L’art pour l’art : entre souci de l’esthétisme et manque de contextualisation

L’exposition au Louvre Lens Les désastres de la guerre présente une très riche collection d’œuvres d’une grande diversité – comme ces photographies prises pendant la Guerre de Crimée (1853-1856) ou celles d’enfants français jouant aux soldats pendant la Première Guerre mondiale – et se révèle d’un intérêt indiscutable quant au jeu fait d’échos et d’innovation que les artistes proposent dans leurs œuvres pour représenter les désastres de la guerre. L’intérêt historique de ces œuvres est néanmoins à nuancer du fait d’une contextualisation parfois approximative, ce qui nuit à la compréhension du véritable enjeu de leur présence – dans le temps et l’espace – au sein de l’exposition.

L’un des exemples que je retiendrai est la présence, dans la salle sur la Première Guerre mondiale, de deux photographies de victimes du génocide arménien, prises, en 1915, par Armin T Wegner. Ces deux images sont posées, dans une même vitrine, à la suite de deux autres clichés, le premier représentant un soldat blessé amputé de la jambe droite (1914-1918), le second montrant une « main déchirée par un obus et restée » sur le champ de bataille (28 octobre 1917). Elles sont encadrées de l’autre côté par une série de documents évoquant les mutilés de guerre, les reconstructions faciales et les prothèses. Pourquoi ce choix de la part des commissaires et pourquoi à cette place précisément ? Que doit comprendre le visiteur ? La photographie, même comme archive, parle-t-elle en elle-même ? Les questions autour du choix de la représentation du génocide arménien, de la volonté de montrer ces images sans les expliquer ne trouvent pas réponse dans les commentaires introductifs de la salle ni dans les documents, qui ne sont pas commentés. Cette mise sur le même plan de toutes les victimes – civiles et militaires, désarmées et combattantes, du génocide ou de la guerre – semble alors davantage relever de l’accumulation documentaire qu’elle n’éclaire les pièces exposées et le choix de ces dernières. Au final, la thèse de l’exposition pâtit de ces principes d’exposition quelque peu à rebours du discours général porté sur les œuvres et leur fonction de dénonciation de la guerre.

Sans doute les autres exemples non commentés, relevés au cours de la visite, ne sont-ils pas aussi frappants, mais ils gênent également la lecture des pièces choisies, ce qui rejaillit sur l’impression d’ensemble de l’exposition. Sans commentaire pour justifier le choix de l’œuvre ni pour préciser qui est l’artiste, on trouve ainsi une production d’un Américain pour illustrer les premières années de la Seconde Guerre mondiale, avant l’entrée en guerre des Etats-Unis. Le choix étrange d’un artiste que l’on suppose éloigné du conflit aurait gagné à être davantage expliqué, voire justifié, conférant dès lors au tableau non seulement une valeur artistique, mais un intérêt historique.

L’exposition laisse alors le visiteur historien à la fois surpris et frustré : surpris par des œuvres remarquables en raison de leur richesse esthétique, mais frustré par une lecture qui bute sur des attentes non comblées, à commencer peut-être par le discours relevant de l’histoire de l’art qu’on aurait souhaité voir apparaître davantage à travers le commentaire des œuvres.

                                               Amaury Bernard

Impressions de visite, “Les désastres de la guerre (1800-2014)”, Louvre-Lens, 17 août 2014

 Le 17 août 2014, l’appel de la Grande Guerre – et du Grand Nord – nous a conduit à organiser une petite excursion à quelques 160 kilomètres au nord-ouest de Berry-au-Bac pour visiter l’exposition temporaire Les désastres de la guerre, 1800-2014[1]. Occasion de clore de façon culturelle et récréative la première année de travail du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac, 1914-1918 » avant la pause estivale. Mi-août, la mobilisation ne pouvait être générale : Amaury Bernard, Pedro Pereira Barroso et Pierre Le Dauphin ont ainsi répondu à l’appel que j’avais lancé.


 

  Inauguré en 2012 sur une ancienne fosse des mines, le musée Louvre-Lens (Pas-de-Calais) propose en effet, du 28 mai au 6 octobre 2014, une exposition, sous le commissariat de Laurence Bertrand Dorléac, historienne de l’art et professeure à Sciences-Po Paris[2], qui, tout au long des onze salles chronologiquement disposées, couvre les grands conflits présentés comme autant de prises de conscience politique et de variations dans les techniques ou les représentations artistiques : guerres napoléoniennes, guerre de Crimée, guerre de Sécession et guerre franco-prussienne au XIXe siècle ; Grand Guerre, guerre d’Espagne, Seconde Guerre mondiale pour le premier XXe siècle ; guerres d’indépendance en Indochine, en Algérie et au Vietnam ainsi que les « guerres de notre temps (1967-2014) » pour la séquence qui mène jusqu’à notre contemporain de la guerre. Une dernière salle – « Hors-champ » –, qui donne à voir le « dépassement de l’histoire » engendré par la violence de la guerre, clôt l’exposition avec des œuvres allégoriques et des artefacts réalisés par les combattants eux-mêmes. Elles explorent l’hybris quasi intemporel de la guerre.

