Archives par étiquette : Rendez-Vous de l’Histoire

Le projet « La cote 108 à Berry-au-Bac » invité aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois (09 – 12 octobre 2014)

Trois questions à trois historiens en devenir ou si Blois leur était conté…

Dans le train qui  ramène à Paris les trois jeunes historiens invités par les Rendez-Vous de l’Histoire à présenter le projet franco-allemand « La cote 108 à Berry-au-Bac » s’engage une discussion sur le bilan à tirer de cette première expérience blésoise. Trouvant l’échange très révélateur de la perception que ces historiens en devenir pouvaient avoir, à travers les RDVH, de la discipline historique et de la corporation historienne, j’ai tenté – avec leur concours – de rassembler leur propos à partir de trois questions ouvertes sur leur expérience des RDVH comme acteurs et auditeurs, sur ce qui les avait surpris, sur l’intérêt pour un étudiant en histoire de venir à Blois.

 

Comment avez-vous vécu ces premiers Rendez-vous de l’Histoire, en tant qu’intervenant, en tant qu’auditeur, en tant que jeune historien ?

Pierre Le Dauphin : Les Rendez-Vous de l’Histoire (RDVH) de Blois 2014 ont été les premiers auxquels j’ai pu assister, mais je savais depuis quelques années que ce serait une étape obligée dans mon cursus historicus. La première fois que j’ai entendu parler des RDVH, je préparais ma licence : je me les représentais comme une sorte de congrès un peu corporatiste, où des universitaires en cercle fermé s’auto-congratulaient quant à leurs savoirs respectifs. Si mes premières intuitions ne se sont pas révélées complètement fausses, je dois avouer que j’étais loin de m’imaginer l’ampleur de l’événement. Les RDVH frappent en effet par leurs dimensions : c’est une ville toute entière qui se transforme en une sorte gigantesque colloque où les quelque 25 000 visiteurs croisent dans les rues ou déjeunent côte-à-côte avec les plus grands historiens vivants ! Indéniablement, les RDVH donnent à voir la place de choix qu’occupe l’histoire dans la société française. Cet événement – si je ne m’abuse – est assez unique en Europe, voire dans le monde, son immense succès (qui finit par excéder un peu les capacités d’accueil) nous renseigne sur cette soif particulièrement forte en France de récits historiques. Par exemple, j’ai été frappé par la diversité des acteurs présents : hommes de radio, de l’édition, universitaires, enseignants du secondaire, hommes politiques, mais aussi passionnés, curieux… Ma vision du milieu historique a profondément changé pendant ces jours passés sur les bords de la Loire : l’histoire n’était plus, comme à la faculté, une discipline scientifique parmi d’autres ; dans la ville d’Augustin Thierry, elle prit comme une dimension supérieure. D’aucuns diront un culte, d’autres un secteur économique dynamique ; j’y ai vu, moi, un monde à part, un champ spécifique dans les sciences humaines et sociales, particulièrement structuré, évoluant de façon plus autonome que les autres. En effet, l’histoire prend une place à part dans les sciences humaines et sociales, elle n’éveille pas seulement la curiosité des chercheurs, mais aussi celle de particuliers descendants de…, des citoyens, enfin de la société toute entière qui, à travers l’histoire, essaye de s’entre-apercevoir.

Amaury Bernard : Moi, ce sont mes « deuxième » RDVH, si je puis dire, j’y étais déjà venu l’année dernière mais uniquement en tant qu’auditeur. Alors oui, passage obligé pour l’historien de renom, rite quasi initiatique pour celui en devenir… Bref, ces deuxième RDVH à Blois ont été pour moi relativement positifs, malgré quelques défauts, mais ils ne m’ont en aucun cas empêché de profiter de cette riche expérience.

En tant qu’intervenant, mon expérience avait mal débuté, en raison de l’absence dans le programme officiel de nos différentes visites guidées. Ce manque de visibilité et de communication, qui a nui au succès de l’exposition présentée à l’Ecole supérieure de la nature et du paysage, a donc entraîné des visites de tout au plus cinq personnes, quand ce n’était pas deux ou trois seulement… On dira que ceux qui sont venus le voulaient vraiment mais tout de même… Une certaine amertume donc de n’avoir pu profiter du vaste public des Rendez-Vous pour faire connaître le projet. Heureusement, Blois avec la cote 108, ce ne furent pas uniquement les visites, mais aussi une table ronde qui a attiré plus de monde.

