Archives par étiquette : Ziemann

Compte rendu : B. Ziemann, « Gewalt im Ersten Weltkrieg » par Stefan Schubert

Compte rendu de Benjamin Ziemann, Gewalt im Ersten Weltkrieg. Töten – Überleben – Verweigern, Essen (Klartext) 2013, 276 S., ISBN 978-3-8375-0887-1, EUR 22,95.

 par Stefan Schubert, Fribourg-en-Brisgau

Pour des raisons bien connues – le centenaire du début de la Première Guerre mondiale en étant l’une des principales –, un grand nombre d’ouvrages a été publié ces dernières années, dans lesquels l’»Urkatastrophe« du XXe siècle a été examinée dans de multiples perspectives. Pendant longtemps, la violence, cependant, n’a pas compté parmi les thèmes qui auraient bénéficié d’une large réception. Or, depuis les années 2000, bon nombre de travaux abordent cette thématique1. Benjamin Ziemann a ainsi investi ce champ de recherche et présente le résultat de ses recherches sous une forme ramassée de 220 pages. Il reconnaît lui-même le caractère panoramique de l’ouvrage qui ne défend aucune thèse centrale précise.

En introduction (p. 2–27), Ziemann commence par un tour d’horizon théorique et historiographique du »laboratoire de la violence« (p. 15), comme il le désigne. Ce faisant, il considère le potentiel d’analyse des différentes approches d’une »histoire de la violence« et en profite pour relever également les insuffisances de certaines des thèses alléchantes défendues avant tout par ses collègues britanniques2. Pour définir le concept de violence, Ziemann se borne à une référence au sociologue Heinrich Popitz, selon lequel la violence serait une »action de pouvoir« qui conduit à une agression intentionnelle sur la personne d’autrui. La compréhension extensive du thème de cette monographie aurait certainement gagné à un aperçu un peu plus détaillé ainsi qu’à une prise en compte des nouveaux discours sur la violence. D’autant que le but revendiqué de l’ouvrage est d’à apporter une contribution à l’analyse systématique de la violence.

Ziemann a opté pour une structure thématique en trois parties. La première – soit les chapitres I à IV, p. 23–90, – est consacrée aux »pratiques de la violence«, c’est-à-dire aux contextes de la violence, de la mort et de la survie en guerre. À cette fin, sont abordés, après une vue d’ensemble quantitative sur les tués, les blessés et les malades, les discours de la violence ainsi que les possibilités et les limites du langage. L’auteur envisage en effet trois différents langages par lesquels les soldats auraient donné un sens à la Grande Guerre mondiale: le religieux, le national et le socialiste. Ce dernier aurait gagné en force de conviction; le national, en revanche, aurait perdu au cours de la guerre en signification (chapitres I et II). Le troisième chapitre traite ensuite de la disposition à la guerre des soldats allemands, disposition que Ziemann attribue, en s’appuyant, pour le front occidental, sur des extraits à valeur d’exemple de trois journaux personnels de simples soldats, à trois motifs fondamentaux: la conviction religieuse chrétienne, la foi en la nation et les représentations socialistes de la communauté. Avec la poursuite de la guerre, une contradiction croissante se manifeste entre les attentes d’avant-guerre et les expériences réelles du front. En lien avec cette question sont alors abordées, sous une forme plus courte, les motivations différentes des soldats allemands sur le front oriental. La propension à la violence – élevée sur ce front – serait fondée sur les images bien ancrées de l’ennemi ainsi que sur les stéréotypes concernant une culture russe archaïque et considérée comme barbare.

Au chapitre IV, Ziemann entreprend une interprétation et contextualisation historiques du journal de guerre d’Ernst Jünger sous l’angle des pratiques de la violence. Ces dernières, sur le champ de bataille, sont ainsi davantage présentées comme liées à une situation et à des émotions, ce qu’illustre la question de la capture de l’adversaire qui n’est pas exécuté de façon purement aléatoire. Par cette présentation, l’historien allemand prend clairement position contre les recherches britanniques déjà évoquées qui expliquaient en partie la mort des prisonniers en référence aux normes ayant cours dans l’armée allemande.