 

  L’exposition offre un impressionnant corpus composé par plus de 500 œuvres[3]. Le visiteur a donc le loisir de (re)découvrir des chefs-d’œuvre dans un autre contexte d’exposition – que ce soit Le Premier consul franchissant le Grand-Bernard (1802) de David ou la série de lithographies d’Otto Dix sur la Grande Guerre, le Totes Meer (1940-1941) Paul Nash ou les toiles de Félix Nussbaum –, mais aussi des créations moins connues que le rapprochement thématique fait favorablement apparaître au grand jour – par exemple, l’Episode de la retraite de Moscou de Joseph-Ferdinand Boissard de Boisdenier (1835), ce Une rue à Paris en mai 1871 ou la Commune (1903-1905) de Maximilien Luce ou le tableau-manifeste collectif Le Grand Tableau antifasciste collectif (1961). Le choix d’exposition juxtapose, dès les premières salles, des œuvres contemporaines du conflit étudié et des variations plus récentes, comme de longs échos qui de loin se répondent. Telles les variations du Tres de Mayo (1814) de Goya qu’offrent Hans Hartung (1922), Yan Pei-Ming (2008) ou bien Markus Lüpertz (1992). Si la peinture – militaire puis de contestation – fournit la majeure partie des œuvres exposées, la photographie à partir du deuxième tiers du XIXe siècle, comme l’illustre la série de Jean-Charles Langlois et de Léon-Eugène Méhédin sur l’après bataille de Sébastopol en 1855, le croquis avec notamment l’étonnante série de Fernand Léger, Dessins de guerre, 1916, la caricature, la sculpture et d’autres formes d’expression ne sont pas pour autant négligées. Cette diversité de supports et de formes constitue en elle-même un reflet non seulement de la permanence des désastres de la guerre comme motif récurrent dans l’art, mais également de l’évolution – parallèle ? –  entre la diversification des façons de faire la guerre et de la représenter. La scène de la guerre ne favoriserait-elle pas la mise en scène de l’artiste salutaire dans la cité ?

 

  S’ouvrant sur la question liminaire « Pourquoi nous n’aimons plus la guerre ? », l’exposition défend en effet l’interprétation qu’entre les guerres napoléoniennes et les guerres nouvelles du XXIe siècle, de la bataille d’Ulm aux conséquences du 11 septembre 2001, les artistes auraient « contribué au désenchantement face à la guerre » que connaissent nos sociétés, faisant perdre au phénomène guerre en tant que fait culturel structurant sa légitimité de moins en moins consensuelle à mesure que croissent les effets négatifs des conflits sur les hommes et leur environnement.

 

   J’ai donc demandé aux trois participants du projet de jouer, le temps d’une visite, les critiques d’exposition, et ce dans la perspective du projet, à savoir une lecture historienne de cet événement lensois.

 

 

 

                                               Fabien Théofilakis

 

 

 


[1] L’exposition a reçu, comme notre projet, le label « Centenaire 1914-1918 » et a été conçue en partenariat avec l’Historial de Péronne que nous avions visité en février 2014.

[2] Laurence Bertrand Dorléac avait déjà été la commissaire de l’exposition L’art en guerre, France 1938-1947 au musée d’art moderne de la ville de Paris (octobre 2012 – février 2013).

[3] Cf. le catalogue éponyme, Somogy Editions d’art / Louvre Lens, 400 p., 39€.

La cote 108 au Service historique de la Défense (château de Vincennes) : La Grande Guerre au relief des archives

Pour tout historien qui souhaite travailler sur des combats qui se sont déroulés pendant la Première Guerre mondiale, il est un passage obligé : les appartements du Roi, au château de Vincennes qui abritent aujourd’hui le Service Historique de la Défense (SHD)[1]. Ce dernier conserve en effet le dépôt d’archives produites par l’armée française et ses soldats pendant la Grande Guerre.

 

Le thème de recherche du projet franco-allemand « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne » se devait donc de franchir les douves du château. D’autant que le premier des cinq thèmes annuels porte, en 2014, sur l’expérience combattante des soldats français et allemands en lien avec les fronts domestiques. C’est donc à la fois pour percevoir l’importance de ces vécus de guerre chez les combattants et observer comment l’état-major français les comprend, les organise, voire les contrôle, dans cette extrémité orientale du chemin des Dames qu’est la cote 108, que je me suis rendu à partir d’octobre 2013 dans les archives du SHD.