En tant qu’auditeur, je n’ai pu malheureusement assister à de nombreuses conférences en raison des journées chargées, mais il est vrai que peu de conférences avaient réellement attiré mon attention dans le programme de cette année.

En tant qu’historien – et c’est sans doute là où j’arrêterai de critiquer… –, les RDVH sont véritablement un lieu de rencontres et d’échanges forts, tant pour le projet que pour nos, enfin mon avenir personnel. Pour la cote 108, l’exposition a été présentée pour la première fois à Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, une sorte de test scientifique à passer. La nature de la discussion au cours de la visite guidée a sans doute montré l’intérêt réel qu’ils portaient, tous deux, au projet, nous conférant un statut s’avoisinant finalement plus à celui de jeunes collègues qu’à celui de l’étudiant. Ce fut également l’occasion, comme à Berry-au-Bac, de montrer l’exposition à des archivistes et des spécialistes des archives, ceux qui nous ont accueillis et soutenus.

Camille Laurent : Pour ma part, je dois dire, en tant qu’intervenante, que c’est véritablement grisant d’avoir l’opportunité de faire partie du monde de l’Histoire pendant trois jours, de se sentir au cœur même de tout ce à quoi nous aspirons… C’est une expérience extrêmement enrichissante et formatrice en cela qu’elle nous prépare au métier de l’historien en nous donnant l’occasion de nous positionner déjà, alors même que nous ne sommes qu’étudiants en master ou doctorants, en tant qu’historien (presque) accompli. De nous confronter, je dirais même de nous éprouver, lors des visites guidées, que ce soit avec le grand public ou des spécialistes mondiaux de la Grande Guerre.

En tant qu’auditrice, un vrai bonheur ! J’ai pu rencontrer Marcus Rediker dont je suis avec intérêt les travaux sur la piraterie et l’histoire maritime depuis plusieurs années. Et Daniel Cordier ! Un homme passionnant, drôle et généreux avec lequel j’ai pu m’entretenir un instant, notamment au sujet de mes propres travaux de recherche qui portent sur un réseau de résistance. J’ai pu écouter Antoine Prost et Thomas Fontaine sur les représailles allemandes en France sous l’Occupation et rencontrer Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau autour d’un café… Les RDV avec l’histoire passent d’abord par des rendez-vous avec ceux qui l’écrivent !

Maintenant, en tant que jeune historienne ? Laissez-moi réfléchir. En fait, je suis loin de me positionner comme telle, tant j’ai le sentiment d’avoir encore beaucoup à accomplir… Pourtant, sur cette route, ces RDVH ont été l’occasion d’une vraie prise de conscience : la présentation de notre travail auprès des spécialistes et des professionnels de l’histoire, même si nous n’avons pas eu beaucoup de visiteurs, m’a fait « grandir ». Bref, ces premiers RDVH à Blois ont été une étape incroyable dans mon parcours d’étudiante.

 

Blois, 450 panels, 1000 intervenants. Et pourtant ?

Amaury Bernard : Et pourtant, une impression de déjà-vu… Blois ne semble pas être, ou plutôt ne m’a pas semblé être, cette année, le temple de l’innovation. Les têtes sont connues, célèbres, acclamées, voire réclamées, et les conférences cherchent plutôt à se raccrocher d’une manière ou d’une autre au thème – ironie de l’histoire, les « rebelles » cette année – plus que l’étudier vraiment. Par ailleurs, les salles, trop petites, ne peuvent contenir le public – quand celui-ci est prévenu – qui se déplace en masse et qui bien souvent doit se rabattre sur une autre communication par défaut. Les exemples ne manquent pas, comme la polémique conférence inaugurale de Marcel de Gauchet – au final bien tranquille – ou les longues files d’attente d’une heure pour Daniel Cordier au Château.

