy (« Le pouvoir mythique d’un site commémoratif ou quand les Canadiens combattent à Vimy »), de Céleste Lalime, étudiante à la maîtrise à l’université de Montréal (« Le Canadien-Français dans l’œil des Canadien-Anglais : le rapport à l’Autre dans le corps expéditionnaire canadien ») et celle de Mélanie Morin-Pelletier, conservatrice responsable de la Première Guerre mondiale au Musée canadien d’histoire de la guerre à Ottawa (« Se battre en Flandre. Gaz. Boue. Mémoire »)[1].

 

À l’instar des Berryaçois, c’est sur une côte que repose le souvenir canadien de la participation à la Grande Guerre. La cote 145 est le point culminant d’une crête qui surplombe le petit village de Vimy, dans le département du Pas-de-Calais. Elle fut le théâtre d’une offensive alliée de 1917 où le corps expéditionnaire canadien – et notamment le 22e régiment canadien-français[2] – se signala en reprenant la position aux Allemands. Diversion préparatoire à l’offensive Nivelle dans l’Aisne et à Berry-au-Bac, elle constitua le seul succès de taille des alliés au printemps de cette année 1917 si meurtrière. Malgré les 10 000 pertes canadiennes, dont 3 600 morts, la prise de la crête de Vimy fut en effet un succès stratégique décisif, pas seulement car elle surpassait largement les résultats des offensives britanniques depuis 1914, mais parce qu’elle participa à la fondation d’un mythe, celui de la naissance de la nation canadienne : comme le rappelle le musée canadien de la guerre, pour la première fois, les quatre divisions attaquèrent ensemble, mêlant dans la bataille des hommes de toutes les régions du Canada.

 

            Le mémorial national canadien de la Grande Guerre à Vimy

PPB1 Vimy

Source : Michel Mallet, collection particulière

98 ans plus tard, au sommet de cette crête, se dresse le mémorial national canadien de la Grande Guerre : 6 000 tonnes de pierre calcaire formant un imposant ensemble de deux pylônes dressés vers le ciel, ornés de figures allégoriques et dominant le champ de bataille balafré par les trous d’obus et de mines. L’épitaphe « A la vaillance de ses fils pendant la Grande Guerre, et en mémoire de ses soixante mille morts, le peuple canadien a élevé ce monument » est gravée dans la pierre, ainsi que le nom de 11 285 soldats canadiens portés disparus en France. Inauguré par le roi d’Angleterre Édouard VIII en 1936, il fut construit en onze ans sur un terrain cédé en 1922 par la République française à l’allié canadien. La section consacrée à la Première Guerre mondiale dans l’exposition permanente au Musée canadien de la Guerre à Ottawa fait une place d’honneur à cette bataille avec une salle « Vimy, 1917 ». C’est dire combien le monument, qui se donne à voir sur les billets de vingt dollars canadiens, est incontournable lorsqu’il s’agit d’étudier l’expérience combattante des Canadiens durant la Grande Guerre, au niveau fédéral du moins.

 

            Vimy au musée canadien de la guerre : lieu de mémoire et d’histoire

PPB2 Vimy

                                   Source : collection particulière

 

Entré en guerre comme dominion, membre de l’empire britannique, le Canada signait, en 1919, les accords de paix en tant que nation indépendante et souveraine. La participation à la guerre et le sacrifice de ses soldats avaient permis à ses dirigeants d’accéder au concert des nations. C’est dans la guerre qu’aurait été fondée la « nation » canadienne et Vimy en signerait l’acte de naissance à en croire les déclarations du brigadier-général Ross, en 1936 : « en ces quelques minutes, j’assistais à la naissance d’une nation ». La participation de toutes les provinces canadiennes aux combats forgea l’image d’un peuple uni. Vimy s’en trouva dès lors placé au rang d’enjeu mémoriel de premier ordre en ce qu’il constitue un moment central, d’indépendance vis-à-vis de la couronne britannique ; d’union à l’intérieur du jeune État. Du souvenir de cette bataille meurtrière et victorieuse, naquit la mémoire d’une nation soudée dans le sacrifice du sang.

 

Un mythe était né ?

Est-ce alors à cette mémoire que fait référence la devise « Je me souviens » ? Elle qui s’immisce dans les moindres détails du quotidien, jusqu’à se lire sur les plaques d’immatriculation (arrière) de toutes les voitures québécoises. Symbole de la province canadienne de Québec, elle est également inscrite sur ‘l’emblème’ du 22e régiment « canadien-français », passé à la postérité après avoir mené victorieusement à la prise de la crête de Vimy en 1917. Elle fait bien plutôt référence au particularisme si marqué du Québec, à sa francité face à la domination anglo-américaine. Le souvenir québécois de la Grande Guerre, malgré – ainsi que l’a montré Céleste Lalime dans sa communication –, la propagande du gouvernement canadien visant à faire des « Canadiens-Français » des héros de la victoire de Vimy, reste bien plus solidement attachée à la violente lutte du Québec contre la loi militaire imposant la conscription en 1917 ou aux virulentes campagnes de la presse anglophone contre les Québécois qui refusaient de s’engager sous les drapeaux. L’historiographie dominante a d’ailleurs, à tort, insisté sur les discriminations et les vexations subies par les soldats canadiens-français au front. Cette perspective est remise en cause par des recherches récentes comme celles présentées au colloque du 23 avril 2015. Toutefois, aujourd’hui encore, loin de faire l’unanimité, la mémoire de Vimy, partagée par l’ensemble des Canadiens anglophones, est très largement ignorée au Québec. La preuve en est le faible nombre de jeunes volontaires francophones pour des stages de formation comme guide sur le site du mémorial en France. Ce lieu de mémoire, hissé au rang de mythe fondateur de la nation canadienne par une élite anglophone, reste donc étranger au Québec francophone et révèle les faiblesses originelles d’une identité contre laquelle la province a longtemps regimbé. C’est cette fracture mémorielle que fait rejouer la célébration du centenaire. Le colloque a souligné l’une des caractéristiques constitutives du mythe des origines, à savoir cet écart, au double sens – pour emprunter à la définition de l’idéologie par Canguilhem – de distance et de décalage, distance de la réalité, décalage relativement à l’imaginaire social-historique qu’elle croît combler. Et l’illusion de s’évanouir quand la magie des champs de bataille s’estompe.