 

Il est possible de diviser les différentes archives que j’ai consultées au Service Historique de la Défense en trois grands ensembles, qui correspondent aux attributions des différents services du SHD : tout d’abord, les cartons consultés dans la série N du département « Terre » (Service de l’armée de terre ou SHAT). Ils présentent un intérêt notable pour la cote 108, car ils offrent une première approche du secteur, notamment à travers les nombreux rapports officiels établis tous les cinq jours ou toutes les quinzaines, suivant les unités engagées. Ces documents, rédigés par les officiers en charge de l’unité, nous renseignent alors souvent sur les travaux de fortifications, les actions et coups de mains lancés des deux côtés du front, et bien entendu sur les grandes offensives. Accompagnés de cartes, ces rapports deviennent alors d’importantes pièces pour comprendre le fonctionnement des opérations militaires qui se sont déroulées autour de la cote 108 : c’est par cette source que de nombreuses informations sur la guerre de mines nous ainsi sont parvenues. Nous pouvons suivre, pour ne prendre qu’un exemple, le minutieux travail de sape de la 4ème compagnie du 3ème bataillon du 3ème régiment du Génie tout au long de 1915, jusqu’à l’explosion d’une mine le 15 mars de la même année.

Ces archives gagnent à être complétées par la consultation des journaux de marches et d’opérations, les JMO – désormais en ligne[2]. Ces documents suivent chaque unité au jour le jour dans la Grande Guerre. En couplant ainsi JMO et archives sur la cote 108, nous pouvons avoir une vision d’ensemble du déroulé des opérations militaires de 1914 à 1918.

 

Mais ce ne sont pas les seules archives qu’il est possible d’exploiter au SHD pour retracer l’histoire de la Grande Guerre de cette terre entre Aisne et Marne : afin de situer la cote 108 et Berry-au-Bac, j’ai eu accès, par le biais du Service des cartes et plans, à de nombreuses cartes, à commencer par des canevas de tirs, utilisés par l’artillerie française pour localiser les positions ennemies et régler au mieux ses tirs. La consultation de ces cartes m’a ainsi permis de localiser au mieux les lignes de front et les évolutions du front tout au long de la guerre.

 

Le thème de notre première année étant l’expérience combattante, la consultation de fonds plus spécifiques a été également primordiale dans ma recherche : les fonds des entrées extraordinaires tout d’abord, qui comprennent les dons privés, apportent des informations qui souvent se trouvent au plus près du combattant (fonds 1K notamment). Les archives iconographiques, qui ont mis à notre disposition principalement deux fonds, l’un de cartes postales sur lesquelles sont représentées Berry-au-Bac (2K148) et la cote 108 ; l’autre de photographies prises par un officier français à Sapigneul, village détruit sur le flanc sud de la cote 108 (2K60). Enfin, toujours dans cette optique de s’intéresser avant tout au combattant et aux relations qui le relient au front domestique, j’ai consulté les rapports des commissions de contrôle postal, moyen détourné sans doute d’avoir accès à des lettres de soldats.

 

Les archives conservées au Service Historique de la Défense permettent donc avant tout de replacer la cote 108 dans une stratégie locale, régionale et nationale, du côté français uniquement, même si le SHD possède quelques documents issus de l’ennemi – ou l’évoquant –, récupérés notamment lors de la capture de prisonniers[3]. Perdant sans doute de leur intérêt si elles sont étudiées seules, elles présentent cependant un apport important et essentiel pour l’étude des combats et la compréhension de l’économie du front entre 1914 et 1918 sur la cote 108 et à Berry-au-Bac, dès lors qu’elles sont croisées avec des sources issues d’autres centre d’archives, allemand ou français, ce que prévoit la dimension binationale du projet cote 108.

 

Face aux difficultés que représente la recherche en archives, comme les délais ou le lent repérage dans les différents fonds, il me tient à cœur de remercier l’ensemble des conservateurs du SHD, à commencer par la conservateur en chef et responsable du département des archives définitives du Centre historique des archives du SHD, Agnès Chablat-Beylot ; la chef du département des entrées par voie extraordinaire, Odile Jurbert ; la chef de la division des archives cartographiques, Claude Ponnou ; l’adjoint au chef de la division des archives iconographiques, Benjamin Doizelet ; le chef de la division des archives de la Guerre et de l’armée de terre, Bertrand Fonck et la responsable des fonds contemporains de l’armée de Terre, Hélène Guillot, pour l’aide qu’ils ont apportée au projet et leurs conseils avisés lors de mes visites. Cette aide aux chercheurs se concrétise par ailleurs aujourd’hui avec la publication d’un guide des sources de la Première Guerre mondiale au SHD[4].