Dans la seconde partie de l’ouvrage – soit les chapitres V à VII, p. 92–153 –, Ziemann analyse le »refus de la violence«. Ainsi, le cas de la désertion est d’abord examiné en détail, tandis qu’outre les différentes possibilités, conditions et motivations des déserteurs, sont également traitées les réactions du commandement militaire. Ziemann estime à environ 100 000 le nombre de déserteurs allemands pour toute la guerre, chiffre à prendre comme un témoignage à valeur générale sur les motifs individuels, notamment parmi les minorités polonaises et alsaciennes-lorraines, en lien à leur discrimination. Les mobiles collectifs ne sont donnés que dans le chapitre suivant, qui analyse la grève militaire allemande larvée lancée suite à l’échec de l’offensive de 1918. Les extraits de sources évocatrices permettent de suivre clairement la »labilité des sauts d’humeur« (p. 129) dans l’armée allemande. Ziemann arrive à la conclusion selon laquelle c’est moins une politisation révolutionnaire des soldats qui a conduit au refus que des attentes déçues et un épuisement collectif après quatre ans de conflit. Au chapitre VII, il revient sur le débat historiographique concernant la »guerre militaire larvée«, introduite comme concept heuristique pour la première fois, en 1986, par Wilhelm Deist3. L’étendue du phénomène des »planqués«, comme les nommèrent les autorités militaires, est estimée dans sa »fourchette inférieure absolue« (p. 148) à 185 000 hommes.

La dernière partie du livre – soit les chapitres VIII à X, p. 155–219 – est consacrée à l’»assimilation de la violence« (»Gewaltverarbeitung«) dans la république de Weimar. En la matière, Ziemann réfute la thèse d’une brutalisation de la société allemande par les soldats qui rentrent du front. Il situe bien davantage les tendances de radicalisation de la république de Weimar dans la polarisation du champ politique, dans les modèles rhétoriques des droites nationalistes et dans la victime héroïque élevée au rang de modèle. Il souligne le fait qu’il y eut également des anciens combattants pacifiques. Et d’expliciter cet aspect avec l’exemple de Hermann Schützinger, dont l’évolution, par sa sortie de la violence de guerre, a sans doute dû être celle de »beaucoup d’autres anciens combattants« (p. 173). Dans le dernier chapitre, Ziemann analyse deux ouvrages militaires qui furent des best-sellers sous la république de Weimar et s’intéresse à une partie du discours de guerre de Weimar qui a suscité peu d’attention, tout en admettant lui-même, qu’en termes d’exemplaires vendus, la littérature de guerre nationaliste et pro-violence domine.

Le livre, par sa structure, donne l’impression d’une série d’essais. Considérés isolément, ils fournissent d’intéressants articles spécialisés, sans autant suivre une thèse cohérente. Cette cohésion lacunaire se reflète également dans le choix des sources. Ainsi l’auteur se sert-il, pour analyser la »guerre militaire larvée« dans le deuxième chapitre, d’un large choix d’archives. Cependant, notamment pour le dernier champ de recherche abordé dans l’ouvrage, celui de l’»assimilation de la violence«, les matériaux convoqués peuvent convenir à des études de cas intéressantes, cela notamment grâce au style agréable de Ziemann.

Avec cette monographie, Bernd Ziemann propose au final une analyse variée de différents aspects de la violence dans et après la Première Guerre mondiale. Il présente de nombreuses idées stimulantes, mais qui, outre le fait qu’elles ont été déjà précédemment publiées, peinent à ouvrir de nouvelles voies sur le thème. L’étude de catégories jusqu’alors moins étudiées – comme le refus de la violence – invite néanmoins à une discussion plus large. Cela vaut avant tout pour l’examen critique de la validité de quelques-unes des thèses avancées qui reposent, pour partie, sur des corpus archivistiques souvent minces. L’ouvrage est donc davantage destiné à un large public qui souhaiterait obtenir un aperçu sur les controverses actuelles dans ce champ de recherche.

Compte rendu initialement publié in: Francia-Recensio 2015/3 | 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine le 11 septembre 2015.

URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2015-3/zg/ziemann_schubert

1 Voir les travaux pionniers d’Annette Becker et de Stéphane Audoin-Rouzeau, 14–18. Retrouver la guerre, Paris 2000; John Horne, Alan Kramer, German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven 2001.

2 En ce qui concerne la propension à la violence et à l’acte de tuer, voir par exemple les ouvrages de Niall Ferguson, The Pity of War, Londres 1998; ou de Joanna Bourke, An Intimate History of Killing. Face-to-face Killing in Twentieth-Century Warfare, Londres 1999.

3 Wilhelm Deist (1931–2003) fut l’historien phare du Militärgeschichtliches Forschungsamt ainsi qu’un membre fondateur du Arbeitskreis Militärgeschichte.