 

                                                                      Pedro Pereira Barroso

                                                                      Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

 

[1] Le programme complet est consultable sur le site de l’IHTP qui héberge notre page : http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

[2] Le terme de « canadien-français », par opposition à ceux de « canadien-anglais » ou encore d’ « irlando-canadiens », désigne la minorité ethnique et culturelle de citoyens canadiens d’origine française.

 

Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

Die Erinnerung an den Ersten Weltkrieg außerhalb Europas

 Der Blick auf die außereuropäische Erinnerungskultur des Ersten Weltkrieges verdeutlicht uns als Europäer den globalen Charakter und auch die hier auftretenden Unterschiede in der Betrachtung des Ersten Weltkrieges. In Deutschland wurde dieser Krieg oftmals als Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts interpretiert, der auch mit dem millionenfachen Sterben und den Verwüstungen des Zweiten Weltkrieges in enger Verbindung steht. Im Zuge des Gedenkjahrs 2014 sind hierzulande jedoch einige maßgebliche Gesamtdarstellungen erschienen, die zwar die Konsequenzen des Esten Weltkrieges für die deutsche Geschichte des 20. Jahrhunderts berücksichtigen, ihn jedoch hauptsächlich als eigenständiges historisches Phänomen in globaler Perspektive behandeln. Hierbei wären v. a. Jörn Leonhards und Herfrieds Münklers Werke zu nennen.[1]

Wir hätten denken können, dass die Erinnerungskultur in Kanada im Gegensatz zu Deutschland auch ein stark identitätsstiftendes Moment besitzen würde. Die Erinnerung an die Schlacht von Vimy scheint Ausdruck eines anderen Umgangs mit der Geschichte des Ersten Weltkrieges zu sein. Da die Kampfhandlungen hauptsächlich von kanadischen Truppen ausgeführt wurden, gilt dieses Ereignis in der Retrospektive als eine Gelegenheit bei der nationale Eigenständigkeit bewiesen wurde. Diese Interpretation erinnert auch an die australische Memorialkultur in Bezug auf die Schlacht von Gallipoli 1915, bei der australische Einheiten unter britischer Führung eine vernichtende Niederlage gegen das Osmanische Reich erlitten. Auch hier erinnert man sich in Australien bis heute an einen wichtigen Schritt im Nationsbildungsprozess.

Aber wie Jens Jessen in einem Artikel im Januar 2014 zum Ausdruck brachte, „Als 1990 der Kalte Krieg endete, der die Welt in zwei übersichtliche Blöcke geteilt hatte, trat Europa zum ersten Mal seit fünfzig Jahren aus dem Schatten des Zweiten Weltkriegs heraus – aber nur um sich unversehens im Schatten des Ersten Weltkriegs wiederzufinden « . Was keiner ja vermutet hätte, können wir mit dem Journalisten uns, als Deutsche, fragen. Er setzte die Reflexion folgendermaßen fort :  » Der Zweite Weltkrieg, so schrecklich, so beispiellos mit seinen deutschen Verbrechen er war, ist heute zu Ende – unvergessen, aber politisch überwunden. Der Erste Weltkrieg dagegen lebt – in der Hinterlassenschaft seiner Friedensverträge « .[2]

So führt uns, als Deutsche und als Europäer, die Erinnerung an die Schlacht von Vimy vor Augen, dass der Erste Weltkrieg tatsächlich ein globales Ereignis war und das er unterschiedliche Interpretationen erfährt, da er nicht nur die « »Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts  » (George F. Kennan) war, sondern auch der Moderne. Das Wissen um diese Interpretationen schärft auch unseren Blick auf die eigene Erinnerungskultur.

David Pfeffer

Albert Ludwigs Universität Freiburg i. Br.

[1] Jörn Leonhard: Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkrieges, München, C.H. Beck, 2014; Herfried Münkler: Der Große Krieg : Die Welt 1914 bis 1918, Berlin, rororo, 2013.

[2] Jens Jessen : « Was keiner je vermutet hätte: Die Folgen des Ersten Weltkriegs machen uns länger zu schaffen als die des Zweiten », in Die Zeit, Nº 03/2014, 18.01.2014, http://www.zeit.de/2014/03/erster-weltkrieg-jahrhundertkrieg (am 02.06.2015 besucht).