 

Amaury Bernard, université de Paris Ouest Nanterre – La Défense[5]

Nanterre, le 26 mai 2014

 

 

Von der anderen Seite gesehen / Vu de l’autre côté…

Das Bundesarchiv – Militärabteilung Freiburg i. Br.[6] ist zusammen mit dem deutschen Tagebucharchiv in Emmendingen[7] der Hauptort der deutschen Recherchen für das erste Projektjahr. Die Abteilung Militärarchiv wurde 1955 ursprünglich in Koblenz eingerichtet und im Jahr 1968 nach Freiburg verlegt.

Die Bestände des Archivs umfassen die Überlieferung der staatlichen militärischen Stellen seit dem Jahre 1867 und werden bis in die Gegenwart weitergeführt. Dabei stammen mittlerweile die meisten Unterlagen aus dem Bundesministerium der Verteidigung und diesem untergeordneten Stellen. Die erhalten Quellen aus der Zeit vor der Gründung der Bundesrepublik umfassen Materialien zur preußisch-deutschen Armee, zur Kaiserlichen Marine, zu den Schutztruppen und den Freikorps, zur Reichswehr sowie zu der Wehrmacht. Zudem bewahrt das Archiv einen Teil der Unterlagen der Nationalen Volksarmee und der Grenztruppen der Deutschen Demokratischen Republik auf, wobei es sich die Kompetenzen mit dem Militärarchiv in Potsdam teilt.

Für die Projektarbeit sind vor allem die PH-Bestände relevant, welche die Unterlagen zur Preußischen Armee für den Zeitraum zwischen 1867 und 1918 umfassen. Während der Nachforschungen konnten wir auf verschiedene Arten von Unterlagen zurückgreifen: Militärische Karten (Bestand PH 3-KART) und Photographien (Bestand PH 18/19) wurden ebenso gesichtet, wie die überlieferten Akten der verschiedenen Infanterie-Regimenter (Bestand PH 8) und private Aufzeichnungen (Bestand N). Dabei ist die Aktenlage für diese Zeit stark eingeschränkt. Das „Urproblem der gesamten deutschen Militärgeschichtsschreibung schlechthin“[8] beruht auf der kriegsbedingten Zerstörung des größten Teils der deutschen Militäraktenbestände im Frühjahr 1945 und der daran anschließenden Verteilung der restlichen Archivbestände auf die Siegermächte und die beiden deutschen Staaten. Die so entstanden Lücken in der Überlieferung können durch die deutschen Hauptstaatsarchive der verschiedenen Länder (z.B. in München, Stuttgart und Dresden) teilweise geschlossen werden. Die Erschließung der Archivbestände der jeweiligen Landesarchive ist für die nächsten Projektphasen geplant.

 

Version française :

Côté allemand, le principal lieu de recherche a été les archives fédérales, département des archives militaires à Fribourg-en-Bresgau[9], créées en 1955 à Coblence et depuis 1968 transférées à Fribourg. Les archives allemandes des journaux intimes à Emmendingen ont également été consultées[10].

Les fonds des archives militaires comprennent les archives des autorités militaires publiques depuis 1867, complétées jusqu’à aujourd’hui. En fait, la plupart des dossiers proviennent actuellement du ministère fédéral de la Défense et des services qui lui sont rattachés. Les sources conservées qui datent d’avant la fondation de la République fédérale comprennent des documents sur l’armée germano-prussienne, la marine impériale, les Schutztruppen (troupes de choc) et les corps francs, la Reichswehr [armée de la République de Weimar] comme la Wehrmacht. En outre, les archives conservent une partie des documents de l’Armée nationale populaire [Nationale Volksarmee] et des troupes frontalières de la République Démocratique Allemande, partageant ainsi les compétences avec les archives militaires à Potsdam.

Pour le projet de recherche, les fonds PH [pour preussisches Heer] sont les plus intéressants ; ils englobent les dossiers concernant l’armée prussienne pour la période entre 1867 et 1918. Pendant nos recherches, nous avons pu consulter différents types de documents : des cartes militaires (fonds PH 3 KART) et des photographies (fonds PH 18/19) comme des documents conservés des différents régiments d’infanterie (fonds PH 8) et des notes privées (fonds N). Cependant, l’état des fonds pour cette période est particulièrement restreint .Le « problème originel par excellence de toute écriture de l’histoire militaire allemande »[11] réside dans les destructions liées à la guerre de la plus grande partie des fonds des documents militaires allemands début 1945 et de la répartition consécutive des fonds restants entre les puissances victorieuses et les deux Etats allemands. Les lacunes qui en ont résulté dans les fonds transmis peuvent en partie être comblées par les archives centrales d’Etat des différents Länder (par exemple à Munich, Stuttgart et Dresde). La consultation des fonds d’archives des différents centres régionaux est prévue dans les prochaines phases de notre projet.