Pierre Le Dauphin : Je rebondirai sur ce que vient de dire Amaury. S’il est indéniable que les RDVH de Blois jouent sans doute un rôle majeur dans la structuration et la promotion du champ historique au sein du paysage intellectuel français, cette manifestation n’est pas exempte de disfonctionnements tant sur la forme prise par cette manifestation que sur le fond des interventions proposées. Sur la forme, la composition de panels qui existent à Blois ne permet pas aux visiteurs de tout voir, les « grands noms », mis en avant dans le programme, drainent une très grande part des visiteurs, tandis que des interventions moins cotées s’adressent à un public plus restreint, alors même qu’elles sont beaucoup plus en rapport avec le thème proposé. De ces problèmes de forme découle un problème de fond, me semble-t-il : à force de se penser comme une vitrine de l’histoire en France, les RDVH privilégient la renommée des intervenants plutôt que le respect du thème annuel qu’ils proposent. À regarder les intervenants qui reviennent d’année en année, on pourrait en conclure que certains historiens français ont réellement la science infuse…

Camille Laurent : J’acquiesce en partie à cette perception. Blois, quand on ne connaît pas, c’est foisonnant : beaucoup, trop peut-être, d’intervenants et de manifestations en trois jours. J’ai eu le sentiment d’une véritable course contre la montre ou d’un super-marathon : les visiteurs vont et viennent, se gorgent de tout ce qu’ils peuvent. Mais prennent-ils véritablement le temps d’assimiler ce qu’ils ont vu et entendu ? J’ai vu à plusieurs occasions des personnes qui quittaient une salle en pleine présentation et sans discrétion, sûrement pour assister à une autre conférence…. Je me demande, outre l’effet désagréable pour les intervenants, si, victimes de leur succès, les RDVH n’atteignent pas là l’une de leurs limites : la gestion de la foule passionnée d’histoire certes, mais compacte, bruyante et infidèle. Mais, ne boudons pas notre plaisir : Les RDVH constituent une occasion incroyable pour les vrais passionnés d’approcher les historiens de renom ou ceux dont les ouvrages ont accompagné mes recherches et de pouvoir les écouter. Un tel choix d’interventions permet à chacun de trouver son bonheur… et offre une opportunité de rencontres assez inédite.

 

Vous commencez la recherche ou êtes considérés comme des jeunes chercheurs. Selon vous, pourquoi un étudiant en histoire (L et M) devrait-il venir sur les bords de Loire ?

Pierre Le Dauphin : Malgré les quelques critiques que je viens de formuler, je pense néanmoins qu’un jeune historien, aspirant chercheur, ne peut faire l’économie de se rendre aux RDVH de Blois. Premièrement, il est important pour un jeune historien d’avoir un panorama du paysage intellectuel dans lequel il s’apprête à prendre place et à évoluer. Deuxièmement, il est – et je rejoins sur ce point Camille – assez grisant pour un chercheur en devenir de rencontrer une foule de personnes partageant son intérêt pour l’histoire, et les rendez-vous de l’histoire deviennent les rendez-vous avec les historiens, l’occasion d’échanger sur les questions qui décident un jeune étudiant à se lancer dans la recherche. Enfin, j’encouragerais un apprenti chercheur à faire le voyage à Blois précisément pour percevoir les silences de la recherche en France et avoir ainsi une meilleure idée de la pierre qu’il pourrait apporter à l’édifice de la recherche en sciences humaines et sociales.

Amaury Bernard : Les RDVH à Blois permettent, pour tout jeune apprenti en histoire, de se familiariser avec le monde de la recherche, avec cette part de sociabilité, parfois de mondanité, qui fait peut-être le sel de la profession, assurément celui des réseaux. Vitrine de la recherche historique française, quelle que soit la période étudiée, Blois permet alors aux étudiants de rencontrer des professionnels de l’histoire, tant historien qu’archivistes. Entre ateliers méthodologiques et conférences, Licence et Master peuvent trouver ce qu’ils cherchent, sans compter sur la proximité possible avec les différents intervenants. Lieu de la vulgarisation, les différentes communications restent relativement simple d’accès et permettent ainsi à tous de pouvoir profiter des différents discours présentés. Pour avoir fréquenté les RDV comme auditeurs et intervenants, je conseillerai aux étudiants de préparer leur venue. Les journées passent vite. Il vaut mieux avoir concocté son propre programme à l’avance.