 

Stefan Schubert, Albert-Ludwigs Universität Freiburg,

Freiburg, den 02.07.2014


[3] En revanche, lors de notre recherche dans les archives allemandes, nous n’avons pas rencontré de sources en langue française. Le contrepoint ne peut donc être considéré que de la perspective allemande.

[4] Chablat-Beylot Agnès, Sablon de Corail Amable, Archives de la Grande Guerre. Guide des sources conservées par le Service Historique de la Défense relatives à la Première Guerre mondiale, Vincennes, Service Historique de la Défense, 2014, 656 p.

[5] Relecture collective par l’ensemble des participants franco-allemands du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac ».

[7] http://www.tagebucharchiv.de/ (am 02.12.2013 besucht). Es gibt eine Homepage auf Französisch.

[8] Pöhlmann, Markus: Kriegsgeschichte und Geschichtspolitik: Der Erste Weltkrieg. Die amtliche deutsche Militärgeschichtsschreibung 1914-1956, Paderborn 2002, S. 29.

[10] http://www.tagebucharchiv.de/ (letzter Besuch: 02.12.2013). Es gibt eine Homepage auf Französisch.

[11] Pöhlmann, Markus: Kriegsgeschichte und Geschichtspolitik: Der Erste Weltkrieg. Die amtliche deutsche Militärgeschichtsschreibung 1914-1956, Paderborn 2002, S. 29.

Quand des étudiants s’emparent de la cote 108 : La Grande Guerre vue par de jeunes historiens français et allemands

L’association « Correspondance.Côte 108 » s’est formée en 2013 à l’initiative de Caroline Guerner et Jean-Marie Dogué dans le but de revaloriser le site de la cote 108, sur la commune de Berry-au-Bac. Contacté par cette association en août dernier, Fabien Théofilakis, historien, nous a associés à lui en tant que jeunes chercheurs français et allemands dans un projet novateur qui a débuté en fin 2013. Ce projet de recherche, intitulé « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne », est réalisé ainsi en partenariat avec l’association locale. Le projet scientifique qui court sur cinq ans aborde une thématique différente chaque année. Pour cette première année 2014, nos recherches concernent l’expérience combattante des soldats, tant français qu’allemands, et les relations qu’ils entretinrent depuis le front avec leurs proches.

Notre équipe, réunie autour du coordinateur et responsable scientifique, Fabien Théofilakis, se compose de quatre étudiants français et de trois étudiants allemands. Amaury Bernard, Pierre Le Dauphin, Pedro Pereira Barroso et moi-même, Camille Laurent, des universités de Paris X Nanterre et Paris 1 Panthéon-La Sorbonne, formons la partie française ; Julia Knechtle, David Pfeffer et Stephan Schubert, de l’Albert-Ludwigs Universität de Fribourg, la partie allemande. Nous travaillerons ensemble pendant les deux premières années du projet, après lesquelles d’autres étudiants nous relaieront, mais nous conserverons un regard attentif sur la poursuite des recherches.

I. Pourquoi Berry-au-Bac ?

Le projet de l’association « Correspondance.Côte 108 » vise à revaloriser le site, en rendant accessible l’un de ses principaux cratères ou entonnoirs, large de 100 m et profond de 32 m et en sensibilisant la population locale comme la jeunesse à l’héritage du passé. La formation de ces entonnoirs est en effet la conséquence de la guerre des mines qui fait rage, à partir de 1915, dans des galeries souterraines, creusées sous la colline.

Photo 1Collection privée

photo 2L’entonnoir principal, près de cent ans après… (photographie prise en février 2014)

La cote dite 108 était, avant la guerre, une simple colline crayeuse exploitée pour sa chaux. Mais à partir de 1914, elle devient un point stratégique sur les cartes d’état-major que symbolise ce nom qui ne la quittera plus, le nom d’une cote militaire, désignant son degré d’altitude par rapport au niveau de la mer. La colline domine en effet le village, les canaux de l’Aisne ainsi que toute la plaine ; d’où la lutte incessante entre Français et Allemands de septembre 1914 à fin 1918 pour la conquérir. On y voit encore aujourd’hui les plaies béantes que laissèrent les explosions d’obus et de mines, mal dissimulées par les ronces et les arbres.

Situé dans le département de l’Aisne, à l’extrémité est du Chemin des Dames, le village de Berry-au-Bac s’étend sur les rives du fleuve éponyme. Il est traversé par la nationale 44 – aujourd’hui la départementale D1044 – qui mène de Laon à Reims. Lieu de repli des troupes françaises depuis le Chemin des Dames, Prouvais ou le fort de la Malmaison – autres hauts lieux de combats – Berry-au-Bac est à la croisée des chemins entre Laon, Soissons et Reims et a fait partie intégrante de la bataille de l’Aisne, notamment de la deuxième bataille, en 1917, où ont été engagés les premiers chars d’assaut français : la fameuse « bataille des chars ». Le monument aux morts des chars, inauguré par le maréchal Foch le 2 juillet 1922, entretient cette mémoire.

C’est sans interruption, de 1914 à 1915, que le village est traversé par des troupes lors de la guerre de mouvement. Entièrement détruit dès l’hiver 1914, il perd sa population qui doit fuir vers l’ouest. Occupé par les troupes allemandes, le village en ruine sert de position de défense alors que la guerre devient « de position ». Les Allemands s’enterrent, pour mieux résister aux attaques françaises. Commence alors, sur la cote 108, cette guerre de mines où chaque camp creuse des galeries pour y placer des postes d’écoute ou y forer des sapes afin de désorganiser les dispositifs défensifs de l’adversaire. La cote 108, puisqu’elle concentre désormais tous les efforts des deux camps, devient un des acteurs du conflit à cette échelle locale.

Cent ans plus tard, une des questions qui se pose d’emblée à notre équipe scientifique est celle de l’oubli progressif qui recouvre la cote 108 alors qu’en comparaison, dans les années vingt, elle fait l’objet de nombreuses visites touristiques et reste l’un des champs de bataille les plus visités. C’est le point fort de ce paradoxe : la guerre des mines, ravageuse dès 1915, puis la guerre des chars, autre symbole des innovations techniques de la Première Guerre mondiale à partir de 1917, semblent avoir été peu à peu reléguées au second plan alors que la guerre des tranchées focalisait le souvenir de la Grande Guerre.

Notre projet, à la fois scientifique et humain, s’élabore donc sur deux fronts : d’une part sur le plan historique avec l’étude de la Première Guerre mondiale à partir d’une micro-échelle ; d’autre part sur la valeur mémorielle du site en travaillant à sa revalorisation en tant que lieu historique.

II. Comment réintégrer Berry-au-Bac et la cote 108 dans l’histoire de la Grande Guerre ?

Le centenaire de la Première Guerre mondiale ouvre une période de forte mobilisation qui se trouve cette année directement en concurrence avec la commémoration des soixante-dix ans de la Libération. La difficulté est d’ailleurs accentuée outre Rhin où la plus grande « catastrophe allemande » reste la Seconde Guerre mondiale et les horreurs du nazisme. La Grande Guerre n’y est bien souvent considérée que comme un objet d’étude secondaire permettant de mieux comprendre les origines du national-socialisme, son succès et son évolution.

Justement, la Première Guerre mondiale est bien pour notre équipe franco-allemande la « matrice de toutes les tragédies du XXème siècle », pour reprendre les termes de Pierre Nora. Son étude est donc primordiale pour mieux comprendre les conséquences à court et moyen termes qui ont résulté de cette guerre.

Au cœur de ces commémorations où fusent de toutes parts projets et (ré)éditions d’ouvrages sur la Grande Guerre, notre projet scientifique s’inscrit dans une nouvelle approche historiographique. Notre rôle d’historien dans ce centenaire est de contextualiser la guerre dans son époque à partir d’une approche critique des sources et d’une posture d’objectivité vis-à-vis du phénomène guerrier. Le point fort de notre démarche réside dans la dimension binationale de l’étude de la Première Guerre mondiale fondée sur une perspective comparative. Comment les hommes, des deux côtés du front, ont-ils vécu les combats ? Comment ont-ils perçu la guerre et l’ennemi ? Comment sont-ils restés en contact avec leurs proches ?

Nous partirons de l’échelle locale – Berry-au-Bac et la cote 108 – pour aborder des aspects plus généraux et remettre en perspective le village dans le contexte de la guerre. Pour cela, nous resterons dans la lignée d’une histoire culturelle, développée à la fin des années 60 mais surtout à partir des années 90. Nous étudierons ainsi une histoire des hommes, en tant qu’individus, une histoire plus tournée vers le ressenti, l’émotion, la psychologie du combattant, des civils, aussi. Une expérience de la guerre comme expérience corporelle, vécu tant par les soldats au front que par les prisonniers dans les camps ennemis et les civils (à l’arrière du front ou qui l’ont fui), toujours dans une perspective franco-allemande. Pour réintégrer Berry-au-Bac et la cote 108 dans le récit de la Grande Guerre et réapprendre cette partie de l’histoire de la guerre, nous tenterons de produire un récit croisé franco-allemand qui nourrira une exposition le 2 août prochain. Pour plus de détails, je renvoie à notre site internet hébergée par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) : http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

C’est là que le témoignage – livré dans la correspondance adressée depuis le front aux proches ou dans les carnets que tiennent les soldats – prend toute sa place. Là aussi réside toute la difficulté puisque, parallèlement à l’émergence de cette nouvelle histoire culturelle, le corpus des sources a littéralement explosé. Nous nous retrouvons donc confrontés, dans les différents centres d’archives où nous travaillons, à une masse imposante d’archives de toute nature (lettres, cartes postales, photographies, carnets, mémoires, dossiers juridiques, documents officiels, etc.), qu’il nous faut dépouiller, sélectionner, organiser et analyser.

Pour y parvenir, une première rencontre a eu lieu du 19 au 23 février dernier à Berry-au-Bac où l’équipe scientifique a pu rencontrer les fondateurs de l’association « Correspondance.Côte 108 », Caroline Guerner et Jean-Marie Dogué. Les étudiants français et allemands ont conjointement participé à deux réunions publiques, avec les élus et la population locale. L’occasion, pour nous tous, de mieux mesurer l’intérêt que le projet pouvait susciter pour les personnes qu’il concernait plus directement. Tant les élus que les habitants ont en effet souligné l’importance de la remise en valeur du site de la cote 108 et de son ouverture au public, laquelle restera partielle. La cote 108 demeure dans l’imaginaire local un lieu de souvenir quasi-mythique.

Fort de la prise de conscience de l’épaisseur historique du lieu et de la demande sociale qu’il suscite un siècle plus tard mais conscient aussi de notre devoir d’historien, notre groupe a ainsi défini, lors de séances de travail quotidiennes, plusieurs axes de réflexion pour notre travail de recherche Nous nous sommes également entendus sur une approche qui prend l’expérience individuelle comme objet d’étude et entend privilégier une vision du bas vers le haut, faisant de chaque combattant un acteur de la guerre. Sont ainsi ressortis, parmi ces thèmes, le lien avec le front domestique, les rapports avec les troupes coloniales, la violence militaire, les exactions contre les civils, le lien avec le front domestique, les rapports avec les troupes coloniales, la sortie de guerre et la reconstruction. Nous avons surtout souligné l’importance d’une contextualisation, d’une étude comparative binationale franco-allemande qui permettait de dépasser les stricts cadres historiographiques nationaux et d’aboutir ainsi à une histoire culturelle croisée de la Grande Guerre.

Une fois les thèmes et l’approche définis, nous avons réfléchi aux sources que nous serions susceptibles d’exploiter pour ces recherches. Dans ce but, chacun a pu mettre en commun le fruit de ses travaux et ainsi mutualiser les informations récoltées depuis novembre 2013. En effet, chacun des participants travaille dans différents lieux d’archives : en France, en région parisienne (Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Bibliothèque de Documentation internationale Contemporaine (BDIC), Bibliothèque Nationale de France (BNF), Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelles de la Défense (ECPAD) d’Ivry, Service historique de la Défense (SHD) à Vincennes) et à Laon (Archives départementales de l’Aisne) et en Allemagne (aux archives militaires fédérales allemandes et aux archives du Deutschen Caritasverbandes à Fribourg, à la deutsche Tagebuch-Archiv à Emmendingen..). Pour ma part, ces recherches ont porté jusqu’à présent sur des journaux intimes tenus par des soldats et sur la correspondance qu’ils entretiennent avec leurs proches, essentiellement conservés à la BDIC et à la BNF. Ce vaste travail d’archives permet de croiser historiques de régiments, presse, rapports officiels (de l’état-major ou du gouvernement), documents juridiques, iconographie, archives audiovisuelles. Une multiplicité des sources qui, incontestablement, enrichit notre travail d’équipe et fonde notre approche comparative. Nous avons d’ailleurs créé un outil informatique ad hoc qui permet d’uniformiser de manière efficace la somme des archives recueillies individuellement, formant ainsi une base de données collective sur l’état de nos recherches.

En lien avec nos séances de recherche en archives, nous avons longuement visité la région dans une approche plus physique des lieux étudiés. Ainsi, nous nous sommes d’abord rendus sur le site de la cote 108, puis nous avons visité le village de Berry-au-Bac et son cimetière militaire allié. Pour mieux comprendre la place centrale de la cote 108 dans la guerre, nous sommes aussi partis le 22 février à la découverte des sites qui l’entourent. Le long de l’ancienne route nationale 44, nous avons longé les plaines étendues de l’Aisne et visité plusieurs lieux du Chemin des Dames : le plateau de Californie, le monument aux Basques, le site de l’ancien village de Craonne, entièrement détruit et transformé aujourd’hui en arboretum. Nous avons également pu profiter d’une visite particulière à la Caverne du Dragon, guidés par sa directrice, Anne Bellouin.

photo 3Le monument des Basques, inauguré en 1928 (photographie prise en février 2014)

III. Le franco-allemand au cœur du projet

La dimension franco-allemande de notre projet constitue l’un de ses atouts. Chère à Fabien Théofilakis, la vision binationale nous semble à tous indispensable à l’heure de l’Europe et de l’amitié franco-allemande qui scelle désormais nos deux pays. Le contexte du centenaire offre justement cette possibilité d’aborder l’étude de la Première Guerre mondiale dans un cadre ouvert, hors d’une optique strictement nationale.

Cent ans après la « catastrophe » de 1914, nous sommes indiscutablement entrés dans un cycle nouveau. De même que nos deux pays sont unis durablement, l’histoire de chacun d’entre eux est indéniablement liée et c’est ensemble que nous devons la lire. C’est grâce au regard de l’autre, « l’ami d’aujourd’hui » qui fut l’ « ennemi d’hier », que nous tenterons de restituer autrement l’histoire de la Grande Guerre, grâce à cette approche comparative binationale. Nous espérons trouver des récits et des traces de cohabitation qui viendraient étayer nos recherches sur l’expérience de guerre franco-allemande à Berry-au-Bac. Les tranchées, les lignes de défense, ne sont souvent séparées que par une centaine de mètres et, alors, de part et d’autre, les soldats s’écoutent dans les moments plus calmes parler et même chanter. Ils voient par la fumée et la lumière qui s’en échappe les feux qui réchauffent l’ennemi. Ont-ils le sentiment de partager les mêmes souffrances ? Quelle perception ont-ils de « l’autre » ? Comment affrontent-ils les combats, la peur, la mort, la vie aussi ? Nous allons tenter, par nos recherches, d’apporter, sinon des réponses, du moins une vision la plus exhaustive possible qui pourra, par son approche comparative, livrer un autre regard sur la guerre et lever d’autres pistes de réflexion.

En nous portant volontaires pour ce projet, nous avions tous des intérêts différents, scientifiques, humains ou personnels (développés dans les biographies de l’équipe scientifique, consultables sur la page internet du projet). Mais notre premier point commun était cette volonté de travailler avec des étudiants du pays voisin, de l’autre côté du Rhin. Chacun d’entre nous poursuit aujourd’hui ses recherches de son côté, dans ses centres d’archives respectifs, cependant plus conscients qu’auparavant d’appartenir à un groupe d’étude. A titre personnel, travailler sur un tel projet m’apporte un enrichissement et une motivation certaine. Cela renforce aussi davantage mon désir de devenir historienne. D’une manière plus générale, cette aventure, scientifique et humaine, est une expérience hors du commun pour les jeunes chercheurs que nous sommes.

Berry-au-Bac / Nanterre, février-mars 2013

Camille Laurent (université de Paris Ouest Nanterre – La Défense)

La côte 108 à Berry-au-Bac

I – Le projet scientifique : enracinement local, dimension nationale, ouverture européenne
Le projet, historique et culturel, vise à développer, autour de Berry-au-Bac et de son histoire contemporaine, une nouvelle compréhension de l’expérience humaine que fut la première guerre mondiale et de fonder cette sensibilisation sur le travail des jeunes historiens français et allemands. L’approche large de cette époque que nous voulons mettre en œuvre s’exprime à partir d’actions qui s’élaborent à l’échelle binationale, se diffusent à l’échelle régionale et se déploient à l’échelle locale.

A) Sensibiliser, informer, impliquer
Le projet a la volonté de mettre en valeur trois éléments structurants :
1) la centralité de cette zone de contact et de combat qui permet de suivre la radicalisation des expériences de guerre sur le front militaire, au plus près des combattants, et de l’avènement de nouveaux seuils et formes de violence (phénomène de brutalisation)
2) la mobilisation croissante des individus, des sociétés, des nations, révélatrice du processus de totalisation à l’œuvre à partir de 1914 et de ses impacts individuels et collectifs, nationaux et européens, à l’échelle des fronts domestiques
3) la dimension franco-allemande qui traverse ces histoires nationales devenues mémoire européenne : cinq générations ont passé depuis la Grande Guerre. Revenir à cent ans de distance sur cette guerre franco-allemande, c’est aussi tenter un récit croisé qui sort du carcan national pour embrasser la perspective binationale ; c’est comprendre pourquoi le premier conflit mondial a été à ce point une fracture européenne ; c’est enfin faire du Centenaire lui-même l’illustration du chemin parcouru par les « ennemis héréditaires » devenus les « amis pour toujours ». Le projet offre donc une attention particulière à la jeunesse des deux pays, en tant que public mais aussi acteur.